Magritte 2018: faites vos jeux!

Les Magritte du Cinéma 2018, c’est déjà samedi! Une pléiade de talents du cinema belge et du cinéma international sont attendus sur les marches bleues du Square pour cette soirée d’évènement, qui fera des heureux et quelques déçus. Seule certitude à ce stade? Le Magritte d’honneur, qui sera attribué à Sandrine Bonnaire. L’édition 2017 avait réservé quelques surprises, qu’en sera-t-il de celle-ci? Petit tour d’horizon des forces en présence…

Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario

Cinq films sont cette année en lice pour le Magritte du Meilleur film. Si rien n’est évidemment jamais acquis, la compétition semble particulièrement serrée cette année, puisque 3 films comptent un nombre similaire de nominations, Noces de Stephan Streker (8 nominations), Chez Nous de Lucas Belvaux (7 nominations) et Insyriated de Philippe Van Leeuw (6 nominations). Dode Hoek de Nabil Ben Yadir et Paris Pieds Nus d’Abel & Gordon en comptent respectivement 4 et 3. Sauf surprise, le prix devrait se jouer entre les 3 premiers, mais vers qui les votants vont-ils faire pencher la balance? Vers la tragédie moderne de Stephan Streker, Noces, portée par un casting de révélations absolument bouleversant? Vers le « vétéran » Lucas Belvaux, dont c’est la troisième participation aux Magritte avec ce film d’histoire contemporaine, et qui n’a encore jamais remporté la statuette tant convoitée du Meilleur film? Ou bien vers la famille syrienne de Philippe Van Leeuw, qui offre un point de vue acéré et assez unique sur un conflit encore et toujours au coeur de l’actualité?

En ce qui concerne le Magritte de la Meilleure réalisation, il reviendra à l’un de ses trois auteurs, ou à Nabil Ben Yadir, qui en s’appropriant les codes du polar dans Dode Hoek, a fait preuve une fois encore de sa polyvalence et de son amour du cinéma.

Idem pour le scénario qui se jouera entre les 3 réalisateurs sus-cité, et le duo Brosens & Woodworth, qui a toutes ses chances pour sa farce politico-bucolique King of the Belgians. Lucas Belvaux a jusqu’ici toujours remporté cette catégorie à chaque participation (pour 38 Témoins en 2013 et Pas son genre en 2015), mais la roue pourrait bien tourner cette fois-ci.

Quant à la catégorie Meilleur premier film, nous nous garderons bien d’oser une quelconque prédiction, tant les forces en présence sont aux antipodes les unes des autres aussi bien en terme de genre que de production!

Actrices, acteurs…

L’année dernière, cas inédit dans l’histoire des Magritte, le Prix de la Meilleure actrice était attribué ex-aequo à Virginie Efira pour Victoria et Astrid Whettnall pour La Route d’Istanbul. Passée la surprise, cette égalité venait souligner deux performances extraordinaires, portées par des actrices sublimes (dans des productions françaises). Cette année, 3 des 4 performances en lice concernent des films belges, et le trophée pourrait bien revenir une fois encore à Emilie Dequenne, qui trouve à nouveau chez Lucas Belvaux un rôle à la mesure de son extraordinaire talent. Mais l’actrice a déjà remporté deux fois la statuette pour A perdre la raison et Pas son genre. Le panel des votants lui préfèrera peut-être la jeune comédienne Lucie Debay, ou la valeur sûre Cécile de France, encore jamais primée aux Magritte, et qui compose un duo inédit et pétillant avec François Damiens dans Otez-moi d’un doute de Carine Tardieu.

Duo inédit et double nomination pour François Damiens et Cécile de France

François Damiens justement connaît cette année sa 7e nomination, pour un Prix qui s’est toujours jusqu’ici dérobé. Est-ce que les membres de l’Académie choisiront cette année de valider sa performance et son parcours en lui attribuant enfin un trophée? Ou opteront-ils plutôt pour l’omniprésent Peter Van Den Begin, salué pour sa performance remarquée dans King of the Belgians, et tout aussi excellent dans Dode Hoek? On imagine que le Prix se jouera entre eux deux, même si les deux autres nominés, Jérémie Renier et Matthias Schoenaerts, tous deux déjà primés, n’ont plus à faire leurs preuves.

