Une Heureuse Avant-Première

Nous y étions. Nous l’avons vu. Un Heureux Événement, deuxième long métrage de Remy Bezançon était présenté, lundi soir,  en avant-première à l’UGC Toison d’Or en présence d’une partie de l’équipe: le réalisateur; son épouse coscénariste du film, Vanessa Portal; le productrice française, Isabelle Grelat et une Louise Bourgoin juste un peu pompette avec une journée d’interviews harassantes et une coupette de champagne. Drôle et exquise au naturel comme à l’écran.

 

 

Cette projection VIP était surtout l‘occasion pour Scope Pictures qui a coproduit le film en Belgique avec son service Tax Shelter (Scope Invest), la RTBF ou Wallimage de montrer que les coproductions, même minoritaires sont une aubaine pour notre cinéma (nous vous en parlions déjà, voici quelques semaines ICI). Toutes les pièces maîtresses de la société étaient présentes dans un déploiement de force assez impressionnant. Geneviève Lemal et Patrice Delville eurent d’ailleurs le plaisir d’introduire la soirée devant une salle archi pleine.

Parmi les spectateurs très privilégies, on remarquait pas mal d’acteurs (belges) qu’on aperçoit sur l’écran dans de petits rôles souvent savoureux. Un peu de favoritisme? OK, c’est bon pour une fois: on y a notamment vu Eric Larcin, omniprésent sur notre page Facebook qui incarne ici un truculent réparateur de frigo. Comme lui, des comédiens belges ont ainsi trouvé leur place dans un long métrage français qui devrait devenir un succès. Il faut aussi savoir que sur les 57 jours de tournage, 51 ont été effectués en Belgique (dans les trois régions) avec toutes les conséquences favorables qu’on imagine pour les techniciens et entreprises belges liées à ce secteur.

 

[Vanessa PortalIsabelle Grelat et Remy Bezançon]

 

Outre la convivialité exceptionnelle que toutes les équipes françaises n’hésitent pas à reconnaître aux tournages belges, notre pays présentait pour ce film un attrait extrêmement important: la législation relative au travail des enfants est en effet beaucoup plus souple chez nous qu’en France. Il ne s’agit bien sûr pas d’exploitation, loin de là. Mais dans le cadre d’un film comme celui-ci qui vise un réalisme total (il faut voir le corps de Louise Bourgoin faussement enceinte pour comprendre la perfection recherchée), la production voulait pouvoir compter sur des bébés qui ont l’âge de leur rôle: un enfant qui vient tout juste de naître pour la séquence de l’accouchement, un autre de quelques jours, un troisième de quelques semaines, etc. Et il s’est trouvé chez nous des familles qui ont accepté de collaborer avec l’équipe ce qui ajoute à l’oeuvre ce soupçon de vérité qui fait une réelle différence.

Et, nous vous rassurons tout de suite, la production nous l’a confirmé: aucune nouveau-né n’a été blessé ou malmené pendant le tournage ;-).

 

[Louise Bourgoin]

Et le film nous demanderez-vous? Un petit régal de comédie dramatique qui réussit l’exploit de faire hurler de rire toute une salle dans des moments tragiques ou émouvants, pour mieux nous nouer la gorge la minute suivante. Très très fort! N’hésitez pas à visionner la bande-annonce ici.

 

Si on devait mettre en exergue trois atouts essentiels de cet Heureux Évènement, on ne pourrait pas éviyter de parler de l’interprétation superlative: Louise Bourgoin est formidable bien sûr, mais pas seulement. Tout le monde ici joue avec une justesse confondante. Mention spéciale à Pio Marmaï qui aurait pu être invisible face au show Bourgoin, mais est tout simplement parfait en post ado démuni devant la vraie vie et aussi à Josiane Balasko carrément exceptionnelle en post soixante-huitarde tendre et désabusée. Deuxième réussite, les dialogues: bien ciselés, vifs, très drôles, souvent imprévisibles, toniques, et qui évitent les mots d’auteur balourds. Troisième point fort: quelques scènes d’anthologies viennent nous cueillir par surprise et emballer la belle mécanique: on pense ici à la scène d’ouverture dans le vidéoclub ou à l’incroyable séquence onirique aqueuse, une des plus esthétiques qu’on ait vues depuis longtemps.

 

On est très curieux de découvrir le sort qui sera réservé à ce film par le grand public. Il a en effet le potentiel pour devenir un énorme succès. Tout va être question d’opportunités et de circonstances. En Belgique, vous pourrez goûter à Un heureux Évènement en avant-première nationale du 21 au 24 septembre dans le cadre des BNP Paribas Fortis Film Days.

 

 

Check Also

« Sauve qui peut »: aux côtés des soignants

Avec Sauve qui peut, Alexe Poukine se penche sur les processus d’apprentissage auxquels participent les …