Première mondiale de Post Partum au Brussels Film Festival

Hier soir, le Brussels Film Festival était le cadre de la première projection publique mondiale de Post Partum, premier long métrage de Delphine Noëls avec Jalil Lespert,  Françoise Fabian… mais surtout Mélanie Doutey qui est de quasi tous les plans du film.

Une avant-première organisée dans le cadre de la soirée de la Fédération Wallonie Bruxelles en présence d’une brochette d’invités prestigieux qui représentait une partie de la flamboyante avant-garde du nouveau cinéma  belge.

 

 

 

Nous vous avons présenté hier Post Partum (ici) dont nous vous parlons en fait sur ce site depuis un an et demi. Mais pour la première fois, l’électro-choc de Delphine Noëls était projeté devant un public, composé certes de pas mal de professionnels, mais aussi de cinéphiles totalement neutres.

Comme prévu, le film a médusé l’assistance Et si tout le monde était d’accord pour souligner l’excellence de la mise en scène, du cadre et de l’interprétation, les réactions quant à l’expérience elle-même variaient entre le délice et le malaise.

Ces réactions ne sont en rien surprenantes: Delphine Noëls a enfanté [facile… 😉 ] une oeuvre radical, autour de la folie d’une jeune mère incapable d’aimer son bébé. Du coup, on est soit fasciné par cette audace, soit très perturbé par ce tabou que la cinéaste fait exploser à l’écran avec une maestria qui en décuple la force.

Post Partum n’est donc pas une expérience anodine, mais Funny Games de Michael Haneke ne l’était pas non plus.

 

 

Dans la salle pour découvrir enfin ce film dont on parle beaucoup dans les coulisses depuis longtemps, de nombreux réalisateurs belges en vue: le nouveau papa Matthieu Donck (Torpedo – ci dessus), François Pirot (Mobile Home , ci-contre), David Lambert (Hors les Murs, qui a coécrit Post Partum), Ismael Saïdi (Morrocan Gigolos), Pierre Duculot (Au Cul du Loup), quelques représentants de la prochaine vague comme Xavier Seron (le court Mauvaise Lune) ou Maxime Pistorio (le court Chambre Noire),  des acteurs comme Pierre Nisse, Jan Hammenecker, Stéphane Bissot, Cécile Rittweger ou Reda Chebchoubi, une partie de l’équipe de tournage et de post production et beaucoup d’autres encore que nous n’avons pas forcément croisés : il y avait peu d’espace pour se mouvoir par rapport au nombre impressionnant de festivaliers qui se pressaient là.

 

 

Pour présenter la soirée (en deux temps, deux séances), Ivan Corbisier, directeur d’un Festival en pleine expansion, accueillait d’abord Frédéric Delcor, secrétaire général de la Fédération Wallonie Bruxelles (photo ci-dessus), ensuite, Delphine Noëls, son actrice principale, Mélanie Doutey qui devrait grâce à Post Partum faire son entrée en grandes pompes dans les pages des Inrockuptibles ou de Télérama et le producteur Jean-Yves Roubin qui s’est offert pour l’occasion un Frakassante pré-générique avec le logo de sa société.

Très stressées Mélanie Doutey et Delphine Noëls ont néanmoins aligné quelques vannes et anecdotes fort drôles : preuve que ce n’est pas forcément sur les plateaux des comédies fofolles qu’on s’amuse le mieux…

 

Delphine Noëls, Jean-Yves Roubin, Mélanie Doutey, trio chic pour film choc

 

Ismaël Saîdi, son épouse et Reda Chebchoubi,  un de ses acteurs de Morrocan Gigolos

 

 Jan Hammenecker entre le Chili, une série flamande à suspense et un film d’horreur tourné cet été dans les Ardennes

 

 Pierre Duculot, réalisateur d’Au Cul du Loup

 

 Ivan Corbisier, directeur du festival  et l’équipe du film

 

 

Toutes les photos © Philippe Pierquin/Cinevox 2013

Check Also

Le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel cherche un·e Attaché·e à la promotion cinéma – CDD

Le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel est actuellement à la recherche d’un·e Attaché·e à …