Flashforward 2021: les comédien·nes belges en haut de l’affiche

C’est peu de dire que l’on a hâte de retourner au cinéma, et de retrouver nos talents dans toute leur richesse et leur diversité. Nous avons fait le point hier sur les films belges attendus pour 2021, jetons un peu un oeil (non exhaustif, bien sûr!) au programme des festivités concernant les comédien·nes belges…

Virginie Efira sur tous les fronts…

Les années se suivent, et aussi exceptionnelles soient-elles, se ressemblent parfois un peu. Ainsi ces dernières années, difficile d’échapper à l’explosion de la carrière de Virginie Efira, dont les rôles marquants se succèdent, ajoutant chaque fois une nouvelle teinte à la riche palette de son jeu. Ainsi l’a-t-on vue cette année dans Police d’Anne Fontaine, et Adieu les cons d’Albert Dupontel.

On l’espérait à Cannes dans Benedetta de Paul Verhoeven, biopic historique qui s’annonce sulfureux, on devrait le découvrir cette année, de même que Madeleine Collins d’Antoine Barraud, En attendant Bojangles, l’adaptation du succès de librairie éponyme par Régis Roinsard, où elle tourne pour la première fois avec Romain Duris, ou encore Lui, film « surprise » tourné en quelques jours par Guillaume Canet à la fin de l’été, avec un casting de haut vol: Canet lui-même, mais aussi Laetitia Casta, Patrick Chesnais, Matthieu Kassovitz et Nathalie Baye.

 

Hyperactif Benoît Poelvoorde

Il y a quelques semaines était publié un teaser surprise, tourné sur le set d’Adieu Paris, le nouveau film d’Edouard Baer, dans lequel Benoît Poelvoorde jouait les maîtres chanteurs/ animateurs, invitant François Damiens et le réalisateur à le rejoindre au coin du piano. C’est dire que c’est avec une impatience certaine que l’on attend la rencontre cinématographique de cet explosif trio.

Le comédien belge sera également à l’affiche de nombreux films déjà tournés, à commencer par Profession du Père de Jean-Pierre Améris, dont la sortie automnale a dû être repoussée, une adaptation là encore du roman éponyme de Sojr Chalandon. Il y tient le rôle principal aux côtés de Jules Lefebvre, le jeune comédien belge révélé par Duelles d’Olivier Masset-Depasse. Sortie pour l’instant prévue en février.

On le retrouvera également le 31 mars à l’affiche de Mystère à Saint Tropez, comédie yéyé où il interprète un milliardaire ami avec Chirac, qui se retrouve aux prises avec un policier sérieusement médiocre interprété par Christian Clavier. Rencontre explosive là aussi s’il en est! Il y croisera aussi Virginie Hocq, qui vient de tourner Barbaque sous la direction de Fabrice Eboué, avec Marina Foïs.

Plus surprenant, il jouera les super-héros aux côtés de Leïla Bekhti, Pio Marmaï, Vimala Pons et Swann Arlaud dans Comment je suis devenu un super héros de Douglas Attal, que l’on annonce le 21 avril. On retrouve également au générique de cet ambitieux projet la jeune comédienne belge Léonie Souchaud, vue récemment dans La Forêt de mon père.

Enfin, il est également le héros du prochain film de Fabrice du Welz, Inexorable, tourné cet été, et que l’on pourrait bien retrouver sur grand écran d’ici fin 2021.

 

Stéphane de Groodt, King of Comedy

Le nom du comédien belge devrait s’afficher sur toutes les colonnes Morris de la capitale française dès la réouverture des salles, puisqu’il est au générique de comédies qui devraient rapidement sortir, notamment Tout nous sourit de Melissa Drigeart, avec Elsa Zylberstein, deux fois primé aux Festival de Comédie de l’Alpe d’Huez, Chacun chez soi, de et avec Michèle Laroque, ou encore Tendre et saignant, comédie chorale de Christopher Tomson.

« Tout nous sourit »

Il a par ailleurs retrouvé Elsa Zylberstein en octobre dernier le tournage de Big Bug, le nouveau film de Jean-Pierre Jeunet, produit par Netflix. Enfin, il est également l’un des héros pour une autre plateforme (Amazon) de Connectés, film sur le confinement sorti il y a quelques semaines.

