Le FIFF à la flamande (et le FFO en VF)

Pour la cinquième année consécutive, le FIFF intègre des films flamands dans sa programmation afin de mettre en avant la vitalité du cinéma de nos voisins du Nord.

Le lundi 5 octobre, le public wallon découvrira ainsi une sélection de 4 longs métrages et 7 courts métrages.

 

 

 

BLACK d’Adil El Arbi et Bilall Fallah

Mavela, 15 ans, est une Black Bronx. Elle tombe éperdument amoureuse du très charismatique Marwan, membre de la bande rivale, les 1080. Les deux jeunes gens sont brutalement contraints de choisir entre la loyauté à leur gang et l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre. Choix impossible ? EN AVANT-PREMIERE BELGE !

 

 

 

CAFE DERBY de Lenny Van Wesemae

Georges est un marchand forain. Un commerçant. Un vrai de vrai ! Lorsqu’on lui propose de louer le Café Derby et qu’il apprend que le pape célébrera une messe en plein air tout près de l’établissement, une brillante idée lui vient à l’esprit. Sa femme, ses cinq enfants et ses collègues y croient également. Parce que Georges peut tout vendre, à tout le monde…

 

 

PARADISE TRIPS de Raf Reyntjens

Durant toute sa carrière, Mario, chauffeur d’autobus, a amené des pensionnés vers le sud ensoleillé. Aujourd’hui, alors qu’il est sur le point de prendre sa retraite, il est obligé d’emmener une bande de jeunes à un Festival en Croatie. Plusieurs conflits se développent sur le chemin, entre Mario, le conservateur, et les passagers alternatifs. Ce qui devait être le dernier voyage de Mario, devient très vite un trip fascinant durant lequel Mario est confronté à ses préjugés et à son fils qu’il croyait perdu.

 

 

 

TERUG NAAR MORGEN de Lukas Bossuyt

Malgré un tragique accident survenu pendant leur jeunesse, Victor, scientifique de renom, est depuis toujours heureux avec Lena. Un jour, avec son enthousiaste assistant, Titus, il fait une découverte révolutionnaire : il serait possible d’envoyer des mails… dans le passé. L’envie de changer l’histoire, tout particulièrement celle de Lena, est irrépressible et Victor n’hésite pas longtemps à cliquer sur « envoyer ». Mais aussi anodine que puisse sembler une intervention dans le passé, elle risque d’avoir de terribles répercussions.

 

 

RAYON COURTS

Billy the bully de Wannes Destoop : Billy, un jeune garçon de onze ans un peu rejeté, ne veut qu’une chose, faire partie d’un groupe. Jusqu’où va-t-il aller pour ça?

Copain de Jan et Raf Roosens (photo ci-dessus) : Fré est un adolescent qui se trouve coincé entre sa famille riche, conservatrice et ses amis de classe inférieure.  Il parvient à garder les deux mondes séparés, jusqu’à ce qu’il tombe amoureux…

De Smet de Thomas Baerten et Wim Geudens : Les frères De Smet ont créé un système pour vivre leur vie de célibataires de la manière la plus confortable possible. Quand une nouvelle femme s’installe dans leur rue, leur synergie s’effondre comme un château de cartes.

In de naam van de kater de Thijs de Block : Un accordéoniste et son mouton entament une procession à travers un village paumé et changeront à jamais la vie de ceux qui croiseront leur chemin.

L’Infini de Lukas Dhont : Le jeune Oscar est confronté au retour de son père qui sort de prison.

August de Jeroen Perceval : August est un garçon insouciant qui aime découvrir le monde et jouer dehors avec sa meilleure amie Lize. Un jour, il rencontre le côté sordide de la vie et tout à coup Lize ne veut plus le voir.

Perdition County de Raphaël Crombez

 

 

De son côté, le Festival du Film d’Ostende projettera 4 films francophones, deux films belges et deux productions minoritaires avec des acteurs belges  :

Keeper de Guillaume Senez (Belgique/France/Suisse)

Je suis mort mais j’ai des amis de Guillaume et Stéphane Malandrin (Belgique/France)

Ni le ciel ni la terre de Clément Cogitore (France/Belgique)

Un début prometteur d’Emma Luchini (France/Belgique)

 

Check Also

« Histoires d’Amérique: Food, Family and Philosophy »

La Quinzaine des Cinéastes rendait hommage cette année à Chantal Akerman, avec la projection de …