Vlaamse Filmprijzen
Pas de pitié pour les végétariens

Ceux qui n’aiment pas le steak saignant en sont pour leurs frais : Rundskop a outrageusement dominé les Vlaamse Filmprijzen remis ce soir à Ostende, empochant six trophées : meilleur film, meilleur premier film (logique), meilleur réalisateur (Michael Roskam), meilleur acteur (Matthias Schoenaerts, tu m’étonnes), meilleure photographie (Nicolas Karakatsanis) et meilleur acteur dans un second rôle (Jeroen Perceval).

 

Thriller psychologique sur fond de trafic d’hormones, Rundskop/Tête de Boeuf est une nouvelle preuve du talent flamand qui capte l’attention de son public avec un sujet (très) glauque, traité sans aucune facilité. Beaucoup de journalistes ont vu du Scorcese (grande époque) dans le jeune Michael R.Roskam et on ne peut pas leur donner tort.  D’autant que le réalisateur s’est trouvé d’emblée son De Niro, le délirant Matthias Schoenaerts qui dégage ici un charisme animal flamboyant. Qu’il se métamorphose ainsi pour ce rôle historique ne fait que renforcer la comparaison avec le grand Bob (Raging Bull). Tous les autres prix qu’il a reçus sont éminemment mérités. Le seul qui lui échappe peut-être injustement est celui de la meilleure musique… pour lequel il n’était même pas nommé. Bizarre autant qu’étrange pour la partition de Ref Keunen pourtant assez exceptionnelle.

 

 

Après les nominations, le formidable thriller limbourgeois qui a attiré près de 500.000 spectateurs belges dans les salles, était au coude à coude avec Adem qui doit se contenter du Vlaamse Prijs du meilleur scénario et de la meilleure actrice dans un second rôle (Anemone Valcke).

 

 

La meilleure actrice de l’année est Agnieszka Grochowska dans le film Beyond the Steppes tandis que Bert Ostyn emporte le prix de la meilleure musique pour Turquaze.

Les deux derniers trophées  sont revenus à l’étonnant projet Schellebelle 1919 (bijzondere prestatie) et à Gus Van den Berghe pour Blue Bird (prix de la culture flamande).

 

 

Les Vlaamse Prijzen ne sont pas le résultat d’un vote global de tous les membres de la profession, mais des lauréats désignés par un jury. Pour cette 3eédition, Peter Van den Begin, président et par ailleurs acteur principal de Fritz en Freddy, nommé plusieurs fois, a choisi de réunir des jurés pas forcément liés au milieu du cinéma: la photographe Lieve Blancquaert (compagne de Nic Balthazar), Hans Boulon, patron de Studio-100, Phara de Aguirre, journaliste TV, Els Dottermans actrice, Piet Gossaer chanteuse, Jan Mulder, éditorialiste néerlandais et ex-footballeur et Christophe Van Rompaey, réalisateur. La méthode rappelle celle des festivals et se distingue donc radicalement des formules classiques de mise dans des compétitions comme les Oscars, les César ou les Magritte où tous les professionnels peuvent s’exprimer.

Après De Helaasheid der dingen en 2010, Rundskop est un nouveau lauréat attendu. Et incontestable? Oui, on peut oser le mot : incontestable ! Proficiat !

 

Check Also

Capsule #123: « Il pleut dans la maison »

Ce mois-ci dans We Love Cinema, rendez-vous avec l’équipe de Il pleut dans la maison: …