« Filles de joie » en ouverture du Ramdam!

Le nouveau film de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich fera l’ouverture du Festival tournaisien, qui s’apprête à célébrer sa dixième édition!

Le Ramdam fait donc le pari d’ouvrir les festivités avec ce film audacieux, où la prostitution est regardée à hauteur de femme, ni fantasmée, ni vilipendée. Où des héroïnes de la vraie vie, celle qui tiraille, qui gratte, qui fait mal, celle qui blesse et qui meurtrit, mais aussi celle qui réjouit et laisse encore rêver, choisissent elles-mêmes les armes pour mener le combat.

Au coeur de Filles de joie, Axelle, Dominique et Conso partagent un secret. Elles mènent une double vie. Elles se retrouvent tous les matins sur le parking de la cité pour prendre la route et aller travailler de l’autre côté de la frontière. Là, elles deviennent Athéna, Circé et Héra dans une maison close. Filles de joie, héroïnes du quotidien, chacune se bat pour sa famille, pour garder sa dignité. Mais quand la vie de l’une est en danger, elles s’unissent pour faire face à l’adversité.

Le film, au casting duquel on retrouve Sara Forestier, Noémie Lvovsky et Annabelle Lengronne, mais aussi Nicolas Cazalé, Jonas Bloquet, Sergi Lopez et Salomé Dewaels, sortira le 12 février prochain, et fera l’objet de notre prochain Cinevox Happening spécial Magritte!

 

On retrouvera également compétition le très puissant nouveau film de Patrice Toye, Muidhond, qui aborde avec intelligence et sans détours la question de la pédophilie, à travers la trajectoire de réinsertion d’un jeune homme qui lutte au quotidien contre le mal qui le ronge. On n’est pas prêt d’oublier Jonathan, incarné par le bouleversant Tijmen Govaerts, et la façon dont il nous confronte à nos craintes et nos certitudes.

 

 

Toujours en compétition, le festival programme La Forêt de mon père, le premier film de Vero Cratzborn, découvert à l’automne au Festival de Namur, l’itinéraire d’une jeune fille qui confrontée à la folie de son père, sur laquelle elle du mal à mettre des mots, entre malgré elle dans l’âge adulte, avec notamment Léonie Souchaud et Ludivine Sagnier.

 

Dans la compétition documentaire, on reverra La prochaine fois que je viendrai au monde de Philippe de Pierpont, également découvert à Namur, dont le réalisateur nous parlait ici.

Le Festival, c’est également une petite section dédiée aux court métrages belges, au sein de laquelle on retrouve Détours de Christopher Yates, Matriochkas de Bérangère Mc Neese, C’est Lhetee de Serge Nagels, Le Dragon à deux têtes de Paris Cannes, et Dispersion de Basile Vuillemin.

Noter enfin que le Festival remet chaque année le Ramdam de l’année à un film belge qui a marqué les esprits. Sont en lice cette fois-ci Lola vers la mer de Laurent Micheli, Le Jeune Ahmed de Jean-Pierre et Luc Dardenne, Duelles d’Olivier Masset-Depasse, et Nuestras Madres de César Diaz.

 

L’intégralité de la programmation est disponible ici.

Check Also

« Sauve qui peut »: aux côtés des soignants

Avec Sauve qui peut, Alexe Poukine se penche sur les processus d’apprentissage auxquels participent les …