« Ma Reum », attention, mère méchante

Ce mercredi 25 juillet sort dans les salles belges Ma Reum, comédie familiale de Frédéric Quiring principalement tournée en Belgique, qui fait la part belle à de nombreux jeunes comédiens belges. 

Fanny est une mère parfaite, voire plus-que-parfaite. Elle applique à la lettre les principes du miracle morning, se pomponnant tout en cuisant des pancakes, chérit sa famille, la choie, la cajole, la dorlote, la soigne et lui mitonne de bons petits plats. Ajoutez à cela qu’elle n’oublie pas de prendre soin d’elle-même, et vous aurez le portrait robot de la maman 2.0 idéale. Elle est tellement parfaite, qu’elle est blogueuse culinaire, c’est dire.

Seulement voilà, tant de perfection, parfois, ça frise l’obsession, et c’est peu dire que Fanny peut par mégarde parfois un peu surprotéger son fiston. Faut dire que la vie n’est pas facile pour ce dernier: il a beau être gentil comme une bonne pâte et mignon comme un cupcake, ses camarades semblent bien décider à lui pourrir la vie (scolaire) en faisant de lui leur souffre-douleur préféré.

Alors quand Fanny découvre le pot-aux-roses, elle va mettre toute son ingéniosité de ménagère parfaite au service de la seule cause qui lui tient vraiment à coeur: le bonheur retrouvé de son fils.

Ma Reum, comédie familiale à l’américaine (enchainement hyper rythmé des gags, acteurs hyper vitaminés, légère tendance aux blagues scatologiques et message sociétal qui va bien), relève le défi d’exploiter avec énergie le talent comique de ses comédiens, emmenés par une Audrey Lamy dans une forme olympique, servie par son physique élastique et son débit verbal ultrasonique.

Le film parle de harcèlement scolaire, sujet brûlant s’il en est, mais aussi du nécessaire lâcher-prise de parents dépassés par leur idéal de perfection. Non, ils ne pourront pas épargner à leurs enfants tous les malheurs du monde. Oui, ceux-ci trouveront surement en eux la force nécessaire pour y remédier. Un film sur le bullying donc, mais aussi sur l’importance de laisser grandir ses enfants. Et l’on se surprend à rire des stratagèmes mis en place par une femme de 40 ans pour terroriser des enfants de 15 ans.

Face à la comédienne française, on retrouve dans ce film principalement tourné en Belgique un cast de jeunes comédiens belges qui crèvent l’écran, au premier rang desquels deux jeunes acteurs déjà aperçus sur nos grands écrans. Charlie Langendries, découvert dans Boule et Bill 2, joue le rôle d’Arthur, tête-à-claque qui a plus d’un tour dans son sac, et pour qui la vengeance est un plat qui se mange froid. Igor Van Dessel, déjà vu dans L’Echange des Princesses, Le Rire de ma mère ou encore Le Fidèle, rien que ça, joue quant à lui le harceleur beau gosse mais pas bien malin qui va faire les frais de la fureur toute maternelle de Fanny.

Tournage en Belgique oblige, on retrouve également quelques têtes connues des spectateurs belges comme Tania Garbarski, Zidani, Kody, Ingrid Heiderscheidt, mais aussi de jeunes acteurs pas encore connus mais qui pourrait bien le devenir, comme Alice Verset, Louis Durant ou Martin Gillis.

Le film sort ce mercredi 25 juillet dans les salles belges.

Check Also

« Apple Cider Vinegar »: écouter les pierres

Dans Apple Cider Vinegar, Sofie Benoot revisite le film ethnographique en suivant une documentariste retraitée …