Huit films belges dont trois en Première Mondiale à Montréal

Le festival des Films du Monde de Montréal se déroulera du 27 août au 7 septembre. Stratégiquement placé juste avant le TIFF de Toronto, il devient une manifestation très en vue en Amérique du Nord qui permet aux autochtones de découvrir des œuvres mises en chantier dans les contrées les plus diverses, ce qui n’est pas forcément inscrit dans les gènes nord-américains.

Depuis quelques années, la manifestation a acquis un statut international envié et figurer à son affiche est un must prisé par les productions indépendantes. En Belgique, comme ailleurs.

 

 Terug naar morgen, le premier long métrage de Lukas Bossuyt, sera présenté fin août en première mondiale au Festival des Films du Monde de Montréal Il sera en compétition dans la section « Premiers Films ».

Le Festival a également sélectionné les courts métrages Empire et Nkosi Coiffure qui y seront présentés pour la première fois en Compétition.

En outre, le Festival accueillera également des projections de Brabançonne et Trouw met mij ainsi que les courts métrages Olav, The Soul is Wandering et Dissonant.

 

 

Terug naar morgen de Lukas Bossuyt mêle drame romantique et science-fiction.

Dans ce film, un chercheur renommé, le professeur Viktor, fait une découverte extraordinaire avec l’aide de son fidèle assistant Titus : il serait possible d’envoyer des e-mails dans le passé ! La tentation est grande de modifier le cours des choses… mais même la plus infime des interventions peut avoir de lourdes conséquences.

 

Terug naar morgen est le premier long métrage de Lukas Bossuyt qui s’est déjà fait un nom dans la publicité, en tant que scénariste pour la télévision (Aspe, De Rodenburgs) et à la réalisation de courts métrages. Les rôles principaux sont interprétés par Koen De Graeve, Matteo Simoni et Robrecht Vanden Thoren.
Le film est une production de Frank Van Passel et Ivy Vanhaecke pour Caviar et sera présenté à Montréal dans la compétition des premiers films.

 

Deux courts métrages belges flamands seront également présentés en première mondiale en Compétition. Après Kaïn et The Fall, Kristof Hoornaert présente dans Empire le portrait en temps réel d’une famille dans notre société contemporaine.

Les rôles sont interprétés par Ina Geerts et Kris Cuppens, le film est produit par Wim Vanacker de Sireal Films.

 

Dans Nkosi Coiffure de Frederike Migom, une femme tente d’échapper à un conflit avec son compagnon en entrant dans un salon de coiffure africain. Au début, les autres femmes la soutiennent mais lorsqu’on leur explique le motif de la bagarre, les avis divergent. Le film est une production de Jules Debrock pour 2nd to the Right.

 

 

Brabançonne, le film de Vincent Bal produit par Eyeworks dans lequel deux fanfares belges s’affrontent à un championnat européen, fera partie de la sélection World Greats, un programme qui présente des films de réalisateurs confirmés.

Trouw met mij,  deuxième long métrage de Kadir Balci, sera présenté dans la section Panorama. A Private View a produit cette comédie dans laquelle un professeur de sport belge demande sa collègue turque en mariage sans se rendre compte de l’obstacle que vont causer les préjugés de leurs familles respectives.

 

Le court métrage Olav de Jacinta Agten sera présenté en première internationale dans le Focus sur le Cinéma du Monde. Le point de départ de ce film est la relation de pouvoir et de manipulation entre une mère de 70 ans et son fils de 38 ans qui cohabitent dans une maison isolée.

 

La catégorie des documentaires accueillera quant à elle The Soul is Wandering de Guillaume Vandenberghe. On y suit le fils du peintre Philippe Vandenberg qui retourne à l’appartement où son père a terminé sa vie en 2009. Enfin, Dissonant, un court métrage de Jurgen Willocx, sera présenté au Festival du Film Etudiant qui est organisé en marge du Festival des Films du Monde. Dans ce film, le jeune et taciturne Mario, 13 ans, se rapproche de son père qui s’est replié sur lui-même grâce à une cassette.

Check Also

« Histoires d’Amérique: Food, Family and Philosophy »

La Quinzaine des Cinéastes rendait hommage cette année à Chantal Akerman, avec la projection de …