Vorace, le Gourmet

Apparaître pour la première fois sur le grand écran dans un film de Jaco Van Dormael est une entrée en matière fort intéressante. Mais si Olivier Gourmet figure dans Le Huitième Jour, c’est bien La Promesse des frères Dardenne, sorti la même année (96), qui le révélera aux cinéphiles belges et au public cannois par le biais de la Quinzaine des Réalisateurs. Quinze ans plus tard, Olivier Gourmet est devenu l’acteur belge qui tourne le plus de films, tout en construisant une carrière passionnante.

Rien que ce mois-ci, le public belge aura trois occasions majeures d’entendre parler d’Olivier Gourmet. D’abord, le comédien est la vedette de L’Exercice de l’État qui sera projeté à Cannes dans la section Un Certain Regard. Il y incarne un ministre des transports… français, confronté aux obligations souvent contradictoires de son sacerdoce politique. Un Belge au service de la République, vous imaginez? Un Belge qui, en plus, règne sur un cabinet peuplé de grands noms hexagonaux comme Michel Blanc et Zabou Breitman.

Dans ce film fort, original dans sa forme (voir la photo ci-contre), réaliste et passionnant, Olivier Gourmet peut faire apprécier une présence et un charisme qui emportera  l’adhésion. Ce premier rôle prestigieux confirme qu’il est entré dans le cercle très fermé des comédiens bankables autour desquels on bâtit des œuvres populaires.

Le 1er juin sortira un autre long métrage, très différent, dans lequel il excelle également: Robert Mitchum est mort. Olivier y incarne Arsène, le manager ringard d’un acteur de troisième zone. L’originalité du projet vient de son ton décalé, drôle, parfois même désopilant, surréaliste et poétique. Les fans de Kaurismaki seront aux anges et même si le film n’est pas belge, on se surprend à penser qu’il a été imaginé et réalisé chez nous.

Cette double actualité serait déjà fort singulière si Olivier Gourmet n’était aussi à l’affiche de Légitime Défense où il donne la réplique à Jean-Paul Rouve et Claude Brasseur. Doit-on ajouter qu’il fait une (amusante) apparition dans Le Gamin au Vélo des frères Dardenne, également sélectionné sur la Croisette, signant là un formidable doublé cannois?

Enchaînant les films à un rythme incroyable, Olivier est naturellement un grand gourmand. Mais, ses choix le prouvent, il reste avant tout un authentique gourmet.

 

 

Check Also

Bouli Président… des Magritte 2024!

A tout seigneur, tout honneur, c’est donc Bouli Lanners qui présidera la 13e édition des …