Un Tintin « live », 100% belge !

C’est officiel : Thomas Doret sera le prochain Tintin « live » au cinéma. Sur un scénario original écrit par Matthieu Reynaert (À Perdre la raison), le film sera tourné cet été par un Vincent Lannoo décidément insatiable.

« J’ai toujours été un grand fan de Tintin », nous a expliqué Vincent entre l’avant-première d’Au Nom du Fils, le montage de Six Pieds sur Terre et la préproduction de On ira tous au Paradis, sauf moi, la suite d’Au nom du fils. « Je suis heureux que les producteurs aient réussi à persuader les ayants droit de l’intérêt du projet. L’essentiel du Tax Shelter récolté pour ce film servira hélas à payer les droits. Mais tourner à l’économie, je connais. Ça n’a jamais été un problème pour moi.  »

Et voir ce seigneur de Lannoo qui tourne un Tintin en même temps que Peter Jackson n’est pas dépourvu d’ironie…

 

 

 

À l’affiche du film, Thomas Doret sera rejoint par un Patrick Ridremont déchaîné dans le rôle du capitaine Haddock. Jean-Luc Couchard sera le professeur Tournesol.

 

Charlie Dupont dupliqué par la grâce d’effets spéciaux réalisés par Digital Graphics sera Dupont ET Dupond.

 

« Je tiens à préciser que François Damiens n’a jamais été contacté. », nous a expliqué Charlie. « Pour ce double rôle, j’ai toujours été le premier choix de la production. Ceci dit au cas où un certain critique taxerait le film de produit blanc à cause de ma présence.  »

 

Isabelle de Hertogh devrait camper une Bianca Castafiore affolante et Riton Liebman sera Rastapopoulos.
Stéphane De Groodt sera le professeur Hippolyte Calys et Eric Godon le lieutenant Allan Thompson, deux retours au premier plan permis par un scénario particulièrement ingénieux.

Autre twist passionnant : Marcos Adamantiadis incarnera le frère jumeau de Tintin, séparé à la naissance et recueilli par une famille serbe. Tania Garbarski et Jonathan Zaccaï sont renversants en mafieux à la base d’un trafic d’enfants. Nous n’en révélerons pas plus ici, mais les images du casting se revendent déjà à prix d’or.

 

« C’est une démarche rare mais utile pour boucler le financement » explique la production. « D’autant que le soutien de la Fédération n’est pas encore acquis! »

 

Aussi à l’affiche : Éric Larcin (le père de Dupont, oncle de Dupond; ou l’inverse) et l’inévitable David Murgia. Il n’a pas de rôle précis, mais tenait absolument à être sur le tournage, un peu comme sur Tango Libre, donc… Les réalisateurs l’aiment beaucoup: il n’est pas envahissant, il fait rire tout le monde et apporte les cafés.

 

 

Plus surprenant, Erika Sainte incarnera Nestor, le fidèle majordome de Moulinsart.

« Nous n’avions pas d’option pour elle dans le scénario », explique le producteur Sylvain Goldberg. « Mais le rédacteur en chef de Cinevox a beaucoup insisté et finalement, il avait raison : elle est parfaite dans le rôle. Cette actrice est vraiment capable d’incarner n’importe quel personnage » (depuis le temps qu’on vous le dit! NDLR)

 

Enfin, les parents de Tintin (enfin révélés) seront joués par Astrid Whettnall et Claude Semal. Deux choix tellement évidents qu’on est presque déçu par ce manque d’originalité des casteurs…


Le scénario très astucieux et inventif s’articule autour de la disparition du fidèle chien de Tintin, apparemment enlevé par des poules tueuses.

 

« C’est une idée un peu étrange », concède Matthieu Reynaert, mais c’est la seule que j’ai trouvée pour éviter un hiatus culturel. « Sylvain Goldberg voulait imposer sur le tournage les cockers de Boule et Bill car il les trouvait excellents. Et pas très chers. Pour ne pas le vexer, et comme je n’avais pas d’alternative, j’ai conçu une histoire où Milou n’apparaissait pas. L’honneur est sauf. »

 

 

Et cette histoire de Poules tueuses?

« J’ai dû écrire le scénario très vite. Du coup, j’ai décidé de reprendre un pitch qui date de deux ou trois ans (authentique! NDLR). Au final, ça fonctionne plutôt bien.  Mieux que si j’avais dû inclure Tintin dans la trame d’A Perdre la Raison, en tous cas ».

Il rit et nous aussi : le canicide, ce n’est pas très vendeur.

 

Christophe Bourdon a officié ensuite ne tant que script doctor, ajoutant aux dialogues  vannes et jeux de mots pourris en pagaille. Il nous en a livré un extrait  en exclusivité (authentique! NDLR) que vous pouvez lire ICI

 

Milou en juin (c’est le titre) sera filmé du 2 juillet au 18 août, principalement dans les Ardennes.

« Ça va être cool », conclut Thomas Doret devenu un adolescent totalement décomplexé. « On va pouvoir faire des teufs avec les équipes des films de Xavier Diskeuve et Fabrice du Welz qui seront aussi en tournage dans le coin (authentique ! NDLR). De vrais psychopathes. Ca va être l’éclate, mec. Pire qu’Aux Magritte! »

 

 

Check Also

Le BRIFF ouvre avec « Le Procès du chien »… et François Damiens!

Le Brussels International Film Festival vient d’annoncer son film d’ouverture, le premier film de la …