Magritte 2024: faites vos jeux!

A quelques jours des 13e Magritte du cinéma, on fait le point sur les grands enjeux de cette 13e Cérémonie, les favoris, les outsiders, et les forces en présence!

L’année dernière, la 12e édition des Magritte du Cinéma venait sceller s’il en était besoin l’incroyable côte d’amour, publique et professionnelle de Bouli Lanners, couronné des prix du Meilleur film, de la Meilleure réalisation et du Meilleur acteur, rien que ça, pour Nobody Has to Know et La Nuit du 12. Mais que nous réserve cette 13e édition, qui fait la part belle aux premiers films?

Renouveau

Les Magritte ont toujours permis de célébrer la vitalité des cinémas belges, faisant une large place aux nouveaux talents, mettant en lumière premiers et deuxièmes films, dans ses nominations comme dans ses palmarès, à l’image de l’édition 2022, qui avait sacré Une vie démente d’Ann Sirot et Raphaël Balboni et Un monde de Laura Wandel.

Cette année, un film décroche  un nouveau record: Augure comptabilise 13 nominations! Un double record d’ailleurs, puisqu’à titre personnel, Baloji, dont c’est le premier long métrage, récolte quatre nominations pour le même film, dans les catégories Meilleure réalisation, Meilleur scénario, Meilleurs costumes (nommé avec Elke Hoste), et Meilleure musique. Un véritable homme orchestre, décidément. Le film est donc nommé dans les catégories « phare » (film, premier film, réalisation, scénario), dans les catégories soulignant sa direction artistique (image, son, montage, décors, costumes, musique), et pour son interprétation, avec Marc Zinga, Yves-Marina Gnahoua et Lucie Debay. Il poursuit ainsi une carrière qui ressemble à un sans faute, initiée à Cannes, en Sélection officielle, où le film a reçu le prix New Voice de la section un certain regard. Augure depuis enchaine les prix et les festivals, et a été choisi pour représenter la Belgique aux Oscars. On peut légitimement penser que le film ne ressortira pas bredouille du palmarès. Mais quelle sera l’ampleur de ses victoires? Tutoiera-t-il d’autres records, comme celui retenu pour l’instant par Duelles, 9 récompenses en 2020?

augure-baloji
13 nominations pour « Augure » de Baloji, dont celles de Marc Zinga (Meilleur acteur) et Lucie Debay (Meilleure actrice dans un second rôle)

On n’aura pas l’outrecuidance de prendre les paris, d’autant que la qualité de la compétition n’est plus à démontrer, et qu’un autre premier film, lui aussi passé par le Festival de Cannes, est bien placé dans les nominations. Dalva, d’Emmanuelle Nicot, sera ainsi en lice pour 9 prix samedi soir, face à Augure notamment pour Meilleur film, premier film, réalisation, scénario, mais également pour sa direction artistique (image, son, et décors) et son interprétation, avec la jeune Zelda Samson, qui a reçu le Prix de la Révélation à la Semaine de la critique, et qui brigue le Magritte du Meilleur espoir, et Sandrine Blancke, que l’on se réjouit de retrouver sur grand écran.

Zelda Samson est la « Dalva » d’Emmanuelle Nicot

Face à eux, Ann Sirot et Raphaël Balboni feraient presque office de vieux de la vieille, alors que Le Syndrome des amours passées (joyeusement découvert en ouverture de la Semaine de la Critique de Cannes), qui totalise 8 nominations, n’est que leur deuxième long métrage. En lice notamment pour les prix du Meilleur film, de la Meilleure réalisation et du Meilleur scénario, on peut se demander s’ils surferont sur le succès d’Une vie démente (Meilleur film en 2022), ou si les votants choisiront de donner leur suffrage à de nouveaux entrants, comme Augure, Dalva, ou pourquoi pas Le Paradis, premier long métrage là encore, signé Zeno Graton. Découvert à Berlin, le film a été salué à sa sortie pour son lyrisme et son audace, représentant une jeune génération de créateurices queer qui entendent bien élargir le champ de nos imaginaires. Le film est lui aussi en lice pour les prix du Meilleur film, premier film, réalisation, scénario. Last but not least, l’outsider de la lutte pour le Meilleur film (et Meilleur premier film) est incontestablement Temps mort d’Eve Duchemin. Si le film n’a pas bénéficié de la caisse de résonance médiatique que peut représenter une sélection dans un festival comme Cannes ou Berlin, il a néanmoins durablement impressionné son public, au point de venir concurrencer les quatre films précités. Comme tout outsider, sa victoire serait une surprise, mais qui sait où va le vent.

