La Belgique, mère de l’Europe à Virton

Du 8 au 17 novembre, le cinéma Patria accueillera le 33e (!) festival européen de Virton. L’occasion pour les Gaumais (et au-delà) de découvrir ce qui s’est fait de mieux ces derniers mois sur le vieux continent. Et de (re)voir la crème des films belges produits en 2012. Une sélection absolument formidable que nous ne voudrions pas passer sous silence. Des rendez-vous à ne pas manquer? Il y en a beaucoup.

 

 

Ça commence vendredi 9 novembre à 17h avec Offline, avant-première d’un film flamand que notre confrère Kurt Vandemaele (Cinevox néerlandophone) qualifie de « film de classe mondiale ». Carrément.

 

 

Le lendemain, à 17h toujours, le public verra pour la première fois en Wallonie le blockbuster qui fait vaciller les salles du nord du pays : The Broken Circle Breakdown, drame romantique qui a drainé 100.000 spectateurs pour ses 13 premiers jours d’exploitation. Felix van Groeningen (La Merditude des choses) n’a visiblement pas perdu la main.

 

En soirée, le public aura aussi l’occasion de découvrir en hyper avant-première, Ombline, drame carcéral français, mais coproduction belge grâce à Entre Chien et loup et Wallimage. Le premier long métrage de Stéphane Cazès a jusqu’ici multiplié les critiques dithyrambiques.

 

 

Dimanche, si le cinéma belge vous agace, pensez à éviter la Gaume (mais que feriez-vous ici à lire cet article si c’était le cas?). À 15h, vous avez rendez-vous avec Ernest et Célestine, une souris et un ours, copains comme cochons, ça change de l’ordinaire. Surtout sur un scénario original de Daniel Pennac.  Ce film d’animation qui ravira les petits ne sortira que le 19 décembre dans le circuit commercial.

 

 

Deuxième exclusivité de la journée : La Cinquième saison de Peter Brosens et Jessica Hope qui est actuellement en train d’écumer les festivals et d’y décrocher des tas de prix.

 

 

Le bonheur se poursuivra à 19h avec Tango Libre de Frédéric Fonteyne, à l’affiche depuis hier et se clôturera avec la première vision virtonaise du bouleversifiant Dead man Talking de Patrick Ridremont.

 

 

Mardi à 21h, on pourra découvrir Au-delà des collines, coproduction des films du Fleuve récompensée à Cannes et jeudi à 17h, le bouleversant Tot Altijd (A tout jamais) de notre parrain Nic Balthazar qui nous raconte comment la Belgique fut l’un des premiers pays à adopter une loi légalisant l’euthanasie.

 

 

Vendredi 16 novembre à 21h, pour la dernière ligne droite, le festival propose une autre plongée dans le cinéma flamand contemporain avec Little Black Spiders et un final en apothéose, à 21h avec une avant-première du triomphe annoncé de la fin d’année: Populaire de Régis Roinsard illuminé par Déborah François, adorable en héroïne de conte de fées disneyen.

 

À 6 euros la séance, 50 euros les dix films, le Festival du cinéma européen de Virton est un formidable rendez-vous qu’on vous conseille chaleureusement. D’autant que la région est plus que charmante. Alors, pourquoi ne pas vous y installer pendant huit jours? Outre les pépites belges, vous auriez ainsi l’occasion de vous délecter de films européens très alléchants.

Magnifique programme, vous l’aurez compris !

 

 

Check Also

« Sauve qui peut »: aux côtés des soignants

Avec Sauve qui peut, Alexe Poukine se penche sur les processus d’apprentissage auxquels participent les …