Avec le printemps vient l’heure du bilan pour le cinéma belge…

La production de longs métrages belges en Belgique francophone tient beaucoup aux aides culturelles et économiques reçues par les producteurs. A cet égard, le soutien apporté par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel à la production cinématographique est crucial pour permettre l’émergence de nouveaux talents, et l’épanouissement de talents déjà reconnus.

Ce jeudi 22 mars, le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel et la Ministre de la Culture Alda Greoli présentaient le bilan des activités du Centre en 2017, que ce soit en matière de soutien à la production ou à la promotion.

 

Soutenir et stimuler le cinéma belge…

Ce sont près de 10 millions d’euros qui sont ainsi répartis chaque année entre toutes les productions (128 projets cette année), qu’il s’agisse des courts métrages, des films expérimentaux, des projets télévisuels, des documentaires de création ou des longs métrages de fiction et d’animation.

Les aides ont porté notamment sur 13 longs métrages de fiction en écriture, 10 longs métrages en développement et 28 longs métrages de fiction en production, parmi lesquels figurent les nouveaux films de Joachim Lafosse (Continuer), Fabrice Du Welz (Adoration), Nabil Ben Yadir (Animals) et Guillaume Senez (Nos batailles).

On notera également que l’appel à projet “productions légères” initié en 2017 (voir notre article) sera reconduit en 2018. Un nouveau fond très enthousiasmant, qui ouvre la porte à des formats nouveaux et surprenants. On notera par exemple que sur les 4 projets soutenus, 3 sont des comédies, dont le premier long métrage du duo formé par Raphaël Balboni et Ann Sirot, Magritte du Meilleur court métrage de fiction cette année pour Avec Thelma.

« Nos Batailles » de Guillaume Senez

… et la télévision

Mais le CCA s’investit également aux côté de notre chaine publique dans le Fonds FWB-RTBF. Une somme record de 5.345.459 euros a été investie cette année. Depuis le lancements du Fonds, 56 projets ont été aidés, dont 8 déjà en production.

Unité 42, diffusée à l’automne, a connu un très bon succès d’audience sur la RTBF (entre 270 000 et 491 000 spectateurs par épisode) et France 2 (2,7 millions en moyenne et 3,1 millions en tenant compte de la catch-up tv ). La saison 2 de La Trêve est en plein montage, et celle d’Ennemi Public voit son tournage s’achever en ce moment, tandis que l’on attend avec impatience la diffusion de Champion juste avant la Coupe du Monde. 

La Ministre a également annoncé le lancement d’un appel à projets pour soutenir des séries d’initiative belge francophone dans le domaine de l’animation.  

 

Quid du box-office?

Au total, 30 films belges francophones sont sortis en 2017 dans les salles belges et 13 dans les salles françaises, totalisant 1.099.322 spectateurs.

Après une année 2016 éprouvante en termes de chiffres, l’année 2017 voit une nette augmentation de la fréquentation pour les films belges francophones en Belgique, notamment grâce aux bons résultats de Dode Hoek (41.000 entrées), Noces (40.000), Tueurs (30.500), Chez Nous (30.300) et Faut pas lui dire (21.000). Ces résultats sont encourageants, d’autant plus si on les compare aux performances d’autres films d’auteur européens. Pour exemple, des films comme Loveless ou 120 Battements par minute ont fait 15.000 entrées, un film comme Petit Paysan en a fait 4.000, L’Amant Double de François Ozon 20.000. Certes, il n’est pas question de se réjouir de cette baisse de la fréquentation du cinéma Art & Essai, inquiétante en soi, mais bien de replacer les films belges dans leur marché. 

En France, car n’oublions pas qu’il s’agit là aussi d’un territoire naturel pour les productions belges francophones, la fréquentation des productions belges francophones baisse légèrement de 7% par rapport à 2016 et le Top 5 est composé de Chez nous (320.000), Faut pas lui dire (147.000)Noces (108.000), Le Vent dans les roseaux (69.000) et Paris Pieds Nus (62.000)

 

Une renommée internationale

Les films belges francophones brillent aussi en festival: InSyriated de Philippe Van Leeuw (22 prix, 47 sélections en festivals, 28 territoires vendus), Noces de Stephan Streker (10 prix, 47 sélections, 13 ventes), Laissez bronzer les cadavres de Hélène Cattet et Bruno Forzani (4 prix, 52 sélections, 12 ventes) et Paris pieds nus de Dominique Abel et Fiona Gordon (4 prix, 41 sélections, 43 territoires) assurent le rayonnement le plus important. Ce dernier est par ailleurs sorti aux États-Unis où il a attiré plus de 100.000 spectateurs.

 

Et demain?

Le Centre du Cinéma a souligné l’augmentation des demandes et des attributions de soutien pour l’année 2017 (+12%). C’est donc une augmentation plus que sensible de la production qui nous attend, et l’année 2018 s’annonce riche en sorties et découvertes.

On attend ainsi des films comme Duelles d’Olivier Masset-Depasse, Continuer de Joachim Lafosse, Nos Batailles de Guillaume Senez, WITZ de Martine Doyen, Troisièmes Noces de David Lambert, La Fine Equipe d’Ismaël Saïdi, Le Suicide d’Emma Peeters de Nicole Palo, For a Happy Life de Dimitri Linder et Salima Glamine et 3 premiers films de jeunes réalisatrices: Escapada de Sarah Hirtt, Seule à mon mariage de Martha Bergman, Cavale de Virginie Gourmel. Sans compter le premier film de François Damiens que l’on pourrait bien découvrir plus vite que prévu.

Anne Coesens dans « Duelles » d’Olivier Masset-Depasse

Niveau tournage on n’est pas mal non plus, puisque Frédéric Fonteyne devrait tourner en avril La Frontière, la jeune réalisatrice belge Zoé Wittock devrait débuter le même mois son premier long métrage Jumbo, Fabrice du Welz est en plein repérages dans les Fagnes pour Adoration, les Dardenne s’apprêtent à tourner cet été,  de même que John Shank, qui réalisera son deuxième long Pompéi, tandis que Nabil Ben Yadir devrait être sur le front à la rentrée avec Animals, pour ne citer qu’eux.

Mais les talents belges de demain seront aussi à la télévision. Le Fonds FWB/RTBF s’est effectivement engagé sur un grand nombre de projets (plus que prévus), au vu de la qualité des projets déposés. Attendez-vous à passer quelque soirées détonnantes devant votre petit écran, en direct ou en catch-up.

 

Et si vous aimez les chiffres, le bilan complet est disponible ici.

Check Also

Le BRIFF ouvre avec « Le Procès du chien »… et François Damiens!

Le Brussels International Film Festival vient d’annoncer son film d’ouverture, le premier film de la …