Le cinéma belge omniprésent à Toronto

Il y a dix ans à peine, n’importe quel cinéphile vous aurait dit que les trois plus grands festivals du monde étaient Cannes, Berlin et Venise. Point barre. Si les trois manifestations européennes n’ont rien perdu de leur lustre, elles doivent aujourd’hui composer avec l’irrésistible ascension d’un événement canadien qui, s’appuyant sur un marché du film ultra fréquenté, est rapidement devenu the place to be, chaque année en septembre.

Le Festival International du Film de Toronto se déroule cette année du 8 au 18 septembre et, c’est presque une tradition, il accueillera un grand nombre de films belges dans ses différentes catégories. Plusieurs productions majoritaires, mais aussi quelques coproductions.

Pour rappel, l’an dernier, c’est le film Black qui avait emporté le prestigieux prix Discovery mettant sur orbite la carrière américaine de ses deux réalisateurs, Adil El Arbi et Bilall Fallah.

 

 

Après avoir été présenté au Festival du film francophone d’Angoulême ce 25 août, Noces, le nouveau film de Stephan Streker fera à Toronto sa toute première sortie américaine. Le troisième long métrage du réalisateur belge y sera présenté dans la section « Discovery » dont la programmation vient d’être dévoilée.

Noces raconte l’histoire de Zahira, jeune fille belgo-pakistanaise, qui souhaite garder le bébé qu’elle a dans son ventre. Amir, son frère, son confident, lui promet de l’aider. Mais leurs parents ont d’autres projets pour la jeune fille.

Avant d’être distribué au début de l’année 2017 en Belgique par Bardafeu Distribution, Noces devrait encore être présenté dans d’autres festivals à travers le monde.

 

 

Après Les Chevaliers blancs en 2015, le festival accueillera cette année le nouveau film de Joachim Lafosse, L’économie du couple, dans sa section « World Contemporary Cinema ». Présenté en première mondiale à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes en mai, le septième long-métrage de Joachim Lafosse poursuivra ensuite sa route dans plusieurs festivals importants.

Déjà projeté en Belgique et en France, il sortira bientôt en salles dans d’autres pays.

Ce drame, que nous attendons impatiemment, conte l’histoire de Marie et Boris qui se séparent après 15 ans de vie commune. Or, c’est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée. À présent, ils sont obligés d’y cohabiter, Boris n’ayant pas les moyens de se reloger. À l’heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu’il juge avoir apporté.

Il s’agit du troisième long métrage de Stephan Streker revenu depuis deux ans à ses amours journalistiques au point d’être aujourd’hui un des consultants belges les plus prisés en matière de football. Un homme qui élève le débat et varie les points de vue. Sa soudaine notoriété permettra-t-elle à son film de susciter beaucoup de curiosité ? On l’espère vraiment.

 

 

Hôtes réguliers des plus grands festivals du monde, les frères Dardenne présenteront dans la section « Masters » La fille inconnue. Dévoilé à Cannes également, La fille inconnue raconte l’histoire de Jenny, jeune médecin généraliste. Un soir, après l’heure de fermeture de son cabinet, elle entend sonner mais ne va pas ouvrir. Le lendemain, elle apprend par la police qu’on a retrouvé, non loin de là, une jeune fille morte, sans identité.

Le film fera aussi l’ouverture du FIFF namurois le 30 septembre et sortira dans la foulée le 5 octobre.

 

 

En 2011, le réalisateur flamand Bavo Defurne a été remarqué avec Noordzee Texas, un premier long métrage qui reçut deux prix au Festival international du film de Montréal avant d’être sélectionné à Palm Strings.

Son nouveau projet, coproduit par la Belgique (Frakas pour les francophones) et le Luxembourg, s’appelle Souvenir. Il conte la rencontre entre une chanteuse oubliée, qui a autrefois participé à l’Eurovision et un jeune boxeur qui va la convaincre de tenter un come-back.

Au-delà du sujet de cette comédie dramatique qui promet d’être à la fois baroque et touchante, c’est le casting qui étonne. Les deux protagonistes principaux sont incarnés par Isabelle Huppert et Kévin Azaïs tandis que Johan Leysen, Jan Hammenecker et Benjamin Boutboul apportent la touche belge. Le tout sur une B.O. signée par Pink Martini.

