Le meilleur de l’Europe

Tandis que la France accueille l’Europe du foot depuis le 10 juin, Bruxelles se concentresur l’Europe du cinéma dès ce vendredi soir. Car oui, le Brussels Film Festival – Dedicated to European Cinema s’apprête à vivre une nouvelle édition, la 14e depuis son installation à Flagey.

Cette année il se déroule du 17 au 24 juin.

 

 

 

 


Comme d’habitude, le rendez-vous se veut festif, compétitif et addictif. 8 jours de découvertes, plus de 20 pays européens à sillonner, 100 courts et longs métrages européens sélectionnés parmi plus de 1000 films, plus de 50.000 euros de prix pour encourager la création et la promotion cinématographiques en Europe, une section Panorama, des avant-premières, des courts métrages bien de chez nous, et des Music Docs.

Un jury évidemment, éclectique et résolument européen, un invité d’honneur (Guy Bedos), des invités venus défendre leur film, pour autant de rencontres et une même volonté d’inventer un territoire commun de dialogue et d’émotions.

 

Il y aura aussi des débats, des conférences, master classes, des DJ sets, et naturellement les désormais incontournables séances en plein air gratuites et joyeusement fédératrices. Si la météo ne fait pas des siennes, mais bon, on ne va quand même pas avoir un mois de juin intégralement pourri, si ?
Ces séances en plein air seront d’ailleurs le meilleur endroit pour découvrir des films belges, car pour le reste, c’est nada. Rien à reprocher au festival pourtant : les prochains mois en matière de cinéma national risquent d’être du genre aride. (Très) peu de films sont prévus d’ici le mois de décembre et ils sont presque tous néerlandophones (et déjà promis à des festivals ou de grosses avant-premières sponsorisées).

 

 

Au rayon des avant-premières, on notera tout juste une coproduction et un film mettant en scène une actrice belge : Vicky de Victoria Bedos avec aussi Chantal Lauby et François Berléand (coprod Nexus Factory) et Par accident avec Émilie Dequenne, Hafsia Herzi, Mounir Margoum.
C’est tout ? Oui, c’est tout.

 

Heureusement, on aura aussi droit à deux séances de courts métrages le 23 juin avec de nombreux films peu ou pas encore vus jusqu’ici, notamment Le Chevalier Blanc de Benard Yerles et le Mur de Samuel Lampaert. Et vous savez quoi ? Le 23 est un jour sans Euro, vous pouvez donc y aller sans remords même si vous êtes un fan de ballon rond.

 

 

Et puis donc, il y a ces projections gratuites et en plein air chaque soir dès 22h30.
On y (re)verra donc Je suis mort mais j’ai des amis (le 17), Le Tout Nouveau Testament (le 18), Parasol (le 19), Les premiers les derniers (le 20), Les Cowboys (le 21), D’Ardennen (le 22), Tous les chats sont gris (le 23), et Baden Baden (le 24). Soi à peu de choses près la crème de la crème d’une année de cinéma très riche et fort enthousiasmante.

 

Vous avez un doute ? Allez-y : c’est gratuit, funny et vous allez être (heureusement) surpris.

Check Also

« Apple Cider Vinegar »: écouter les pierres

Dans Apple Cider Vinegar, Sofie Benoot revisite le film ethnographique en suivant une documentariste retraitée …