Montréal sous influence… flamande

Le Festival des Films du Monde de Montréal (FFM) a débuté hier. C’est le premier rendez-vous canadien de cette rentrée qui sera suivi par les Festivals de Toronto et en octobre, toujours à Montréal, par le Festival du Nouveau cinéma. Nous reviendrons bien sûr sur ces deux manifestations où des films comme L’étrange couleur des larmes de ton corps ou Morrocan Gigolos seront proposés.

 

Bizarrement, le FFM qui ouvre donc cette prolifique saison est le territoire privilégié du cinéma flamand outre-atlantique. Ces dernières années, trois films du nord s’y sont imposés: Ben X, Adem et Hasta La Vista. Logique donc que les organisateurs entretiennent désormais des liens privilégiés avec les réalisateurs flamands qui, cette année encore, tenteront de s’y distinguer.

 

Le Festival des Films du Monde de Montréal, qui en est à sa 37e édition, est l’unique festival d’Amérique du Nord présentant une compétition qui est reconnu par la Fédération Internationale des Associations de Producteurs de Films (FIAPF).

Avec Berlin, Cannes et Venise, Montréal fait également partie des 14 festivals de catégorie « A » pour les longs métrages.  Au niveau international, Montréal est considéré comme une importante plateforme de lancement au croisement des cultures européenne et américaine.

 

 

 

 

Le seul film à concourir en compétition officielle pour le Grand Prix des Amériques est Le Verdict/Het Vonnis, le thriller juridique de Jan Verheyen avec Koen De Bouw (Loft, La Mémoire du Tueur), Veerle Baetens (The Broken Circle Breakdown), Johan Leysen (The American, The Spiral, Jeune et Jolie) et Jappe Claes (La Mémoire du Tueur, Dossier K.). Il y sera présenté en première mondiale aujourd’hui.  En Belgique, il sera distribué le 9 octobre par Kinepolis Film Distribution (KFD).

Annoncé comme le blockbuster de la rentrée chez nous, Le Verdict est l’histoire de Luc Segers (Koen De Bouw), un homme qui perd les pédales lorsque l’assassin de sa femme est libéré suite à un vice de procédure.  Il veut faire sa propre justice et s’en prend à l’état de droit qui l’a abandonné.  Ce film, dont le scénario a également été écrit par Jan Verheyen, traite de justice, de morale et d’éthique.

Nous avons consacré ICI un article à ce film.

 

 ‘La sélection de Le Verdict en Compétition officielle du Festival des Films du Monde de Montréal est une magnifique surprise. » Expliquait récemment Jan Verheyen. « Ce festival a été une plateforme de lancement pour des succès internationaux de films belges flamands tels que Ben X, Oxygène (Adem) et Hasta la Vista.  J’espère que le fait que Le Verdict ait été retenu en Compétition mondiale sera un indicateur du caractère universel de mon film.’

 

Le producteur Peter Bouckaert de Eyeworks ajoute: ‘La sélection de Le Verdict en Compétition officielle du Festival de Montréal est la vitrine idéale pour ce film.  Les films belges flamands qui ont été remarqués à Montréal ont tous connu une belle carrière internationale par la suite.  Le Canada est le carrefour des cultures cinématographiques nord-américaine et européenne et représente dès lors la plateforme de lancement idéale.’

Pour Peter Bouckaert qui a, entre autres, déjà présenté Ben X à Montréal, cette édition sera particulière.  En effet, la semaine dernière le festival annonçait déjà la sélection de Marina de Stijn Coninx dont il est également le producteur dans la catégorie ‘Grands Maîtres’ de la Sélection officielle. Hors compétition, donc.

 

Le programme ‘Grands Maîtres’ fait partie de la sélection officielle du Festival des Films du Monde de Montréal avec la ‘Compétition Mondiale’. Y sont sélectionnés, des films de valeurs sûres du cinéma mondial auxquels le festival veut donner une attention particulière.

 

 

Marina commence en 1948. Le jeune Rocco grandit dans un petit village de Calabre. Un jour, son père prend une décision difficile : il veut offrir un meilleur avenir à sa famille. La Belgique sera sa terre promise. Il s’en va travailler dans les mines de charbon de Waterschei dans le Limbourg. Son plan : rentrer en Italie après avoir fait fortune. Mais un an plus tard, il fait venir sa famille en Belgique. Rocco doit s’adapter à une langue étrange et une autre culture. Contre la volonté de son père, le jeune Rocco cherchera une échappatoire dans la musique et l’amour.