 

 

Grands gagnants belges de l’année, les Liégeois de Frakas seront d’ailleurs quatre fois présents à Toronto.

Avec Souvenir, donc, mais aussi avec Grave.

Le premier film de la réalisatrice française Julia Ducournau avait été sélectionné à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes et honoré par le prix FIPRESCI. Il sera présenté au Canada dans la section « Midnight Madness ».
Entièrement tourné à Liège, Grave raconte l’histoire de Justine, 16 ans. Dans sa famille, tout le monde est vétérinaire, et végétarien. Dès son premier jour à l’école vétérinaire, Justine dévie radicalement des principes familiaux et mange de la viande. Les conséquences ne tardent pas et Justine révèle alors sa véritable nature.

Film de genre, Grave fait intervenir de nombreux techniciens et comédiens belges dont Bouli Lanners, le chef opérateur Ruben Impens, l’assistant réalisateur Dimitri Linder, la chef décoratrice Laurie Colson et la chef costumière Élise Ancion.

 

Les autres coproductions de Jean-Yves Roubin et de Cassandre Warnauts sont, Le secret de la chambre noire, réalisé par Kiyoshi Kurosawa, et Réparer les vivants, réalisé par Kattell Quillévéré qui fera la clôture de la nouvelle section compétitive « Platform », après avoir été présenté à Venise.

 

 

Toujours au rayon des coproductions belge, le film d’animation The red turtle (La tortue rouge) du néerlandais Michael Dudok continue sa tournée des festivals les plus prestigieux. Après avoir remporté un prix à Cannes (Un certain regard), il sera présenté dans la section « Discovery » aux côtés de Noces. Une étape vers les prochains Oscars ? C’est tout ce que Belvision qui a coproduit le film en Belgique espère. D’autant qu’il a été en partie réalisé à Marcinelle dans les studios de Dreamwall.
Deux autres films belges, majoritairement produits en Flandre seront également de la partie.

 

Home, de la réalisatrice flamande Fien Troch, est sélectionné dans la section « Platform » qui reprend 12 films de réalisateurs offrant une vraie vision d’auteur. Il concourra pour le Prix du Meilleur Film attribué par un jury international. Et ce quelques jours à peine après sa présentation à Venise dans la section « Orrizzonti ». Joli doublé.

Home évoque un conflit intergénérationnel douloureux au sein duquel arrive Kevin, 17 ans, qui vient d’être libéré d’une institution fermée. Retourner vivre chez ses parents n’est plus une option, donc il va aller s’installer dans la famille de sa tante. Il s’entend bien avec son cousin Sammy et se lie d’amitié avec son copain John. Mais un soir, les choses tournent mal et les concepts de trahison, loyauté et confiance prennent toute leur importance.

La réalisatrice a coécrit le scénario avec Nico Leunen qui s’est aussi occupé du montage. La musique est signée Johnny Jewel qui a également travaillé sur Drive de Nicolas Winding Refn et Lost River de Ryan Gosling. Le directeur de la photographie est Frank van den Eende et le sound designer est Michel Schöpping.

Ce film est coproduit par Prime Time (Flandre) et par Versus.

 

 

Deuxième long métrage de Peter Monsaert après le touchant Offline (deux Ensors pour les deux acteurs masculins principaux Wim Wilalert et Mourade Zeguendi), Le Ciel Flamand sera présenté à Toronto dans le cadre du programme Discovery, une sélection de films de jeunes réalisateurs prometteurs venus du monde entier.

Le film raconte l’histoire de trois générations de femmes: Monique, Sylvie et Eline.

Monique exploite avec sa fille Sylvie un bordel sur la route quelque part entre la Flandre-Occidentale et la France. Eline, six ans, la fille de Sylvie, est fascinée par le lieu de travail mystérieux de sa mère et de sa grand-mère car elle ne peut jamais y entrer. Un événement dramatique va secouer leurs petites vies et mettre à mal les relations entre ces trois femmes.

Les rôles principaux sont tenus par Wim Willaert (Je suis mort mais j’ai des amis, Offline), Sara Vertongen, Esra Vandenbussche (Le Traitement, Chaussée d’amour) et Ingrid De Vos.

