Le Court reçu 10/10 à Namur

Né le 23 avril 1972, le festival namurois Média 10-10 est une institution. Cette année, il fête son 40e anniversaire et se déroulera du 13 au 17 novembre.

 

Sur les 132 courts métrages reçus par les organisateurs, 35 films ont été sélectionnés pour la compétition officielle. Une quinzaine sont des travaux de fin d’études, tournés à l’INSAS (qui célèbre ses 50 ans), à l’IAD, à l’Helb ou à la Haute école Albert Jacquard. On reste donc dans la logique de la manifestation créée il y a quatre décennies pour que les spectateurs lambda puissent enfin découvrir les réalisations de ces étudiants conviés à devenir les artistes majeurs de demain.

Une occasion idéale de se remémorer que quelques maîtres du 7e art belge y ont fait leurs débuts fort remarqués. Jean-Pierre et Luc Dardenne, par exemple, mais aussi Jaco Van Dormael et le régional de l’étape, Benoit Mariage.

 

Média 10/10 (appelé ainsi parce que les séances en 1972 commençaient à 10h du matin pour se terminer à 22h) n’est plus aujourd’hui le seul festival belge à proposer au public une plongée dans l’univers fourmillant des courts. Mais il reste un des plus prestigieux et un des plus courus. Une de ces manifestations qui concourent à faire de Namur une ville phare en matière de cinéma.

 

En 40 ans, l’évolution technique est impressionnante. À l’époque, tourner coûtait cher et le 8mm ou le 16mm requerraient des compétences qui n’étaient pas à la portée de tous. Aujourd’hui, il suffit parfois de dégainer son smartphone pour obtenir une image 3D bluffante. Mais naturellement, la plupart des participants optent néanmoins pour des moyens techniques professionnels qui requièrent tout autant de savoir-faire. À plusieurs reprises, Jean Boreux qui est à présent le coordinateur de Media 10/10 soulignait par contre que cette évolution technologique s’accompagnait, hélas, d’une petite chute au niveau de l’audace et de l’imagination déployées. Depuis quelques années, les réalisateurs en herbe sont plus consensuels et la plupart des courts métrages ont souvent la fâcheuse tendance à sortir d’un même moule. Cette nouvelle édition démentira-t-elle ce manque de folie?

 

Le festival qui se déroule surtout à la maison de la Culture de Namur débordera sur l’Eldorado et l’école Albert Jacquard. Des projections sont organisées quasi non-stop, mais on épinglera pour un public plus large quelques évènements marquant comme la carte blanche de ce jeudi 15 novembre à 20h qui réunira Vincent Patar, Stéphane Aubier et leur producteur préféré Vincent Tavier. L’occasion de parler de Pic Pic André, de Panique au Village et du petit dernier, Ernest et Célestine. Plusieurs univers riches et originaux, mais une vision volontairement décalée du cinéma.

 

 

Le festival présente aussi une inclassable catégorie OVNI qui s’ajoute aux trois plus traditionnels que sont la fiction, l’animation et le documentaire. La compétition OVNI, ouverte à tous les pays de l’Union européenne (plus la Suisse), regroupe ce qui n’entre dans aucune de ces catégories. On y trouve par exemple des clips vidéo. Vendredi, une soirée OVNI… vin alternera dégustation de vins naturels, projection de courts métrages expérimentaux et interventions verbales et musicales en direct!  » Une soirée proposée par Ovnivins avec Christophe Auger, Arnaud Bastard et Jérome Noetinger ». Hips hips hips…

 

Le jury de la compétition officielle sera composé cette année de Dodine Grimaldi, Jean-Jacques Andrien, Lilyane Crosnier, René Chénier et Roch Tran. Il sera jouxté d’un jury presse dans lequel on retrouve Ludivine Mathonet qui fut une des jurés du prix Cinevox au FIFF et qui gravit depuis les échelons à toute vitesse. Elle travaille désormais dans la rubrique cinéma de l’Avenir. Le troisième jury ne s’occupera que des OVNIS.

Samedi, ils monteront sur scène pour clôturer la manifestation avec la proclamation des palmarès et la présentation des films primés. Tout sauf déprimant.

 

Pour plus d’infos et les programmes, rendez-vous sur le site de Media 10-10 ou inscrivez-vous sur la page Facebook de la manifestation.

Check Also

« Il pleut dans la maison », le dernier été

Remarquée avec son magnifique documentaire Petit Samedi, présenté à Berlin, lauréat du Magritte, et du …