Grand Prix à Pantin pour « D’un château l’autre »

"D'un château l'autre"

Encore un prix pour D’un château l’autre, le film d’Emmanuel Marre, qui n’en finit décidément pas de séduire les jurys de festival.

Déjà primé la semaine dernière au Court en dit long, le film a reçu ce week-end le Grand Prix André Labarthe du Festival Côté Courts de Pantin.

Printemps 2017, dans l’entre-deux tours de l’élection présidentielle française. Pierre, 25 ans, étudiant boursier dans une grand école parisienne loge chez Francine, 75 ans, clouée par le handicap dans un fauteuil roulant. Ils assistent, perplexes et désorientés, à la kermesse électorale qui se joue au dehors. Ils sont de bords politiques et de conditions sociales opposées, mais ils se livrent l’un à l’autre. En attendant le verdict des urnes, Pierre essaie de s’occuper du corps de Francine, et Francine essaie de soigner le ressentiment sourd de Pierre.

De ce compagnonnage inattendu ressort une force vitale intense, nourrie de la sagesse de Francine, et de la sincérité de Pierre. Ce dernier cherche sa place, empêtré par un complexe d’infériorité sociale aggravé par son choix d’études, et par les atermoiements politiques vécus par le pays. Si tout va surement changer, comme l’assure Francine, le temps est à l’attente. Tourné sur le vif, au smartphone, l’image grainée et les bruits de fond de D’un château l’autreforment un cocon autour de la relation qui unit Pierre et Francine, tour à tour complice ou bouleversante. Et la présence des deux comédiens irradie le récit. Pierre Nisse, souvent vu dans des seconds rôles plutôt déjantés, trouve ici un espace de liberté bienvenu où dévoiler l’étendu de son talent. Quand à Francine Atoch, elle est terrassante de sagesse et d’authenticité, éclairant de son point de vue précieux les interrogations de Pierre. Alors que celui-ci, interpelé par le conformisme de ses pairs, confie son désir de les provoquer pour se sentir vivre, celle-ci lui répond: « Mais vouloir provoquer, être contre les autres, c’est encore dépendre des autres. »

D’un château l’autre est produit par Michigan Films et Kidam.

 Emmanuel Marre, aime la forêt, le bûcheronnage, la boxe, la poésie et l’architecture. Il a été aussi standardiste dans un office d’HLM, serveur et modèle vivant dans une Académie. Après avoir fui Paris et des études littéraires, il a fait l’IAD en Belgique. Il partage désormais son temps entre documentaire ( Chaumière – 2013) et fiction (La vie qui va avec – 2008, Le petit chevalier – 2010, Le désarroi du flic socialiste Quechua – 2014, Le film de l’été – 2016).

Check Also

Lukas Dhont et The Future Five, cinéastes de demain

Lukas Dhont présentait hier dans le cadre de CONNEXT 5 jeunes cinéastes oeuvrant en Belgique …