Après Toronto, Le Ciel Flamand sera aussi présenté à San Sebastian fin septembre où il concourra au sein de la compétition New Directors. Lumière sortira Le ciel flamand en Belgique le 16 novembre.

 

 

Enfin, mais encore, last but not least, cerise sur le pâteau un autre habitué du festival sera également de la partie. Il est belge, il est un peu dingue et on l’aime beaucoup.
Le réalisateur belge Fabrice Du Welz figurera en effet dans la section « Vanguard » avec Message from the King, son premier long-métrage réalisé aux États-Unis.
Coproduit par Entre chien et loup et Ink Factory Films (USA), Message from the King vise à renouer avec les polars de la fin des années 60 et des années 70 comme Le point de non-retour/Point Blank (John Boorman, 1967), French Connection (William Friedkin, 1971) et l’univers de Paul Schrader (Taxi Driver, Obsession…). Toutes des références chères à Fabrice.

Il narre l’histoire de Jacob King, un Sud-Africain qui débarque à Los Angeles à la recherche de sa sœur disparue. Étranger dans un monde étrange, il a en poche 400 dollars et un billet de retour qu’il devra honorer sept jours plus tard. Les premières 24 heures lui apprennent que sa sœur est morte. Le film raconte les six jours qui suivent.

Le rôle principal du film est tenu par Chadwick Boseman, révélé dans la série Persons Unknown (une saison de 13 épisodes), qui a ensuite confirmé son potentiel en incarnant James Brown dans le biopic Get on up.

 

 

Autant vous dire que, début septembre, nous garderons un œil attentif braqué sur le Canada.

Pas question de bouder notre plaisir…

 

 

 

Infos complémentaires

 

Noces est produit par la société Daylight en coproduction avec Formosa Productions en France, Tarantula Luxembourg, Minds Meet en Flandre, et Bodhicitta Works au Pakistan, avec le soutien du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de Wallimage, du Fonds audiovisuel de Flandre (VAF), et du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle du Grand-Duché de Luxembourg. Il est également coproduit par la RTBF, Proximus, SCOPE invest et BeTv-VOO.

 

L’économie du couple est une coproduction entre Versus Production (Jacques-Henri et Olivier Bronckart) et Prime Time (Flandre) en Belgique et Les films du Worso (Sylvie Pialat) en France avec le soutien du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Wallonie, du Fonds audiovisuel de Flandre (VAF) et le Tax shelter du Gouvernement Fédéral Belge. Il est notamment coproduit par la RTBF et BeTv-VOO.

 

La fille inconnue est une coproduction Les Films du Fleuve, Archipel 35 (France), Savage Film (Flandre), France 2 Cinéma, VOO et Be Tv, RTBF. Il est produit avec l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du Fonds audiovisuel de Flandre (VAF), de EURIMAGES, avec la participation de CANAL+, de CINÉ+, de FRANCE TÉLÉVISIONS, de la Wallonie, du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge, de Casa Kafka Pictures et de Casa Kafka Pictures Movie Tax Shelter empowered by Belfius.

 

Grave est produit par Petit Film et coproduit en Belgique par la société liégeoise Frakas Productions (Jean-Yves Roubin et Cassandre Warnauts), ainsi que par Rouge International. Il a également bénéficié en Belgique du soutien du Centre du Cinéma de la Fédération Wallonie Bruxelles, de Wallimage/Bruxellimage, de la RTBF, de VOO, du Tax shelter du Gouvernement Fédéral belge et de Casa Kafka Pictures.

 

Home est coproduit par Prime Time (Flandre) et a bénéficié de l’aide du Fonds Audiovisuel de Flandre (VAF), de Casa Kafka Pictures Movie Tax Shelter empowered by Belfius, du Tax shelter du Gouvernement Fédéral belge, du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de VOO et de Cinéart.

 

The Red Turtle est coproduit par Belvision avec le soutien de Wallimage.

Le Ciel Flamand est une production d’Annemie Degryse pour Lunanime

 

Check Also

« La Peine », immersion en prison

Cédric Gerbehaye propose avec La Peine, son premier long métrage documentaire, une immersion aussi rare …