Matthias, Catherine, Marc et Laurent sont à Cannes

C’est ce matin que Pierre Lescure, tout nouveau Président du Festival de Cannes, et Thierry Frémaux, Délégué Général, ont présenté la Sélection Officielle du 68e Festival de Cannes. L’exercice de la Conférence de Presse est un rituel très codifié qu’on peut désormais suivre en direct sur Internet.

1854 films ont été soumis au Festival cette année et 48 ont été retenus et officiellement annoncés aujourd’hui. Parmi eux 8 premiers films. Avec les sections complémentaires, on peut attendre 15 ou 16 premiers films qui seront donc en course pour la Caméra d’or.

Cette première sélection sera complétée dans les jours à venir par une dizaine de titres supplémentaires saupoudrés dans les différentes sections.

 


Le festival s’est donné cette année encore pour mission de poser des noms nouveaux sur la carte du cinéma mondial. Des noms, des films, des pays.

 

 

A ce stade, pas de film belge,… mais trois coproductions (Scope deux fois et Saga) ainsi que plusieurs longs métrages portés par quelques-uns de nos comédiens dans des rôles en vue.

 

 

Dans la section Un certain regard  on verra Je suis un soldat avec Louise Bourgoin, Jean-Hugues Anglade et Laurent Capelluto, un des meilleurs comédiens belges, par ailleurs Magritte 2014 du meilleur second rôle pour le temps de l’aventure.

Je suis un soldat est coproduit par Saga et a été tourné en partie en Belgique. Il s’agit du premier long métrage du Français Laurent Larivière après six courts.

Louise Bourgoin y est Sandrine, trente ans, qui découvre la précarité après avoir perdu son job et accepte de travailler dans le chenil de son oncle qui est en fait une plaque tournante d’un immonde trafic de chiens venus de l’est.

Le scénario était fulgurant. Vu sa sélection, le film devrait être à la hauteur…

 

 

 

Autre sujet de satisfaction, et non des moindres, Matthias Schoenaerts incarne un ancien soldat dans Maryland de la Française Alice Winocour, coproduit en Belgique par Scope pictures.
Souffrant de syndrome post-traumatique, il se retrouve chargé de la protection de la femme et de l’enfant d’un riche homme d’affaires libanais, en l’absence de ce dernier. Sacré défi quand on sait que la dame en question est incarnée par la délicieuse Diane Kruger.

 

 

Pour la sélection officielle, le focus belge se fera plutôt sur nos comédiens que sur des films

Comme déjà révélé, on retrouvera à Cannes notre compatriote Catherine Salée dans le film d’ouverture, la tête haute (lire ici). Marc Zinga sera aussi du voyage, lui qui découvrira la Croisette avec le film Deephan de Jacques Audiard, également en Compétition.
Il y interprétera le rôle-titre aux côtés notamment de Vincent Rottiers. Etoile montante du cinéma belge (Les rayures du zèbre, Qu’Allah bénisse la France), il sera également à l’affiche de Spectre de Sam Mendès, nouvel épisode des aventures de James Bond.

 


On pointe aussi en sélection officielle une deuxième coproduction signée Scope Pictures (déjà Palme d’or en 2013 avec La vie d’Adèle) : Marguerite et Julien de Valérie Donzelli raconte l’histoire du fils et de la fille du seigneur de Tourlaville. Ils s’aiment d’un amour tendre depuis leur enfance. Mais en grandissant, leur tendresse se mue en passion dévorante. Leur aventure scandalise la société qui les pourchasse. Incapables de résister à leurs sentiments, ils doivent fuir…

 

 

Ni film belge francophone, ni film flamand, donc. Une configuration à laquelle nous n’étions pas du tout habitués ces dernières années.

Tous nos regards sont donc braqués aujourd’hui sur les deux prestigieuses sections complémentaires qui seront très prochainement annoncées et sur les films qui seront ajoutés. Seuls 16 films de la compétition ont été annoncés aujourd’hui alors qu’on devrait aller jusqu’à 20 au final.

Allez, on y croit. Un peu…

 

(ADDENDUM : et on a eu raison, lire ICI)

 

 

 

Séances de minuit :

Office, de Hong Won-Chan
Amy, d’Asif Kapadia sur Amy Winehouse.

 

Séances spéciales

Asphalte, de Samuel Benchetrit
Oka, de Souleymane Cissé
Amnesia, de Barbet Schroeder
Une histoire d’amour et de ténèbres, de Natalie Portman

 

Hors compétition

La Tête haute, d’Emmanuelle Bercot (film d’ouverture)
Mad Max : Fury Road, de George Miller
Un homme irrationnel, de Woody Allen
Inside out, de Pete Docter & Ronaldo Del Carmen
Le Petit prince de Mark Osborne

 

Un certain regard

Masaan (Fly away solo), de Neeraj Ghaywan
Rams, de Grímur Hákonarson
Voyage sur l’autre rive, de Kiyoshi Kurosawa
Je suis un soldat, de Laurent Lariviere
Soleil de plomb, de Dalibor Matanic
The Other side, de Roberto Minervini
L’étage du dessous, de Radu Muntean
The Shameless, d’Oh Seung Uk
Las Elegidas, de David Pablos
Nahid, d’Ida Panahandeh
Comorea, de Corneliu Porumboiu
Maryland, d’Alice Winocour
Madonna, de Shin Suwon
The Fourth direction, de Gurvinder Singh

 

En compétition

Dheepan, de Jacques Audiard
La loi du marché, de Stéphane Brizé
Marguerite et Julien, de Valérie Donzelli
Le Conte des Contes, de Matteo Garrone
Carol, de Todd Haynes
The Assassin, de Hou Hsiao-hsien
Mountains may depart, de Jia Zhangke
Notre petite soeur, de Hirokazu Kore-eda
Macbeth, de Justin Kurzel
The Lobster, de Yorgos Lanthimos
Mon roi, de Maïwenn
Mia Madre, de Nanni Moretti
Le fils de Saul, de Laszlo Nemes
La jeunesse, de Paolo Sorrentino
Louder than Bombs, de Joachim Trier
The sea of trees, de Gus Van Sant
Sicario, de Denis Villeneuve

 

Check Also

« Histoires d’Amérique: Food, Family and Philosophy »

La Quinzaine des Cinéastes rendait hommage cette année à Chantal Akerman, avec la projection de …