Marina, un film belge en apesanteur !

Gravity cloué au tapis par un film belge en deuxième semaine, on ne s’y attendait pas. Personne ne l’aurait pronostiqué. C’est pourtant ce qui est arrivé ce week-end en Belgique. Marina a supplanté l’odyssée en apesanteur d’Alfonso Cuaron et envoyé dans les cordes Le Cartel/The Councelor de Ridley Scott et Escape Plan avec le duo Schwarzenegger/Stallone sortis mercredi dernier

 

En général, un film en deuxième semaine perd une partie de son public. C’est logique. À notre époque où les cycles d’exploitation sont de plus en plus courts pour laisser la place à d’autres longs métrages, plus frais, poussés par une promo flambant neuve et des avant-premières parfois médiatiques, un recul de 20 % est considéré comme une belle performance. Une chute de 45 à 55 % est presque normale.

 

 

Le seul moyen pour qu’un film évite ce traitement est que le bouche-à-oreille né des premiers jours de programmation soit suffisamment puissant et enthousiaste pour renouveler le public de fond en comble. Nous avons toujours écrit que ce serait la clé du succès de Marina, un film émouvant qui a été éreinté par l’immense majorité de la critique. Il s’agit là du plus gros clivage enregistré depuis longtemps entre un public unanimement sous le charme à la sortie des salles (voir ici lors de notre Cinevox Happening où, rappelons-le le film avait été projeté à l’aveugle à des spectateurs pas du tout préparés à le voir) et des journalistes plutôt remontés pour des raisons qui nous échappent encore.

 

 

« Nous ne pensons pas que la presse soutiendra le film », pronostiquait son producteur Peter Brouckaert au moment de l’avant-première bruxelloise. « Stijn (Coninx) n’a pas peur d’être émouvant et léger et les critiques n’aiment en général pas trop ça. De toute façon, le succès du film, si succès il y a, viendra de l’engouement populaire. Je suis certain que le film va parler aux spectateurs et s’ils sont assez nombreux à le voir très tôt, il sera un beau succès au box-office. C’est là que tout va se jouer ».

 

 

On sait depuis longtemps que Peter Bouckaert est un fin analyste: il a mis en place avec ses coproducteurs wallons, Les Films du Fleuve, une stratégie permettant aux spectateurs de s’enthousiasmer très tôt. Les sneak previews que nous avons proposées l’ont immédiatement intéressé. Et les avant-premières limbourgeoises où le film était simultanément projeté dans dix salles combles d’un même complexe ont enfoncé le clou. Une exceptionnelle soirée liégeoise, dans le fief des frères Dardenne donc, en présence du Premier Ministre, Elio Di Rupo, ému et dithyrambique, a achevé de convaincre les sceptiques.

 

Marina sera-t-il le champion belge de l’année au box-office? Ce n’est pas certain. Het Vonnis actuellement en 6e semaine a déjà attiré environ 300.000 spectateurs, mais le film de Stijn Coninx sera de toute manière un formidable succès.  En attendant que La Marche de Nabil Ben Yadir vienne intégrer le trio de tête ?

Check Also

« Apple Cider Vinegar »: écouter les pierres

Dans Apple Cider Vinegar, Sofie Benoot revisite le film ethnographique en suivant une documentariste retraitée …