 

Jérémie Renier hors piste

On attendait Jérémie Renier cette année dans deux rôles forts qui viennent enrichir sa carrière déjà dense. Dans Slalom de Charlène Favier, il joue un entraîneur de ski dont l’emprise sur sa jeune pupille dégénère. Dans L’Ennemi, de Stephan Streker, il incarne un jeune homme politique belge aux dents longues, accusé du meurtre de sa femme. Toute ressemblance avec une histoire vraie… Les deux films sortiront finalement cette année.

« Slalom »

Mais le comédien belge sera également à l’affiche du nouveau film de Xavier Beauvois, Albatros, où il interprète un commandant de gendarmerie dont la vie est bouleversée par une mission qui tourne au drame. Jérémie Renier vient également de tourner dans L’Homme de la cave, de Philippe Le Guay, aux côtés de François Cluzet, Bérénice Bejo et Jonathan Zaccaï, ainsi que dans La Vie dans les bois de François Pirot, que l’on ne devrait néanmoins pas découvrir avant 2022…

 

Le retour de Cécile de France

En 2020, on pensait apercevoir la comédienne belge à Cannes dans The French Dispatch, le nouveau film de Wes Anderson, on l’a finalement vue dans The New Pope, la série évènement de Paolo Sorrentino avec John Malkovich et Jude Law.

Cécile de France et John Malkovich dans « The New Pope »

En 2021, on la verra dans Les Illusions perdues, l’ambitieuse adaptation du classique balzacien imaginée par le cinéaste français Xavier Giannoli, qui reforme donc le duo de Quand j’étais chanteur (2006), Cécile de France et Gérard Depardieu. Lucien de Rubempré sera incarné par Benjamin Voisin, tandis que l’on croisera également Xavier Dolan, Vincent Lacoste, Jeanne Balibar, et la jeune comédienne belge Salomé Dewaels vue cette année dans Filles de Joie d’Anne Paulicevich et Frédéric Fonteyne.

On retrouvera peut-être encore en 2021 Cécile de France dans Les Jeunes Amants de Carine Tardieu (qu’elle retrouve donc après le très réussi Otez-moi d’un doute), dont elle partage l’affiche avec Fanny Ardant et Melvil Poupaud, mais aussi Laurent Capelluto.

 

Des Belges à tous les étages

Impossible bien sûr d’être exhaustif tant les comédien·nes belges seront présent·es sur petit et grand écran, en Belgique, en France et ailleurs l’année prochaine!

On retiendra néanmoins les retrouvailles de Bouli Lanners et François Damiens, 10 ans après Rien à déclarer, dans un tout autre registre à l’affiche de Cette musique ne joue pour personne de et avec Samuel Benchetrit, où ils auront pour partenaires de jeu Vanessa Paradis, Ramzy Bedia, Gustvave Kervern ou encore Joey Starr. Quant à Bouli Lanners, il a achevé il y a quelques semaines le tournage marathon de la saison 2 de l’excellente série de Thomas Lilti, Hippocrate, avec Louise Bourgoin, Karim Leclou et Alice Belaïdi, en attendant la sortie de son nouveau film, Nobody Has To Know.

François Damiens, Bouli Lanners, Joey Starr, Ramzy Bedia et Gustave Kervern dans « Cette musique ne joue pour personne »

On a vu et adoré cette année Yolande Moreau dans La Bonne épouse de Martin Provost, on la retrouvera en 2021 dans Zaï Zaï Zaï Zaï de François Desagnat, comédie déjantée avec Jean-Paul Rouve et Julie Depardieu, adaptée de la BD bestseller de Caro. Elle sera également à l’affiche du film de Pascal Rabaté, Les Sans dents, avec François Morel et Gustave Kervern.

« Les Sans Dents »

Enfin, alors qu’on attend avec impatience la sortie de Une vie démente, le premier film d’Ann Sirot et Raphaël Balboni dont elle tient l’un des rôles principaux aux côtés de Jo Deseure et Jean Le Peltier, on devrait également voir la jeune comédienne Lucie Debay dans deux autres longs métrages français, A la folie, d’Audrey Estrougo, où elle retrouvera également une autre comédienne belge, Anne Coesens, et Si demain, de Fabienne Godet, avec Julie Moulier et Arnaud Valois.

Check Also

« Sauve qui peut »: aux côtés des soignants

Avec Sauve qui peut, Alexe Poukine se penche sur les processus d’apprentissage auxquels participent les …