Magritte 2018: le come back de Fabrizio Rongione!

Fabrizio Rongione
C’est donc officiel: Fabrizio Rongione remettra son costume de MC des Magritte le 3 février prochain pour la 8e édition de la Cérémonie!
Après avoir présenté la Cérémonie en 2013 et 2014, Fabrizio Rongione revient donc aux affaires au Square, pour accompagner le passage de témoins entre BeTv, diffuseur de la Cérémonie depuis sa création, et la RTBF, qui reprend le flambeau cette année. C’est donc un visage familier que les spectateurs retrouveront pour cette 8e édition inédite, diffusée sur le service public, pour un évènement désormais des plus attendus, aussi bien pour son palmarès que pour les bons mots et les audaces de son/sa maitre/sse de Cérémonie. en plus de se succéder à lui-même – un rare privilège, non? – Fabrizio Rongione succède donc à Helena Noguerra, qui présenta les deux premières éditions, puis à Charlie Dupont (2015, 2016) et à Anne-Pascale Clairembourg.
Un visage familier, mais dont il est bon de rappeler le parcours singulier jusqu’à ces quelques mètres carrés et ce petit écran.

Fabrizio Rongione, c’est un parcours atypique qui se déploie du coeur du cinéma belge (et dans l’univers des frères Dardenne) au cinéma transalpin, en passant par la scène, et la crème des séries françaises. Après le conservatoire, Rosetta est son premier film. Le comédien sait ce qu’il veut faire: jouer, jouer, et encore jouer. Et peut-être même écrire. Dès 2002, il livre une autre facette de son talent avec le spectacle A Genoux, seul-en-scène imaginé avec son ami Samuel Tilman, l’histoire d’un jeune italo-bruxellois à tendance hypocondriaque. Il remet ça en 2009 avec On vit peu mais on meurt longtemps, où il épingle avec jubilation les paradoxes quotidiens de la globalisation. On lui découvre un humour militant, qu’il déclinera avec justesse sur la scène du Square, et qu’il cultive encore aujourd’hui dans ses « Cafés serrés » sur la RTBF.

Entre temps, sa filmographie s’est largement étoffée, du grand au petit écran. Il participe notamment aux prestigieuses séries françaises Mafiosa et Un village français, et poursuit son chemin parsemé de films d’auteurs européens: Ca rend heureux de Joachim Lafosse, Diaz: un crime d’état de Danièle Vicari, La Religieusede Guillaume Nicloux, I Figli della Notte de Andrea de Sica, Le Coeur Régulier de Vanja d’Alcantara. Il sera très prochainement à l’affiche du film de Samuel Tilman, Une part d’ombre. Et dans Il Primo Re de Matteo Rovere (dont le tournage vient de se terminer). Sa carrière est aussi marquée par un sens certain de la fidélité, de son histoire avec les frères Dardenne, ses pères de cinéma (on l’a vu dans RosettaL’EnfantLe Silence de LornaLe Gamin au véloDeux Jours une nuit, qui lui valut d’ailleurs un Magritte du Meilleur Comédien, La Fille Inconnue), ou encore avec le réalisateur français Eugène Green (La SapienzaLe Fils de Joseph).

On se réjouit donc de le retrouver sur la scène du Square en février prochain, le pas leste et le verbe acéré. En attendant de le retrouver au printemps en tête d’affiche du premier film de Samuel Tilman, Une part d’ombre, qui fera d’ailleurs l’ouverture du Be Film Festival mardi prochain.

Check Also

« Histoires d’Amérique: Food, Family and Philosophy »

La Quinzaine des Cinéastes rendait hommage cette année à Chantal Akerman, avec la projection de …