L’agenda cannois des Belges

Le Festival de Cannes a débuté hier avec la projection en première mondiale de Café Society de Woody Allen. Mais c’est aujourd’hui seulement que débutent la compétition officielle et le programme des sections annexes.

Pour nous y retrouver, voici le calendrier belge : films majoritaires ou films impliquant des acteurs belges; plus les coproductions.

 

 

Section non compétitive (seuls des prix indépendants y sont remis par des partenaires), la Quinzaine des Réalisateurs a accueilli les frères Dardenne en 1995, juste avant qu’ils entament leur OPA sur le palmarès officiel, mais aussi d’autres réalisateurs belges comme Abel et Gordon, Bouli Lanners, Jaco Van Dormael, Fabrice Du Welz, Yolande Moreau,…  La crème de la crème donc.

Cette année, c’est Joachim Lafosse qui participera à la manifestation avec son… deuxième long métrage de l’année qui met en scène un divorce tendu, rongé par des questions économiques.

Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c’est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée. À présent, ils sont obligés d’y cohabiter, Boris n’ayant pas les moyens de se reloger. À l’heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu’il juge avoir apporté.

Sur un thème terriblement dans l’air du temps, L’économie du couple réussit à rendre l’intime universel.

Demain, nous vous parlerons toute la journée de ce film avec une critique et des interviews vidéo réalisées avant le festival du réalisateur et de son actrice principale, Bérénice Béjo (merci au distributeur O’Brother pour cet efficace travail de promo, idéal pour qu’on puisse travailler dans des conditions idéales)

 

 

Produit par les films du Fleuve, La Danseuse est signé Stéphanie Di Gisto et met en scène Soko, Gaspard Ulliel, Mélanie Thierry, mais aussi François Damiens. De nombreux techniciens belges comme Pierre Mertens au son ou Benoit Debie à la caméra ont participé à cette aventure qui sera projetée dans la section Un Certain Regard.
La Danseuse du titre, c’est Loïe Fuller, originaire du grand ouest américain qui rêve de devenir une icône de la Belle Epoque et de danser à l’Opéra de Paris. Pour y arriver, elle est prête à se briser le dos. Mais sa rencontre avec Isadora Duncan, jeune prodige avide de gloire, va précipiter sa chute.

 

 

Après New Territories, la Française Fabianny Deschamps voit Isola, son deuxième long-métrage, programmé parmi les 9 films soutenus par l’ACID pour sa sélection cannoise 2016 qui met l’accent sur les tout nouveaux cinéastes prometteurs, les films novateurs et surprenants.

Sur une île perdue entre deux mondes, Dai, une jeune Chinoise, vit seule dans une grotte en attendant l’enfant qui arrondit chaque jour un peu plus son ventre. Dans le port agité par l’arrivée quotidienne de centaines de migrants, elle cherche inlassablement le visage de l’homme qu’elle aime, son mari. Un soir, alors que l’île gronde, le vœu de Dai sera peut-être exaucé…

Le personnage qui va la rejoindre est incarné par un jeune acteur belge encore peu connu chez nous, mais qui perce de plus en plus nettement à l’étranger : Yassine Fadel a été remarqué dans The Expatriate. On l’a ensuite revu dans le très bon film québécois Diego Star, mais aussi dans Kidnapping Mr Heineken, les Conquérants de Xabi Molia, dans la série The Missing ou le court métrage La part sauvage de Guérin van de Vorst. Plus brièvement dans Le Chant des hommes et, tout récemment, dans Ustica : The Missing Paper, un thriller italien dans lequel il incarne un pilote de chasse libyen.

 

 

La 55e Semaine de la Critique se déroulera à Cannes du 12 au 20 mai. Parmi les 7 films de la compétition, Grave, premier film de la jeune réalisatrice française Julia Ducournau, coproduit en Belgique par Frakas Productions (Jean-Yves Roubin et Cassandre Warnauts).

Entièrement tourné à Liège, Grave (Raw en anglais) raconte l’histoire de Justine, 16 ans. Dans sa famille, tout le monde est vétérinaire, et végétarien.

Dès son premier jour à l’école vétérinaire, Justine dévie radicalement des principes familiaux et mange de la viande. Les conséquences ne tardent pas et Justine révèle alors sa véritable nature.

Film de genre présenté comme un croisement entre Trouble Everyday et… la crème de la crème (comparaison osée mais assez bien vue si on se fie au scénario que nous avons lu), Grave fait intervenir de nombreux techniciens et comédiens belges dont Bouli Lanners, le chef opérateur Ruben Impens, l’assistant réalisateur Dimitri Linder, la chef décoratrice Laurie Colson et la chef costumière Elise Ancion.

 

 

Jean-Pierre et Luc Dardenne sont pour la septième fois en compétition officielle au 69e Festival de Cannes. En tout, ils totalisent huit visites cannoises avec huit longs métrages consécutifs. Un exploit qui démontre un très bel attachement mutuel.

La fille inconnue est d’autant plus attendu en France qu’il met en scène une des jeunes vedettes du cinéma hexagonal : Adèle Haenel. Elle y interprète Jenny, jeune médecin généraliste, qui se sent coupable de ne pas avoir ouvert la porte de son cabinet à une jeune fille retrouvée morte peu de temps après. Apprenant par la police que l’identité de la jeune fille est inconnue, elle se met en quête de trouver son nom…

À ses côtés, on retrouve les acteurs belges Jérémie Renier, Olivier Gourmet, Christelle Cornil et Thomas Doret. La famille !

