Où ont-ils passé leurs vacances (6) ? Jean-François Ravagnan, le coming man

On l’a déjà dit à plusieurs reprises, les planches sont devenues un lieu de rencontre privilégié pour le théâtre et le cinéma. Très fréquemment, l’image est employée comme un moyen de mettre en exergue le jeu des comédiens et d’amplifier les sensations et les perceptions du spectateur.

 

Compagnon de la première heure de Fabrice Murgia, Jean François Ravagnan a créé avec Giacinto Caponio les vidéos projetées pendant Notre peur de n’être. Connu comme assistant réalisateur, Jean-François est apparu au générique de plusieurs longs métrages importants comme Le gamin au vélo, Le silence de Lorna, Illégal, Baby Balloon. Il a également participé aux deux courts métrages qui ont représenté la Belgique aux Oscars et au festival de Cannes 2014, Mort d’une Ombre de Tom Van Avermaet et Les Corps Étrangers de Laura Wandel.

 

par Maryline Laurin

 

« Fabrice et David Murgia sont de vieux amis. Je connais Fabrice depuis que j’ai 17 ans, nous venons du même patelin. Nous avons fait nos études en même temps, lui dans le théâtre et moi au cinéma. J’ai travaillé sur son tout premier spectacle Le chagrin des ogres (qui a révélé Fabrice dans le Off d’Avignon).

Comme dans tous ses spectacles, la vidéo live est très présente dans Notre peur de n’être. Il voulait quelque chose d’un peu différent notamment avec une caméra épaule. Il savait qu’il allait y avoir des moments très bruts où les comédiens allaient saisir l’objet caméra et se filmer eux-mêmes. Donc il m’a demandé de venir l’aider. Il voulait que je forme les comédiens à la maitrise de la camera afin qu’ils puissent se débrouiller avec, essayer de faire des cadres intéressants, choisir des focales, travailler en gros plans ou en plan large… La camera est vraiment là pour « augmenter » les comédiens. Ils l’utilisent comme un outil supplémentaire. Ils ont leurs voix, des costumes, des micros  … et maintenant une caméra pour raconter une histoire.

 

Dans la pièce, il y a un comédien, qui filme de manière autonome pendant une bonne partie du spectacle, presque en free-style. Moi je n’agis pas, il a la caméra et chaque soir c’est un petit peu différent même si on a balisé le terrain ensemble avec les différents cadres…

Fabrice m’a également demandé d’avoir un regard « cinéma » sur des comédiens qui sont là en chair et en os sur le plateau. Ils se filment, mais sont aussi filmés et projetés pour composer des images scéniques au carrefour entre le théâtre et le cinéma.

 

C’est une performance live qui se joue tous les jours et c’est ça qui me plaît aussi là-dedans. Au cinéma, tu filmes, c’est emballé, c’est pesé, c’est monté ! Tu projettes le film et ça sera toujours la même vision. Tandis qu’ici, même si on a répété avec les comédiens, tous les soirs il y a quelque chose de différent à découvrir. C’est pour ça que je suis là : avoir ce regard « cinéma » sur un plateau de théâtre dans un projet de Fabrice, c’est aussi simple que ça! (sourire)  »

 

Et la simplicité, ça le connaît c’est une de ses principales qualités après son humour pince-sans-rire et sa discrétion.

Récompense méritée : la critique a salué unanimement l’esthétique des sublimes images, très cinématographiques, des vidéos de Jean François Ravagnan orchestrées techniquement par Giacinto Caponio

 

 

La beauté de ces projection nous fait attendre un peu plus impatiemment le premier court métrage de Jean François Ravagnan, Renaître dont nous avions parlé précédemment sur Cinevox lors de sa campagne de contribution sur Ulule. Une campagne couronnée de succès.

 

 

Interrogé sur ce sujet il reste très discret :

 » Le casting est en court… Et, Inch Allah, nous tournons le film en novembre 2014.
J’ai également été deuxième assistant sur Le Grimoire d’Arkandias d’Alexandre Castagnetti et Julien Simonet (photo ci-dessus) avec quelques comédiens belges, Pauline Brisy, Ryan Brodie, Timothée Coetsier, Isabelle De Hertogh et Renaud Rutten. C’est un long métrage plus commercial avec un budget important, mais ça fait du bien aussi de travailler sur des films comme cela.  »

 

Un film que vous pouvez découvrir en exclusivité durant les BNP Paribas Fortis Film Days…

Check Also

Le BRIFF ouvre avec « Le Procès du chien »… et François Damiens!

Le Brussels International Film Festival vient d’annoncer son film d’ouverture, le premier film de la …