Que les Lumières soient !

Les Prix Lumières sont plus ou moins l’équivalent français des Golden Globes américains pour le septième art. Organisée dans le cadre des 15es rendez-vous du cinéma français à Paris, organisés par UniFrance du 15 au 21 janvier 2013, cette cérémonie récompensera les talents du 7e Art français et francophone de l’année 2012. Les trophées seront remis à Paris par la presse étrangère ce 18 janvier 2013.

 

Pour cette 17e édition, A Perdre la Raison est en nommé dans la catégorie du meilleur film francophone. De Rouille et d’Os truste par ailleurs les citations dans la plupart des catégories. Et Jérémie Rénier est aussi de la partie, cela va de soi.

 

Créés en 1995 par le journaliste américain Edward Behr et le producteur français Daniel Toscan du Plantier, ces Prix Lumières de la critique internationale sont attribués aux meilleurs films du cinéma français (ou francophones) de l’année précédente. C’est l’Académie Lumières qui les désigne par vote. Cette institution réunit plus de 200 des journalistes internationaux en poste à Paris et se donne pour objectif de susciter leur intérêt pour le 7e Art français.

 

Majoritairement financé en Belgique (par Versus), A Perdre la Raison ne pouvait pas concourir dans les catégories franco-françaises. Le drame de Joachim Lafosse a, par contre, une réelle chance de remporter le trophée dans la catégorie « Meilleur film francophone ». À moins que Laurence Anyways du Canadien Xavier Dolan ne concentre une partie des votes anglo-saxons? À suivre. Intéressante opposition de style en tous cas. Dans cette catégorie, l’an dernier, Le Gamin au Vélo et Les Géants s’étaient incliné devant Incendies de Denis Villeneuve.

 

En 2009, Le Silence de Lorna des frères Dardenne avait remporté le prix dans la catégorie « Meilleur film francophone »

 

 

De Rouille et d’Os qui est une coproduction majoritaire en France (et donc minoritaire en Belgique par la grâce des Frères Dardenne et de Delphine Tomson des films du fleuve) va se frotter une nouvelle fois à son grand adversaire cannois, Amour de Michael Haneke.

 

Toujours en 2009, Yolande Moreau était sacrée « Meuilleure Actrice » pour Séraphine

 

Le mélo de Jacques Audiard est nommé dans la catégorie « meilleur film », « meilleur réalisateur », meilleure actrice »  (Marion Cotillard), « meilleur scénario »… et « meilleur acteur » bien sûr.

Dans cette section, Matthias Schoenaerts a deux concurrents sérieux. Jean-Louis Trintignant et… Jérémie Rénier pour son ébouriffante personnification de Claude François.

 

Deux acteurs belges sur cinq noms avancés. Classe, non?

 

En 2010, Pauline Étienne est élue « meilleur espoir » pour le rôle de Laure pour le superbe « Qu’un seul tienne et les autres suivront » (à rattraper si ce n’est déjà fait)

 

 

 

Voici la liste de tous les nominés pour cette édition 2013

 

Meilleur film

Amour de Michael Haneke

De rouille et d’os de Jacques Audiard

Camille redouble de Noémie Lvovsky

Holy Motors de Leos Carax

Les adieux à la reine de Benoît Jacquot

 

Meilleur réalisateur

Jacques Audiard pour De rouille et d’os

Leos Carax pour Holy Motors

Michael Haneke pour Amour

Noémie Lvovsky pour Camille redouble

Cyril Mennegun pour Louise Wimmer

 

Meilleur scénario

Jacques Audiard et Thoma Bidegain pour De rouille et d’os

Leos Carax pour Holy Motors

Benoît Jacquot et Gilles Taurand pour Les adieux à la Reine

Noémie Lvovsky, Maud Ameline, Pierre-Olivier Mattei et Florence Seyvios pour Camille redouble

Valérie Zenatti et Thierry Binisti pour Une bouteille à la mer

 

Meilleure actrice

Marion Cotillard pour De rouille et d’os de Jacques Audiard

Catherine Frot pour Les saveurs du palais de Christian Vincent

Noémie Lvovsky pour Camille redouble de Noémie Lvovsky

Corinne Masiero pour Louise Wimmer de Cyril Mennegun

Emmanuelle Riva pour Amour de Michael Haneke

 

Meilleur acteur

Guillaume Canet pour Une vie meilleure de Cédric Kahn

Denis Lavant pour Holy Motors de Leos Carax

Jérémie Renier pour Cloclo de Florent Emilio Siri

Mathias Schoenaerts pour De rouille et d’os de Jacques Audiard

Jean-Louis Trintignant pour Amour de Michael Haneke

 

Meilleur espoir féminin

Agathe Bonitzer pour Une bouteille à la mer de Thierry Binisti

Judith Chemla, Julia Faure et India Hair pour Camille redouble de Noémie Lvovsky

Izia Higelin pour Mauvaise fille de Patrick Mille

Sofiia Manousha pour Le noir (te) vous va si bien de Jacques Bral

Soko pour Augustine d’Alice Winocour

 

Meilleur espoir masculin

Clément Métayer pour Après mai d’Olivier Assayas

Stéphane Soo Mongo pour Rengaine de Rachid Djaïdani

Pierre Niney dans Comme des frères d’Hugo Gélin

Mahmoud Shalaby pour Une bouteille à la mer de Thierry Binisti

Ernst Umhauer pour Dans la maison de François Ozon

 

Meilleur film francophone (Hors de France)

À Perdre la raison de Joachim Lafosse

Laurence Anyways de Xavier Dolan

La pirogue de Moussa Touré

L’enfant d’en haut de Ursula Meier

Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau

 

Check Also

La-Nuit-Se-Traine

Bande-annonce: « La Nuit se traine » de Michiel Blanchart

Découvrez la bande-annonce de La Nuit se traine, premier long métrage du cinéaste belge Michiel …