« Le Tout Nouveau Testament » doublement primé aux Trophées Francophones

Avec l’approche des fêtes de fin d’année s’ouvre la saison des Prix. Samedi soir avait lieu à Beyrouth la 4ème édition des Trophées Francophones du Cinéma, qui célèbrent le cinéma francophone dans toute sa diversité. Présidée par le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako, cette 4ème édition mettait tout particulièrement le cinéma belge à l’honneur avec un nombre record de 8 nominations pour ses talents.

Quatre fois nominé, Le Tout Nouveau Testament de Jaco Van Dormael est revenu avec deux Trophées, le Trophée du meilleur comédien décerné à Benoît Poelvoorde pour son interprétation d’un Dieu pour le moins acariâtre, mais aussi le Trophée du Meilleur Scénario, remis à Thomas Gunzig, présent à Beyrouth, qui a co-écrit le film avec Jaco Van Dormael. Le film a également valu une nomination à la femme de Dieu, Yolande Moreau, dans la catégorie de la Meilleure actrice dans un second rôle, et il concourrait pour le Trophée du Meilleur Film. C’est donc la deuxième fois que le Trophée du Meilleur Scénario revient à un film belge,  après le prix d’Anne Paulicevich et Philippe Blasband pour le scénario de Tango Libre de Frédéric Fonteyne en 2014.

Meilleur Scénario - MdC 2016 – Thomas Gunzig (Le tout nouveau

Jaco Van Dormael et Thomas Gunzig, déjà lauréats du magritte du Meilleur Scénario en février dernier pour « Le Tout Nouveau Testament »

Soulignons également la double nomination des deux jeunes héros de Keeper, Galatea Bellugi  (également présélectionnée pour le César du meilleur espoir en France pour ce rôle) et Kacey Mottet-Klein, qui livrent une performance de premier plan dans ce film de Guillaume Senez, formidable directeur d’acteurs.

GalateaKacey

L’autre film belge à l’honneur était un autre premier film, Tous les chats sont gris de Savina Dellicour, nommée en tant que meilleure réalisatrice! Enfin, Bouli Lanners était également de la partie, dans la catégorie Meilleur Second Rôle toujours pour Tous les chats sont gris (où son rôle en passant a tout d’un premier rôle).

Enfin, le Trophée francophone du meilleur film a été remis au film tunisien A peine j’ouvre les yeux de la réalisatrice Leyla Bouzid, coproduit en Belgique par la société Hélicotronc.

Check Also

« La Peine », immersion en prison

Cédric Gerbehaye propose avec La Peine, son premier long métrage documentaire, une immersion aussi rare …