Virginie Efira, actrice et star

Chez Cinevox on a toujours défendu l’idée que le cinéma n’était pas un et indivisible, qu’à côté des films d’auteur décortiqués par les critiques, il était fort sain qu’existent aussi des longs métrages plus légers parce que, soyons réalistes, l’essentiel du public se rue dans les salles pour se distraire, sans autre volonté que de sourire, rire ou s’évader. 
Ce cinéma-là a besoin de figures de proue, d’acteurs et d’actrices qui fassent rêver. Ça vaut également pour la Belgique, même si ce n’est pas vraiment inscrit dans nos gènes.

Cette part de fantaisie qui déborde allègrement du grand écran est une des seules façons de concurrencer un tout petit peu le cinéma anglo-saxon qui excelle à faire briller les étoiles pour hypnotiser les spectateurs… et remplir les salles.

 

Chez nous, personne mieux que Virginie Efira ne se prête de si bonne grâce au jeu des photo calls et des apparitions glamour. Ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas de tourner beaucoup, dans des films de plus en plus intéressants, héritant de rôles de plus en plus consistants et variés.

 

 

Nous vous présentions lundi la bande-annonce du Goût des Merveilles (voir ICI) qui nous arrivera en fin d’année et dans laquelle l’actrice redécouvre le monde par les yeux d’un jeunes hommes atteint du syndrome d’Asperger.
Mais entre temps, la belle sera déjà retournée sur les plateaux.

 

Le 16 novembre prochain à Paris, elle débutera en effet le tournage de Pris de Court, troisième long métrage de la réalisatrice française Emmanuelle Cuau, son premier depuis Très bien, merci en 2007

Quelques mois après la sortie d’Une famille à louer, la blonde belge se glissera en effet une nouvelle fois dans la peau de Nathalie, une mère célibataire qui cache à ses deux fils la perte de son travail.

Elle donnera la réplique à Gilbert Melki, qui retrouve la réalisatrice puisqu’il était déjà en tête d’affiche de son précédent film.

 

Le film devrait sortir à la fin de l’année prochaine, juste après Elle, le thriller angoissant que Paul Verhoeven (Le Quatrième Homme, Basic Instinct, Starship Troopers…) a tourné en France avec Virginie, Isabelle Huppert et Laurent Lafitte.
Entre temps, on l’aura également vue dans Et ta soeur de Marion Vernoux qui sort le 13 janvier en France et dans Un homme à la hauteur où elle partage la tête d’affiche avec Jean Dujardin (sortie en France le 5 mai 2016).

 

Quand elle ne tourne pas, Virginie Efira ne se terre pas dans une villa isolée au milieu des bois pou faire du crochet. Pour le grand plaisir des aficionados, la jeune maman affole régulièrement les photographes au point de devenir, ces temps-ci, une des égéries du site Pure/Trend qui adore décortiquer ses multiples apparitions et ses somptueuses tenues.

À la boutique Ralph Laurens de St Germain des Près, la jolie blonde intemporelle a fait se déchaîner les flashes s’affichant dans délicieuse robe noire du créateur du plus bel effet.
Quelques jours plus tard, à Lyon, au festival Lumière où elle était venue célébrer le réalisateur américain Martin Scorcese récompensé pour l’ensemble de son œuvre, elle focalisait à nouveau l’attention de la presse branchée mode et paillettes. Ce jour-là, Pure/Trend n’hésita pas à lui trouver un petit air de BB. De la grande époque, ça va sans dire.
Désormais fan absolu de Virginie, le site lui a même récemment dédié une rétrospective très trendy en dix photos que vous pouvez découvrir ici.

Cela dit, Telerama lui consacra aussi un article où elle s’exprimait sur un film du maître américain : un univers n’exclut pas l’autre. Bien au contraire.

Check Also

Le BRIFF ouvre avec « Le Procès du chien »… et François Damiens!

Le Brussels International Film Festival vient d’annoncer son film d’ouverture, le premier film de la …