Où ont-ils passé leurs vacances (5) ? Romain David, Jérôme de Faloise, Benoit Piret, Stéphane Bissot

Hier, nous vous parlions, en long et en large, des « vacances » avignonnaises de Fabrice et David Murgia à Avignon. Deux de nos artistes les plus en vue sur la scène internationale, deux passionnés de cinéma qui régalent actuellement les amateurs de spectacles vivants.

Autour d’eux, sans qu’il y ait pour autant une quelconque relation hiérarchique, gravitent de nombreux artistes belges, une véritable constellation de comédiens, de metteurs en scène, de techniciens qui ressemblent à une authentique famille avec des liens d’affection profonds. Un univers « différent » qui ressemble au monde auquel les frères Murgia et leurs amis aspirent, si différent de celui dans lequel ils se débattent.

 

par Maryline Laurin

 

 

Le signal du promeneur, spectacle emblématique du Raoul Collectif

 

David Murgia était également venu à Avignon soutenir trois de ses amis et compagnons de route du Raoul Collectif : Romain David, Jérôme de Faloise et Benoit Piret.

Les deux derniers ont remporté un vif succès avec le spectacle Money de F. Bloch.

 

 

Benoit Piret  retrouvait là un rôle de banquier similaire à celui qu’il tenait dans le très remarqué court métrage Le conseiller d’Elisabet Llado (photo ci-dessous), qui lui a valu un prix d’interprétation au Court en dit long.

 

 

Jérôme de Faloise, en véritable marathonien, jouait également Blakbird du collectif ‘IMPAKT, co-mis en scène par Raven Rüell. Il partageait l’affiche avec l’énigmatique Sarah Lefèvre, une pièce au sujet très difficile, rappelant d’anciennes affaires de pédophilies en Belgique. Une création sonore de Wim Lots se faisait en live pendant le spectacle, à la manière d’un bruitage de cinéma, ce qui rendait le spectacle différent chaque jour.

Ils ont fait salle comble tous les jours et une belle tournée s’annonce pour eux. Jérôme est un étonnant comédien aux multiples facettes qui n’a pas encore fait ses premiers pas devant la caméra (à part une furtive apparition dans Le conseiller), mais s’y essaierait bien. Il se dit attiré par le cinéma et curieux de ce métier-là.

 

 

Romain David (un des héros de Noir Océan de Marion Hansel) était venu rejoindre Jérôme de Faloise aux Théâtres des Doms pour y proposer une lecture de leur projet NIMIS.

 

L’équipe de Noir Océan aux Magritte

 

Le Nimis groupe est un collectif d’acteurs qui interroge les frontières, les politiques et les mobilités européennes. Les quelques passages qui nous ont été présentés teintés d’humour grinçant et d’absurdes réalités étaient pleins de promesses.

 

Romain David et David Murgia sont inséparables – ici, à l’avant-première Cinevox de La Marche

 

À Avignon, le Théâtre des Doms, est l’officielle ambassade de la scène belge au cœur du Festival off. La fédération Wallonie-Bruxelles l’a en effet acquis pour y mettre en valeur la très riche production nationale.

 

 

Chaque année, en juillet, il devient le quartier général de toute la communauté artistique noir-jaune-rouge.

Coté jardin, Isabelle Jans et Hervé d’OtreppeIl, les directeurs du lieu proposent des rencontres pro mais aussi des rencontres publiques avec les équipes artistiques programmées, des lectures croisées Wallonie-Bruxelles /PACA …Le théâtre des Doms est ainsi devenu une vitrine formidable où les artistes présentent des projets en train de se monter en Belgique et bénéficie d’un retour direct des professionnels présents, des coproductions peuvent s’y établir.

 

 

Ainsi on a pu y voir la jeune mère de télé de Fabrice Murgia dans Melting pot café, Stéphane Bissot (photo ci-dessus), venue faire une lecture poignante de son récit très filmique Après nous les mouches, laissant Marie Kremer et l’assistance bouleversées.

 

« La lecture aux Doms a été un moment très important pour moi. C’était une première. Première fois que je partageais des extraits d’un texte dont je suis aussi l’auteur. J’y ai pris beaucoup de plaisir, même si j’ai ressenti un grand trac.

Ce fut un grand bonheur de retrouver l’émotion directe avec le public. Au cinéma, il n’y a pas véritablement de cercle. Celui-ci est différé, morcelé, même si les émotions sur le tournage et puis les retours du public peuvent être intenses. Alors qu’au théâtre cette force de l’instant, cette émotion si particulière, cette écoute physique sont directement palpables.”

 

Les projets de Stéphane sont divers: “Le Beau Monde de Julie Lopez Curval est actuellement en salles en France. Je suis nommée au festival Jean Carmet, dédié aux seconds rôles, à Moulins en Auvergne pour Christiane, mon personnage dans ce film. Le film sera aussi à Toronto ainsi qu’Alleluia de Fabrice Du Welz dans lequel j’apparais. Sauvez Wendy de Patrick Glotz est actuellement en postpoduction et les très attendus Chevaliers Blancs de Joachim Lafosse devraient être prêts pour… le Festival de Cannes.

Je suis guest dans la saison 5 d’Engrenages qui sera diffusée sur Canal plus à partir de novembre. Et il y a d’autres projets en préparation. On ne décroise pas les doigts. »

 

[Photo : Bernard Brun]

Stéphane Bissot, a profité de son passage à Avignon pour aller applaudir Sergi Lopez  son partenaire dans Le beau monde qui jouait Livingston 30/40.

Nombre de ses acolytes de cinéma s’y sont d’ailleurs croisés, David Murgia, Romain David, mais aussi les complices de Sergi sur Tango Libre, Fréderic Fonteyne et Anne Paulicevich qui revenaient du Festival du cinéma belge de Nîmes et dont nous vous parlerons prochainement.

Check Also

Le BRIFF ouvre avec « Le Procès du chien »… et François Damiens!

Le Brussels International Film Festival vient d’annoncer son film d’ouverture, le premier film de la …