L’agenda des sorties : coproductions et acteurs belges (14/11]

Quels sont les films à l’affiche? Ceux qu’on annonce?

Si vous voulez aller au  ciné ou planifier des sorties, voilà des questions existentielles qui doivent trouver une réponse rapide.

C’est pourquoi Cinevox propose désormais deux rendez-vous hebdomadaires; des articles qui seront régulièrement mis à jour, au fur et à mesure que de nouvelles dates viendront s’ajouter à notre calendrier.


Au menu: les films belges (chaque jeudi sur le site), mais aussi les coproductions et les films étrangers dans lesquels apparaissent des comédien(ne)s belges (en ligne chaque vendredi).

 

[Édition du 14 novembre 2014]

 

 

Pas de nouvelles coprods à l’affiche depuis ce mercredi, mais quelques films gardent l’essentiel de leurs salles malgré les grosses sorties et l’arrivée toute prochaine du troisième volet de la série Hunger Games qui risque de faire voler en éclats en box-office belge.

 


Avec 31.000 spectateurs au compteur, La Course aux cadeaux (Trippel Trappel en V.O) est un gentil petit succès. Rien d’extraordinaire encore, mais St Nicolas arrive seulement. Ce film d’animation en 2D raconte l’odyssée de trois amis partis à la recherche de St Nicolas. Les protagonistes sont des animaux domestiques, un peu jaloux de voir que seuls les humains reçoivent des présents.

Produit en Belgique par Luna Blue et Vivi Film, le film assez court (une heure) a été en partie réalisé chez les Liégeois de Digital Graphics et devrait rester à l’affiche jusqu’au début du mois de décembre pour concrétiser son potentiel.

 

VOIR ICI

 

 

 

Pour les plus grands, le Grimoire d’Arkandias reste une alternative fort distrayante en conservant beaucoup de salles à Bruxelles et au Sud du pays.

Film d’aventures pour toute la famille dans un esprit Goonies/Club des cinq, Le Grimoire a réussi l’exploit de déchaîner tous les kids présents à l’avant-première que Cinevox avait organisé le 27 septembre au Kiné. À la grande joie des parents qui n’ont pas eu à se plaindre de cette heure et demie très distrayante qui ne renie jamais l’autodérision.
Cerise sur le gâteau, qui lui a valu l’attention forcément bienveillante de Cinevox (non, mais…) cette grosse coproduction franco-belge met en vedette trois jeunes acteurs belges: Ryan Brodie, Timothée Coetsier et Pauline Brisy et s’appuie sur les talents de nombreux comédiens qui font le bonheur de notre cinéma, comme Dominique Baeyens, Isabelle de Hertogh, Renaud Rutten.

Entre autres…

Avec plus de 500.000 spectateurs en France, le film d’Alexandre Castagnetti et Julien Simonet garde le cap.

 

VOIR ICI

 

 

Parmi les autres films qui gardent l’affiche, vaille que vaille, résistant à la pression des gros blockbusters anglo-saxons très présents à cette période de l’année, Trois Cœurs de Benoit Jacquot avec Benoit Poelvoorde (coprod Scope – lire ICI) qui n’est plus visible qu’à Bruxelles et Liège et Vie sauvage de Cédric Kahn (coprod Les films du Fleuve) sont de belles propositions.

 

 

 

Pour les nouvelles sorties impliquant des forces vives belges, il faudra patienter jusqu’à mercredi prochain avec une doublette franco-belge.
Pauline Étienne, déjà comblée par tous les compliments qui ont accueilli sa prestation dans Tokyo Fiancée revient dans Eden, le nouveau long métrage de Mia Hansen-Løve.

Pour cette plongée en apnée dans un univers assez méconnu du grand public, mais culte pour les initiés, la réalisatrice s’est inspirée du parcours de son frère, DJ star dans le petit monde de la House Garage. Sven Hansen-Løve, qui coécrit le scénario, fut entre autres le fondateur des soirées parisiennes Cheers à la Coupole.

Forcément très authentique et fort bien documenté, Eden nous plonge dans la folie hypnotique des années 90 pour brosser l’histoire de la French Touch. Pour la presse parisienne branchée, c’est carrément le film le plus attendu de l’année.

 

VOIR ICI

 

 

Le même jour, face au premier volet de l’ultime épisode de la trilogie Hunger Games donc, sortira un film fort intrigant coproduit par Nexus Factory. Mathieu Kassovitz y est Sébastien Nicolas, Un illustre inconnu.

Cet homme qui a toujours rêvé d’être quelqu’un d’autre manque singulièrement d’imagination. Du coup, il observe, suit puis imite les gens qu’il rencontre. Il traverse leur vie. Mais certains voyages sont sans retour.

Un sujet très cinématographique, une belle promesse…
VOIR ICI

 

 

Une semaine plus tard, le 26 novembre, nous arrivera dans un registre plus tonitruant, Astérix et le domaine des dieux. Cette adaptation d’un des meilleurs épisodes des aventures du petit guerrier gaulois et de ses potes excentriques a été dirigée par Louis Clichy et… Alexandre Astier. Une garantie d’humour moderne et décapant.

Ce film d’animation en 3D a surtout été réalisé en partie chez Dreamwall à Marcinelle et chez Nozon au Pôle Image de Liège.

À la surprise générale (le domaine était un désert il y a dix ans à peine), la Wallonie s’établit de plus en plus nettement comme une des places fortes de l’animation européenne !

