Populaire

Économiquement parlant, le « cinéma belge » se compose en gros de deux grands types de films : des œuvres « majoritaires », financées chez nous par des producteurs qui détiennent l’essentiel des parts (Mobile Home, Dead Man Talking, Tango Libre, Hors les Murs…) et des longs métrages initiés à l’étranger, mais coproduits en Belgique.

 

 

Ces coproductions « minoritaires » sont récompensées aux Magritte dans une section particulière, preuve que le créneau est d’importance. Ces collaborations permettent à des techniciens ou des acteurs belges, des sociétés aussi, de travailler sur des projets auxquels ils n’auraient pas eu accès autrement : Mon Pire Cauchemar d’Anne Fontaine a été coproduit par Artémis, The Congress d’Ari Folman ou Les Adorés avec Benoît Poelvoorde par Entre Chien et Loup; Sur la Piste du Marsupilami, Un heureux Évènement, Quand je serai Petit, Superstar ou Un Plan parfait par Scope, Légitime Défense, La Vie d’une Autre, Nuit Blanche, Miserere ou Two Days in New-York par Saga Films, Bye Blondie par Frakas, Boule et Bill ou Cloclo par Nexus Factory L’Exercice de l’État par les Films du Fleuve. Impressionnant, non? La liste est loin d’être exhaustive. Avantage non négligeable du système: grâce à la réciprocité, des œuvres belges se montent plus facilement.

 

Panache Production qui va prochainement mettre en chantier son premier long métrage « majoritaire » (Je te survivrai dont nous vous reparlerons bientôt) a, jusqu’ici, tracé son sillon dans ce domaine collaboratif : Robert Mitchum est Mort, Une Pure affaire, Le Grand Soir… et Populaire sont ses plus beaux titres de gloire.

 

Sur base de ce que nous avons lu et vu, nous pensons que Populaire sera l’incontournable buzz de la fin d’année (on accepte tous les paris contradictoires). Il sort le 28 novembre dans les salles belges et sera pour Déborah François un formidable tremplin vers la célébrité.

 

Dans ce film, elle incarne Rose, une jeune dactylo, peu formée aux techniques du métier, mais ultra rapide. Son talent inné n’échappe pas à Louis Echard, patron d’un cabinet d’assurances, qui l’engage… et décide de l’inscrire à une compétition. La première marche d’une irrésistible ascension.

En attendant, le film qui fleure bon les fifties primesautières sera bientôt dans le Grand Écran n°14 de Cinevox. C’est une vraie joie, car les images ont jusqu’ici été jalousement gardées secrètes. À l’issue du tournage liégeois auquel nous avons eu la chance d’assister en décembre dernier, il nous fut par exemple demandé de ne rien publier, qui dévoile la nature du film, son pitch, ses atouts. Pas de photos non plus. Le look devrait rester un mystère le plus longtemps possible. Cinevox est donc clairement le premier média à amener les extraits de Populaire dans les cinémas belges. Et de vous proposer une interview de Déborah François in situ.

 

Une exclusivité qui devrait emballer tous les fans de la série Mad Men, mais aussi tous ceux qui aiment leurs comédies romantiques drôles et enlevées, doublées d’une success-story pétillante. Populaire, on vous dit…

 

Check Also

les_tortues_david_lambert_outplay_films_01

« Les Tortues »: la retraite de l’amour

Avec Les Tortues, son quatrième long métrage qui sera présenté ce vendredi au Love Internaitonal …