 

 

Film de fin d’études du jeune réalisateur liégeois Alexandre Gilmet, Poubelle a été choisi parmi 2.300 courts métrages venus du monde entier et concourra pour l’un des trois prix rendus dans cette catégorie.

Le film raconte l’histoire de Georges (Renaud Rutten), un éboueur très en colère qui fonce vers la porte d’entrée d’une immense villa. « L’enculé de bourgeois » (Laurent Van Wetter) y habitant vient de blesser son collègue avec des poubelles remplies de déchets tranchants. Or, la porte s’ouvre et l’enculé en question est un handicapé en chaise roulante…

Les trois Prix de la Cinéfondation seront remis lors d’une cérémonie précédant la projection des films primés le vendredi 20 mai, salle Buñuel

 

 

Michèle (Isabelle Huppert) fait partie de ces femmes que rien ne semble atteindre. À la tête d’une grande entreprise de jeux vidéo, elle gère ses affaires comme sa vie sentimentale : d’une main de fer. Sa vie bascule lorsqu’elle est agressée chez elle par un mystérieux inconnu. Inébranlable, Michèle se met à le traquer en retour. Un jeu étrange s’installe alors entre eux. Un jeu qui, à tout instant, peut dégénérer.

Entre Chien et Loup est impliquée dans Elle, une coproduction réalisée par le Néerlandais Paul Verhoeven. À côté d’Isabelle Huppert, on retrouve deux acteurs belges : Virginie Efira et Jonas Bloquet (Elève Libre).
Ce brûlot, adapté d’un roman de Philippe Djian, sera présenté en Compétition.

 

 

La remise des récompenses de la compétition officielle aura lieu le dimanche 22 mai. Elle sera suivie de la projection de la Palme d’Or 2016 qui fera donc office de film de clôture. Une nouveauté qui est aussi une excellente idée.

Une projection en présence des frères Dardenne ? C’est tout ce qu’on espère aujourd’hui pour un triplé inoubliable, le premier de l’histoire du festival s’il a lieu…

 

 

 

Coproductions

 

Les Frères Dardenne ne sont pas que des réalisateurs. Ce sont également des producteurs avisés qui peuvent compter sur l’expertise et la force de frappe de Delphine Tomson, la dynamo des Films du Fleuve. La société liégeoise sera donc aussi présente à Cannes dans QUATRE autres films de la Sélection officielle.

 

 

En Compétition d’abord avec I, Daniel Blake de l’Anglais Ken Loach avec qui les frères collaborent depuis plusieurs années (vendredi 13 mai) et Bacalauréat du Roumain Cristian Mungiu (jeudi 19 mai)

Dans la section Un Certain Regard ensuite avec Pericle il nero de l’Italien Stefano Mordini, tourné en grande partie chez nous, (jeudi 19 mai) et La Danseuse de Stéphanie Di Giusto (vendredi 13 mai – voir plus haut).

 

Dimanche 15 mai, à Un Certain Regard, on découvrira Beyond the mountains and hills, deuxième film du réalisateur israélien Eran Kolirin, coproduit par Entre Chien et Loup et soutenu par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie Bruxelles. La société d’Auderghem conduite par Diana Elbaum est également impliquée dans Elle du réalisateur néerlandais Paul Verhoeven, (voir plus haut)

 

 

Toujours à Un certain Regard, on découvrira le très intrigant film d’animation La Tortue Rouge/The red turtle du néerlandais Michael Dudok De Wit, coproduit par Belvision avec le soutien de Wallimage. Notons qu’il s’agit de la toute première production étrangère coproduite par le Studio Ghibli de Hayao Miyazaki. De quoi attirer l’attention de tous les aficionados de l’animation…
Le film n’a pas juste été coproduit chez nous par Belvision : une partie du travail, sous la supervision du réalisateur lui-même, a été effectuée dans les studio de Dreamwall à Charleroi (mercredi 18 mai)

 

 

Deux films coproduits par Scope seront également en Sélection Officielle, en lice pour remporter la Palme d’Or : Ma Loute (vendredi 13 mai) et Personal Shopper (mardi 17 mai).

Ma Loute, un long métrage réalisé par Bruno Dumont, deux fois lauréat du grand prix du jury du Festival de Cannes, relate une histoire policière sombre et drôle menée par Fabrice Luchini dans le Nord de la France du début du XXe siècle. À ses côtés nous retrouverons Juliette Binoche et Valéria Bruni-Tedeschi.

Personal Shopper, dernier film réalisé par Olivier Assayas, tourne autour d’une histoire de spiritisme qui se déroule dans le monde de la mode à Paris avec pour héroïne Kristen Stewart.

 

 

Enfin, le jeune et très prometteur producteur belge Benoit Roland (Préjudices, Parasol, Dode Hoek) propose en séance spéciale cannoise un documentaire en coproduction (avec le soutien du CCA, RTBF, BeTV).

Il s’agit de Wrong Elements, signé par l’écrivain Jonathan Littell (les Bienveillantes, Prix Goncourt 2006) ettourné avec la collaboration d’une importante équipe belge : Joachim Philippe (chef opérateur), Marie-Hélène Dozo (monteuse image), Ludovic Van Pachterbeke (monteur son)…

Cette coprod Wrong Men sera projetée samedi 14 à 19h30.

 

 

 

 

Check Also

« La Peine », immersion en prison

Cédric Gerbehaye propose avec La Peine, son premier long métrage documentaire, une immersion aussi rare …