Grand Écran n°5
C’est la fête !

Un nouveau long métrage en vedette dans notre Grand Écran et quatre jours de délire pour tout le cinéma avec, un peu partout,  des avant-premières de films belges: le mois de septembre  va être une grande fête !

Mercredi 31 août Le Grand Écran n°5 est là. Servi bien frappé. Et pétillant. Très pétillant.

Oui, nous entamons donc notre 17e semaine d’existence. Et comme dit le capitaine du vaisseau intergalactique qui progresse vers les étoiles: « jusqu’ici tout va bien ».

Tout va même très très très très bien.

Si vous voulez savoir pourquoi, nous vous conseillons de regarder dès maintenant cette capsule survitaminée. Allez-y. On attend votre retour pour continuer.

Alors, c’était bon? Reboostant, non? Plein d’énergie et de fraîcheur. Oui, ce mois, nous ouvrons les grands écrans numériques à Dead Man Talking, le premier long métrage de Patrick Ridremont en tant que réalisateur. Nous vous avons déjà parlé ici de ce film. Et nous vous en reparlerons souvent, car cette histoire qui raconte… tûûût (on ne va pas doubler Patrick qui résume merveilleusement le pitch dans la capsule) nous fait terriblement envie.

Par chance, l’essentiel du casting était présent lors de notre passage en studio: Patrick, bien sûr, mais aussi Virginie Efira, François Berléand (Fantômasssss), Christian Marin (mais oui, le curé est bien le Laverdure de notre enfance – je m’adresse aux quadras, là ;-)), Olivier Leborgne, Jean-Luc Couchard. Entre autres… Quel plaisir !

 

 

Dead Man Talking succède ainsi aux Géants de Bouli Lanners, à Il Était une Fois avec Couchard encore, mais aussi Charlie Dupont (nous avons une obligation contractuelle d’évoquer Charlie tous les sept articles), et à Quartier Libre de Frédéric Fonteyne qui nous emmenait déjà en prison le mois dernier.

1,2,3,4… heu, j’en oublie un…

 

Ha, mais oui, bien sûr, les vedettes de notre deuxième grand écran n’étaient autres que Fiona Gordon et Dominique Abel, les formidables auteurs de La Fée. Et ce film nous amène tout droit à la deuxième partie de la capsule n°5, celle du premier grand aboutissement de Cinevox : la face belgo-belge des BNP Paribas Fortis Film Days.

 

L’an dernier déjà, BNP Paribas Fortis avait décidé de créer l’évènement en s’associant aux exploitants pour mettre sur pied une formidable fête. Trois jours de cinéma à prix réduit dans presque toutes les salles du pays. Résultat? Un triomphe sans précédent avec 390.00 spectateurs.

Il aurait été facile de remettre le couvert sans rien changer à la formule: une dizaine d’avant-premières pétaradantes de films anglo-saxons, la programmation classique, des tickets moins chers.

Succès assuré. Plaisir garanti

 

Mais, non ! Trop simple !

Tout d’abord, les Film Days, cette année dureront un jour de plus. Du 21 au 24 septembre, dans la plupart des salles du pays, tous les spectateurs pourront découvrir tous les films à 4 euros. Oui,  tous les longs métrages à l’affiche, une série d’avant-premières américaines et françaises et… une très belle brochette de films belges qui seront programmés à travers le pays en présence de leur équipe!

Car oui, cette année, BNP Paribas Fortis s’est lancé un nouveau défi: soutenir le grand projet qui nous occupe aujourd’hui, Cinevox. Avec la volonté de prouver que le cinéma belge ne compte pas pour des prunes.  Il fallait donc qu’inévitablement Cinevox et les Film Days se retrouvent pour un premier feu d’artifice: c’est chose faite !

 

 

Une semaine avant sa sortie, La Fée va se présenter à vous, en grandes pompes, avec Abel et Gordon en chair et en os dans les salles;  l’équipe de Fils Unique viendra défendre son bébé. Comme celle de Rondo avec Jean-Pierre Marielle. Cerise sur le gâteau, les Film Days vous permettront de découvrir en salle, à titre tout à fait exceptionnel, BXL/USA tourné pour la télévision avec un casting belgo-belge  frappadingue qui sera bien sûr de la partie pour faire exploser le thermomètre.

En Flandre, c’est Quixote’s Eiland, le très attendu premier long métrage de Didier Volckaert, qui va débouler en  trombe.

Les Film Days sont aussi l’occasion d’un superbe échange intercommunautaire: Swooni sera pour la première fois présenté en Wallonie tandis que Elle ne pleure pas elle chante (sous son titre international, She’s not crying, she sings) fera ses débuts en Flandre avec son équipe emmenée par Marijke Pinoy, une star au Nord, exceptionnelle dans le film. Anvers accueillera aussi une projection de Fils Unique de Miel Van Hoogenbemt, tourné en français, mais sous-titré.

 

 

Si on ajoute à ce tsunami, deux coproductions minoritaires  belges: Carré Blanc et Un heureux Événement, ce sont neuf films de chez nous qui vont défier les lois de la gravité cinématographique.

Ne vous y trompez pas: il s’agit d’un authentique événement et nous sommes ravis d’être au cœur de cet élan d’enthousiasme. Qui n’est que l’amorce d’un phénomène encore plus important !

Dès vendredi, le site des BNP Paribas Fortis Films Days et les pages Facebook qui l’accompagnent seront online avec des tas de tickets et des DVD à remporter chaque jour. Soyez attentifs !

Et bonne fête, n’est-ce pas !

 

Check Also

Le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel cherche un·e Attaché·e à la promotion cinéma – CDD

Le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel est actuellement à la recherche d’un·e Attaché·e à …