 

VOIR ICI

 

 

Le 3 décembre, les écrans belges accueilleront un polar, coproduit en Belgique par Scope, La French. Tête d’affiche: Jean Dujardin. Dans son sillage : Gilles Lellouche, Guillaume Gouix, Céline Salette et la Montoise Pauline Burlet.

Ce bond dans le temps nous ramène à Marseille… en 1975 au moment où Pierre Michel, jeune magistrat venu de Metz avec femme et enfants, est nommé juge du grand banditisme. Une tâche d’autant plus compliquée que la cité phocéenne est alors la plaque tournante française de tous les trafics illicites.

Avant-première le 19 novembre à l’UGC de Brouckère en présence du magnétique Jean Dujardin. Ça va être chaud. La bande-annonce qui s’ouvre sur notre compatriote Pauline Burlet fait saliver.

 

VOIR ICI

 

 

Le 10 décembre verra l’arrivée d’un troisième film d’animation en partie réalisé chez nous.
Le Chant de la mer (coproduction belge The Big Farm, soit Iota + Mélusine + Digital Graphics) est le deuxième long métrage de l’Irlandais Tomm Moore, nominé aux Oscars pour Brendan et le Secret de Kells.

Comme ils l’avaient fait sur Brendan, les spécialistes de Digital Graphics, devenus en quelques années une autre référence internationale en matière d’effets spéciaux et de travail de haute voltige sur des images live ou dessinées, ont travaillé pendant de longs mois sur cette épopée marine enchanteresse.

Le style est surprenant, doté d’un charme évident.

 

VOIR ICI

 

 

Le 17 décembre, on note deux sorties, aux calibres et ambitions fort différents.

 

Benoît Brisefer : les Taxis Rouges (coproduit par la Compagnie cinématographique) tentera le pari de l’adaptation ciné d’une BD. Un exercice toujours périlleux. Âgé de 10 ans, Benoît Brisefer est un petit garçon au caractère bien trempé et d’une grande générosité qui cache sous une apparence très ordinaire de super pouvoirs. Son seul point faible : il perd toute sa force quand il s’enrhume. Courageux, vaillant et très volontaire, ce superhéros pas comme les autres n’hésite pas une seconde à passer à l’action pour défendre ses amis et combattre le mal.

Or, sa petite ville est menacée par une bande de malfrats avec à leur tête Poilonez, un leader charismatique qui, sous couvert de l’implantation d’une nouvelle compagnie de taxis, Les Taxis rouges, a pour objectif de piller la ville.

Avec Gérard Jugnot, Jean Reno, le jeune Léopold Huet et quelques acteurs belges (dont Jean-Michel Balthazar) dans les seconds rôles.

 

VOIR ICI

 

 

Face à ce super héros peu conventionnel, François Damiens va essayer de nous surprendre avec la famille Bélier, une famille où… tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans.
La jeune fille est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Mais poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, Paula décide de préparer le concours de Radio France.
Ce choix de vie signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.

Comme dans Rien à déclarer, l’épouse de François Damiens sera ici Karin Viard. Sa fille, par contre, est un visage plus inattendu : Louane Emera fut demi-finaliste de The Voice France (équipe de Bertignac) en 2013.

 

LIRE ICI – VOIR ICI

 

 

Juste avant les fêtes, nous arrivera aussi Bouboule (le 24 décembre, coproduction Versus) du belgo-suisse Bruno Deville. Bouboule est en fait le surnom de Kevin, 12 ans, 100 kilos qui s’empiffre de frites, de viennoiseries et de petits pots de crème et attend plutôt une crise cardiaque qu’un avenir florissant. Le fil ma gentiment démarré en France où i lest sorti il y a dix jours.

 

VOIR ICI

 

 

L’indispensable David Murgia sera aussi au programme de cette fin d’année dans Geronimo de Toni Gatlif (le 24 décembre, ouverture du Festival du film méditerranéen le 5) tandis que, de l’autre côté de minuit, on découvrira enfin Sam Louwijck dans Le Meraviglie, film italien distingué à Cannes en mai dernier (le 7janvier) et Benoit Poelvoorde dans La rançon de la Gloire (coprod Les films du fleuve).

 

Plus loin en 2015, pointons Valentin, Valentin avec Marie Gillain, le 14 janvier, Les souvenirs avec une formidable Annie Cordy (21 janvier, coprod Nexus factory – voir ici), Terre Battue avec Olivier Gourmet (28 janvier, coprod les films du fleuve), Prince Et Les 108 Rois Demons, film d’animation… chinois, coproduit par Scope et tourné en partie chez nous (Le 28 janvier 2015), Suite Française avec Matthias Schoenaerts (25 février, coprod Scope), La Tierra Roja (18 mars) avec Geert Van Rampelberg (produit par Entre chien et loup) et même Les Nouvelles Aventures d’Alladin (coproduit par … Artemis) avec Kev Adams le 14 octobre.
Sans oublier, nous le rappellerons chaque semaine, le très réussi Être de Fara Sene tourné à Liège avec une foule d’acteurs belges (date indéterminée, coprod Les films du carré).

 

 

 Difficile d’être exhaustifs dans un tel exercice de haute voltige que personne n’a encore tenté ici. Si vous pointez des films qui nous ont échappé, merci de nous envoyer un petit mail à redaction@cinevox.be.

Check Also

« Apple Cider Vinegar »: écouter les pierres

Dans Apple Cider Vinegar, Sofie Benoot revisite le film ethnographique en suivant une documentariste retraitée …