Mobilhome illumine la France

Cocorico! Mobile Home, le film belge du jeune réalisateur François Pirot enchante la France.

Après des critiques belges plus qu’élogieuses et une excellente première semaine au cinema en Belgique, le film enflame et enchante les médias français.

Un vrai engouement qui souligne les qualités intrinsèques du film et le talent de son équipe.

Et le public ne s’y trompe pas.

Le Monde

Joliment fantaisiste, dans ses ressorts comiques comme dans ses escapades sentimentales, Mobile Home est un divertissement de choix : léger, relevé d’un doux parfum d’absurde, bien joué. Nuancé, énergique, intéressant dans ses contrastes comme dans sa gémellité foncière : le duo Dupont-Gouix est un modèle d’équilibre, dont on s’attache sans mal à suivre les pérégrinations.

Les Inrocks

Un beau et tendre film sur l’intelligence et ses mystérieuses circonvolutions (…) Drôle et fin.

Télérama

En imaginant cette situation cocasse et pleine de tendre ironie, le réalisateur de ce premier film fait résonner des sentiments complexes (…) Arthur Dupont et Guillaume Gouix, tout en spontanéité et finesse (…) Sous ses airs de chronique presque trop modeste, Mobile Home dépeint avec subtilité un moment délicat de la vie.

 

[les deux photos en noir et blanc sont signées Christophe Brachet et ont été prises au festival d’Angoulême : découvrez son site ICI]

 

France INTER

Coup de cœur de la semaine.                                                                                     Un film ultra-réussi (…) Mobile Home est en réalité un faux road-movie mais une vraie réflexion sur les choix de vie (…) c’est surtout un très bon moment de cinéma.

Le Parisien

Arthur Dupont et Guillaume Gouix sont les mécaniciensd’un film plein de justesse et de tendresse.

A NOUS

L’amitié entre des personnages touchants à souhait et la tendresse qu’ils dégagent font de Mobile Home la première belle surprise decette rentrée.

Trois couleurs

Un fascinant road trip immobile.

Studio Ciné Live

Une fugue immobile au charme délicat. (…) Eclaboussé de rires éperdus, bouillonnant de rêves éconduits. Des pas-grand-chose sculptés dans le vent par François Pirot, délicieusement incarnés par Guillaume Gouix, Arthur Dupont et une triplette d’acteurs vénérables.

Premiere

Arthur Dupont confirme un charme hâbleur à la Belmondo, quand Guillaume Gouix, grand espoir du cinémafrançais, impose sa séduction virile à la Ventura. Leur complémentarité crève l’écran.

 

 

Le Figaro

Ces bras cassés sont attendrissants. (…) François Pirot contemple les dégâts. Il le fait  avec douceur, avec un humour duveteux, des épaules haussées. (…) Ces losers sont magnifiques. On leur souhaite tout le bonheur du monde.

Le Nouvel Observateur

Le belge François Pirot signe une comédie sucrée et acide sur ces rêves que l’on fantasme sans jamais les concrétiser (…) L’empathie de son regard et l’énergie de ses deux acteurs rendent le voyage délicieux.

La Croix

Une ironie tendre flotte sur le film dont rend compte le titre. Loin de nous accabler des atermoiements et des états d’âme de ses héros, cette comédie douce-amère raconte avec drôlerie et sensibilité leur difficulté à devenir adultes

Le Journal du Dimanche

Mobile Home dégage une chaleur et un charme immédiat (…) et vaut largement que l’on partage un bout de route avec lui. Un premier film attachant.

 


Grand Ecart

Les situations sont si justes, les dialogues sonnent si vrais, tout en gardant tout le long un sens de la dérision touchant, que Mobile Home ne peut que séduire (…) Mobile Home est une invitation au voyage à ne pas manquer, à bord d’un camping-car où l’on s’amuse et on s’émeut, donnant à ses rêves des envies de réalité.

Toutleciné.com

Un jeu des acteurs admirable de vérité et de finesse dans ses jongleries : on s’instruit sans s’ennuyer, on s’amuse sans s’abrutir, on est ému sans larmoyer. Une vraie réussite quenous ne saurions que trop vous conseiller si vous pensez y être sensible etpouvoir vous y retrouver. Nous, nous disons : «bravo et merci ».

 

 

Check Also

« Sauve qui peut »: aux côtés des soignants

Avec Sauve qui peut, Alexe Poukine se penche sur les processus d’apprentissage auxquels participent les …