 

‘Je suis très impatient de vivre la première projection publique de Marina au festival des Films du Monde de Montréal’ commente Stijn Coninx.  ‘C’est un grand honneur pour moi d’avoir été invité par la direction du festival dans leur sélection officielle “Grands Maîtres”.’

 

‘La projection qui aura lieu le 24 août à Montréal sera la première mondiale de Marina, deux mois avant la sortie en salles,’ ajoute Peter Bouckaert. ‘C’est une très bonne chose que la première mondiale du film ait lieu de l’autre côté de l’Atlantique. Stijn est parvenu à rendre cette histoire à la fois contemporaine et universelle. Matteo Simoni donne ici une performance de niveau mondial dans le rôle du jeune Rocco Granata qui se rebelle contre son père et son environnement.’

 

On confirme ! Comme nous avons eu l’occasion de le découvrir en primeur, nous pouvons déjà vous le dire: ce film est destiné à marquer le paysage belge. Racontant en toile de fond et par le petit bout de la lorgnette l’immigration italienne chez nous, Marina charrie avec virtuosité mille et une émotions. Celui qui ne finira pas en larmes a un cœur de pierre. La dernière scène du film est tout simplement bouleversante. Avec ce formidable film chaleureux, subtil et touchant, Stijn Coninx revient sur le devant de la scène et ça nous fait très plaisir (voir ici, le papier publié pendant le tournage).

Le film sortira en Belgique le 6 novembre. Il sera distribué par Kinepolis Film Distribution (KFD).

 

 

Troisième long métrage en compétition officielle, 82 jours en avril de Bart Van den Bempt figure au sommaire de la catégorie « Premières Œuvres ». Il s’agit d’une première mondiale et le film est en lice pour le Zénith d’Or.

82 jours en avril suit le périple de Herman et Marie, un couple d’une cinquantaine d’années. Ils vont à Istanbul pour récupérer le sac à dos de leur fils décédé. Lorsqu’ils en analysent le contenu, ils trouvent un journal de son voyage en Turquie. Herman décide de partir sur les traces de leur fils et parvient à convaincre son épouse de l’accompagner dans cette fuite vers l’inconnu en quête d’apaisement.

 

Les rôles principaux sont tenus par Marc Peeters et Karen Vanparys. 82 jours en avril a été produit par Ellen De Waele pour la maison de production Serendipity Films, plus connue pour la nomination aux Oscar du court métrage Mort d’une ombre de Tom Van Avermaet et une série de documentaires primés dans le monde entier.

 

 

Et ce n’est pas tout : dans la section ‘Regards sur le cinéma du Monde’, on retrouvera le  premier long métrage de Joël Vanhoebrouck, Brasserie Romantique, avec les courts métrages Norman de Robbe Vervaeke et Perfect Drug de Toon Aerts (lire ici)

En juin, Brasserie Romantique  a déjà remporté le Prix du Public au Festival international du Film Festroia à Setúbal au Portugal (voir ici). La prochaine étape est la sortie en France. En Belgique, le film est déjà disponible en dvd et vod.

 

Au Festival international d’Animation d’Annecy, Robbe Vervaeke a remporté le Prix Jean-Luc Xiberras du Meilleur Premier Film. Norman est un film peint à l’huile sur verre. Le personnage principal, un homme nerveux et seul, erre à travers la ville car il veut rester sur ses gardes face aux personnes étranges. Est-il aussi innocent qu’un enfant ? Ou représente-t-il un danger pour les autres ?

 

Perfect Drug de Toon Aerts  a également déjà fait ses preuves. Il a remporté le Méliès d’Or lors du 29e Imagine Film Festival d’Amsterdam. Au Festival International du Film Fantastique de Bruxelles, il a remporté le Grand Prix du Meilleur Court Métrage. Perfect Drug raconte les déboires d’une bande de voleurs qui braquent un laboratoire. Rien ne se passe comme prévu. Alors que le personnage central Yumiko cherche à apaiser leur patron albanais en colère, Misha ne peut résister à la tentation et boit une des éprouvettes volées. Koen Mortier et Eurydice Gysel ont produit Perfect Drug pour Epidemic. C’est eux aussi qui nous prépare Waste Land avec Jérémie Renier.

Check Also

La-Nuit-Se-Traine

Bande-annonce: « La Nuit se traine » de Michiel Blanchart

Découvrez la bande-annonce de La Nuit se traine, premier long métrage du cinéaste belge Michiel …