Du 2 au 8 mars : le cinéma d’ici sans chichi.

Notre agenda (lire ici) en atteste : le nombre de festivals de cinéma en Belgique est assez sidérant. Trop de manifestations cinéphiles pour un petit territoire?

Ce n’est pas ce que semble démontrer l’audience de ces événements : les salles y sont souvent bien remplies pour découvrir des œuvres qui, c’est vrai, sont peu visibles dans le circuit commercial.

 

Anima et le BIFFF, deux institutions pionnières sont devenus chacun dans leur domaine, des références internationales. Mais les autres organisations qui se concentrent sur des secteurs a priori moins populaires ne vivent pas forcément dans leur ombre.

Qu’elles se concentrent sur le court métrage, le docu, l’alternatif, le cinéma méditerranéen, social, l’amour ou … le film belge, elles gardent le cap d’année en année

 

 

Depuis deux ou trois ans années, le public et surtout les médias s’intéressent de plus en plus au cinéma belge. Cinevox n’y est sans doute pas pour rien. Mais certains passionnés ne nous avaient pas attendus pour braquer leurs projecteurs sur le 7e Art d’ici.

 

Le FIFF namurois et le Film festival Ghent ont toujours mis en valeur le travail de nos cinéastes. Plus récemment le Filmfestival Oostende a ouvert ses portes aux Ensors du cinéma flamand et le Be Film festival en toute fin d’année à Bruxelles concentre toute son énergie sur les œuvres réalisées dans nos régions.

 

Les Magritte du Cinéma ont concrétisé cet engouement en apportant au cinéma d’ici une visibilité, supplémentaire, un peu de strass et des paillettes. Et un palmarès, même si ce n’est pas l’essentiel.

 

Mais, quoi qu’il en soit, le Festival du Cinéma belge de Moustier reste le patriarche du genre, un patriarche qui garde bon pied bon œil et draine d’année en année, un public fidèle grâce à une organisation basée sur la convivialité et la présence de nombreux d’invités toujours heureux de revenir là. Si vous avez entendu dire du mal de cet événement, c’est que vous avez l’ouïe particulièrement fine, car de notre côté, nous n’en avons jamais entendu que des louanges.
Fondée en 1976, cette manifestation fête cette année sa 27e édition avec un line-up resserré, mais fort alléchant qui fait le tour de notre production, amenant dans le Namurois des films qui n’y ont pas été beaucoup vus. Plus deux avant-premières de longs métrages à sortir en ce début de printemps.

 

 

Couronné à Namur du prix du public et du prix Cinevox du meilleur film belge, Melody sort en salles ce 25 mars. Il sera à l’affiche du Festival du cinéma belge le mercredi 4 mars avec en avant-programme le fantastique court métrage babysitting de Vincent Schmitz.

Les deux films sont produits par Artemis. Patrick Quinet sera donc du voyage avec les deux équipes: Bernard Bellefroid, Lucie Debay, Karin Zimmerlin compagne de Bernard et coscénariste pour Melody; Vincent Smitz et ses deux jeunes comédiennes, Sophie Breyer et Pauline Brisy pour Babysitting Story.

 

L’autre long métrage en avant-première sera L’Année Prochaine de Vania Leturcq. Comme Melody, on a vu ce très joli premier film au FIFF et au Be Festival où il avait les honneurs de la clôture. La réalisatrice sera du voyage avec la fidèle Anne Coesens qui nous avait fait l’honneur d’une visite au Cinevox Happening de Tous les chats sont gris, le soir des Magritte.

En première partie, un autre court métrage étonnant : Solo Rex, avec deux invités, François Bierry, le réalisateur et son acteur principal: Wim Willaert. Ambiance assurée à Jemeppe.

 

 

Les autres longs métrages du festival seront des reprises, avec chaque soir de renommés visiteurs:

Mardi 3 mars, Stefan Liberski et la future maman, Pauline Étienne, introduiront la projection Tokyo Fiancée tandis qu’Édith Depaule, Maxime Feyers et François-Xavier Willems seront là pour  l’excellent court The Dancing.

Vincent Bal, Amaryllis Uitterlinden, Erika Sainte et Marc Weiss viendront présenter Brabançonne, le jeudi 6 avec Gabriel Vanderpas pour le court Albertine.

Pour conclure la manifestation sur une note très locale: Xavier Diskeuve, Nicolas Buysse, Christelle Cornil et Alain Azarkadon accompagneront Jacques a vu. Nicolas fera d’ailleurs coup double puisque le festival proposera ce jour-là son court métrage Une brume, un matin coréalisé avec Joachim Weissmann.

 

 

Comme ces dernières années, cette édition du Festival du Cinéma belge de Moustier aura à nouveau lieu à la Salle de l’Amical Solvay, Rue du Brûlé n° 32 à Jemeppe-sur-Sambre du 2 au 8 mars donc

Le programme détaillé est à découvrir ICI

Check Also

Jaco Van Dormael planche sur « The Magician of Auschwitz »

Jaco Van Dormael bientôt de retour? C’est en tous cas ce qu’annonce la société de …