Et le Magritte du Meilleur acteur est attribué à…

Il y a trois semaines, Arieh Worthalter créait la surprise (ou pas, pour certains!) en remportant le César du Meilleur acteur pour son rôle dans Le Procès Goldman de Cédric Kahn, au nez et à la barbe de Romain Duris, Melvil Poupaud, Raphaël Quenard et Benjamin Lavernhe, excusez du peu. Il briguera son premier Magritte du Meilleur acteur pour le même rôle, sachant qu’il a déjà remporté deux statuettes dans la catégorie Meilleur second rôle, pour Girl et Duelles. Notons par ailleurs qu’il est également en lice dans la catégorie Meillleur acteur dans un second rôle pour Rien à perdre et qu’il est l’impressionnant héros des Silencieux, dans la course pour le Magritte du Meilleur court métrage de fiction. Sachant qu’il a également reçu le Prix Lumière (remis par la presse internationale installée en France) pour le même rôle, il faut pas mal d’imagination pour voir comment le Magritte pourrait lui échapper, même s’il a en face de lui un Jérémie Renier qui n’a encore, étrangement, jamais remporté ce titre, en lice pour Ailleurs si j’y suis de François Pirot, rôle aussi physique que métaphysique, et un Marc Zinga tout à fait troublant et habité dans Augure de Baloji. On ose penser que Bouli Lanners, nommé pour Un coup de maître, passera peut-être bien son tour cette année…

Arieh Worthalter dans « Le Procès Goldman »

Du côté des actrices, la concurrence sera rude. On retiendra que deux prétendantes au titre sont nommées dans deux catégories d’interprétation. Lucie Debay, qui a déjà remporté le Magritte du Meilleur espoir pour Melody, et le Magritte du Meilleur second rôle pour Nos batailles pourrait bien réaliser le Grand Chelem pour sa prestation aussi émouvante que réjouissante dans Le Syndrome des amours passées. Elle est également en lice pour le Magritte de la Meilleure actrice dans un second rôle pour Augure. Mara Taquin quant à elle volerait presque la vedette à Fabrice Luchini dans La Petite de Guillaume Nicloux. Déjà sur tous les fronts en Belgique (on l’a vue à la télé, dans La Ruche et Rien à foutre l’année dernière, bientôt dans Chiennes de vie de Xavier Seron, elle tourne actuellement dans le nouveau film de Laurent Micheli, Nino dans la nuit), la jeune comédienne voit sa carrière se déployer en France avec ce rôle (et sa participation à la mini-série à succès Sambre). Elle est également en lice pour le Magritte du Meilleur espoir féminin pour La Bête dans la jungle. Son heure est peut-être bien venue… à moins que ce ne soit celle de Yolande Moreau! Aussi incroyable que cela puisse paraître, cette dernière n’a encore jamais remporté le Magritte de la Meilleure actrice,  ce rôle qu’elle s’est écrit sur mesure pour La Fiancée du poète, son troisième film en tant que réalisatrice, pourrait bien être celui qui lui vaut les faveurs des votant·es de l’Académie. Dernière candidate en lice, loin d’être des moindres, Lubna Azabal, Présidente de la précédente Cérémonie, déjà deux fois primées, qui revient pour sa bouleversante interprétation dans Le Bleu du caftan. Il n’est pas impossible néanmoins que les votant·es attendent l’année prochaine pour la saluer dans Amal

Et vous, quels sont vos pronostics?

Check Also

Cannes 2024: les talents belges

La 77e édition du Festival de Cannes s’annonce riche en découvertes comme en retrouvailles cinématographiques, …