Je suis à toi Karlovy Vary !

Le Festival de Karlovy Vary, 49e du nom, se déroule cette année du 4 au 12 juillet. C’est la plus grande manifestation cinématographique de toute l’Europe de l’Est qui, depuis la fin des années 80, a su ajouter une touche de glamour à l’exigence de sa sélection.

 

Être sélectionné là-bas est une reconnaissance pour tous les films d’auteur et l’assurance d’une attention internationale qui si, elle n’équivaut pas celle de la sélection officielle cannoise, surpasse sans doute celles des sélections annexes sur la Croisette.

 

[Délégation Je suis à toi – Philippe Reynaert, ​Jean-Yves Roubin,  Jean-Michel Balthazar, ​David Lambert, Nahuel Emiliano Perez Biscayart, Andrew Noble]

 

C’est donc avec une joie évidente et pas mal de fierté que l’équipe de Je suis à toi, s’est présentée ce week-end  dans la station thermale tchèque, à quelques kilomètres de la frontière allemande. Réception en fanfare, accueil sur le tapis rouge devant des cinéphiles massés face à l’entrée, de quoi afficher de large sourire. Surtout après avoir pu poser dans divers endroits de la somptueuse cité.

Un air de vacances, mais aussi beaucoup d’excitation de se retrouver là.

 

[Jean-Michel Balthazar, ​David Lambert, Nahuel Emiliano Perez Biscayart]

 

David Lambert, le réalisateur, son producteur Jean-Yves Roubin, ses deux principaux acteurs masculin, Jean-Michel Balthazar et l’Argentin Nahuel Perez Bicayart, accompagnés de quelques invités ont ensuite vécu une Première mondiale assez saisissante ponctuée d’un accueil public impressionnant (vidéo à suivre) et d’un article plutôt dithyrambique du magazine américain Variety que vous pouvez lire ici.

 

 

Un démarrage impressionnant pour le film qu’on attend à la rentrée en Belgique dans l’une ou l’autre manifestation festive.

(nous avons consacré ICI un Cinevox ciné à Je suis à toi et vous pouvez lire ICI un article sur le tournage du film. Des interviews vidéo des différents protagonistes sont aussi visibles sur notre site)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Check Also

#PODCAST: Les Rituels de Claude Schmitz

« Intrinsèquement, tout ça n’a surement aucun sens, mais c’est beau d’en inventer un. » Inventer un …