« Histoires d’Amérique: Food, Family and Philosophy »

La Quinzaine des Cinéastes rendait hommage cette année à Chantal Akerman, avec la projection de la copie restaurée d’Histoires d’Amérique: Food, Family and Philosophy, à découvrir le 30 mai prochain à la Cinematek.

Les lueurs de la ville brillent dans la nuit qui tombe. Des voix chuchotées nimbent de mystère le halo lumineux, yiddish, russe et polonais se mêlent. Ce sont autant d’histoires qui se font écho, et qui vont se répondre, tour à tour tragiques et comiques, comme deux faces aussi complémentaires qu’indissociables d’une même pièce.

Au fil d’une nuit new yorkaise alternent monologues dramatiques et dialogues comiques, tous filmés en plans fixes, enrobés dans le noir de la ville, moments de pause, de recul et de rétrospection. Il n’y a pas d’histoire dans le film, mais des histoires, et à travers elles peut-être même toutes les histoires de la diaspora juive à travers le monde.

Les récits biographiques qui se succèdent racontent les pogroms, les camps, l’exil, la difficulté d’aimer, de faire famille, de vivre et de survivre. Les intermèdes dialogués sont autant de petites saynètes infusées d’humour juif – soit des blagues existentialistes, regards aussi malicieux que meurtris portés sur soi-même et sur le monde. Chantal Akerman expliquait à propos de ce film vouloir « survivre à l’histoire par le rire », un rire « qui prend source dans la détresse même. » Elle parle d’un endroit qui a nourri le cinéma et la littérature du XXe siècle, elle parle avec la voix des enfants des survivants, elle raconte « les histoires restées en travers de la gorge des parents. » 

Histoires d’Amérique est un film à la fois sombre et lumineux, dont la mise en scène épurée met en valeur des bribes d’histoires tirées de destins singuliers qui dessinent les contours de la grande histoire de la diaspora juive.

 

Check Also

#PODCAST: Les Rituels de Benoît Mariage

« On peut dire que l’écriture au début était une contrainte pour pouvoir faire des films, …