Côté actrice dans un second rôle, on peut penser que l’excellente Aurora Marion, seule représentante de l’exceptionnel casting de Noces, pourrait obtenir la faveur des votants, et bénéficier d’une prime au film belge. Les pronostics sont plus complexes pour la catégorie Meilleur acteur dans un second rôle. On y retrouve certes deux habitués de la catégorie déjà largement récompensés aux Magritte (David Murgia pour Dode Hoek et Laurent Capelluto pour Faut pas lui dire), mais les votants pourraient bien leur préférer deux « nouveaux » venus très appréciés de la profession, Patrick Descamps, très intense dans Chez Nous, ou Jean-Benoît Ugeux, qui trouve un beau rôle dans Le Fidèle, et que l’on a vu cette année dans de nombreux autres films.

Chez les espoirs, difficile de se prononcer tant la sélection est hétéroclite, et le temps de jeu à l’écran inégal. Pour cette dernière raison, et bien sûr leur performance, on osera avancer que Soufiane Chilah (Dode Hoek) ou Baptiste Sornin (Sonar) pourraient bien tirer leur épingle du jeu, de même qu’Adriana Da Fonseca, seule représentante du casting d’ensemble d’Even Lovers Get the Blues. Face à elle, on retrouve néanmoins la jeune Fantine Harduin, révélée aux yeux du monde au printemps dernier sur la Croisette pour sa partition ambigüe dans le Happy End de Michael Haneke, et qui s’apprête à jouer le rôle principal dans le prochain film de Fabrice du Welz.

Que ce jeu des pronostics est difficile…

Courts et docs

L’année dernière, le duo Seron/ Fortunat-Rossi créait la surprise en remportant pour la deuxième année d’affilée le Magritte du Meilleur court métrage de fiction pour Le Plombier. Difficile cette année également de s’engager sur le possible vainqueur, on notera néanmoins que Le Film de l’été d’Emmanuel Marre semble fort apprécié d’une partie de la profession, en témoigne notre petit questionnaire de fin d’année publié récemment, où le film revenait régulièrement à la question: « Quel est votre film belge préféré de 2017? ».

Le-film-de-l-ete
Le Film de l’été, « favori » de notre questionnaire de fin d’année, sera-t-il aussi le favori des votants?

En animation, 3 des 4 films nominés sont sortis en salle dans le cadre de l’un des compilations de la Chouette du Cinéma, La Fontaine fait son cinéma, et Le Vent dans les roseaux. De là à penser que la Chouette a toute ses chances…

Côté doc, deux réalisateurs déjà primés semblent bien placés pour remporter une nouvelle statuette. Thierry Michel, déjà nominé 4 fois, et lauréat en 2016, revient avec Enfants du Hasard, un retour au pays après de nombreux documentaires consacrés à la RDC, qui pourrait s’avérer être payant. Mais de son côté, Jérôme Le Maire livre un film tranchant et percutant sur la crise du travail et le drame du burn-out…

Et les autres prix?

On relèvera la présence dans nombre de catégories (4) de Grave, premier long métrage de Julia Ducournau, film français, mais tourné en grande partie en Belgique, et coproduit par Frakas Production. Le film a également créé la surprise hier lors de l’annonce des nominations pour les César. On pourrait bien le retrouver au palmarès des Magritte 2018, dans la catégorie Meilleur film étranger en coproduction ou ailleurs… La compétition sera rude également du côté des meilleurs films flamands. Si, en dépit de ses qualités, on voit mal Cargo, premier film de Gilles Coulier, sortir vainqueur, bien malin celui qui pourra prédire qui de Fien Troch, Michaël R. Roskam ou Peter Brosens & Jessica Woodworth aura trouvé les faveurs des votants! On notera enfin que quelques soient les résultats des catégories Meilleur son et Meilleure image, le ou la lauréate sera vraisemblablement un/e nouveau venu/e au Palmarès des Magritte. Un peu de sang frais!

Résultats des courses samedi soir vers 22h30…

NB: les spectateurs de notre prochain Cinevox Happening spécial Magritte seront invités à prédire les résultats pour le Magritte de la Meilleure actrice et du Meilleur acteur, et auront ainsi l’opportunité d’être tirés au sort pour assister « en vrai » aux Magritte 2018! 

Check Also

« La Peine », immersion en prison

Cédric Gerbehaye propose avec La Peine, son premier long métrage documentaire, une immersion aussi rare …