Du 19 au 26 juin, Bruxelles accueille le cinéma européen

Le Brussels Film Festival  est devenu l’évènement de fin de saison pour les cinéphiles qui s’apprêtent à partir chercher le soleil et un peu d’oubli sous d’autres latitudes. Toujours consacré au cinéma européen, il se déroulera à Flagey du 19 au 26 juin. Idéal pour fêter la fin des examens en explorant de nouveaux horizons cinématographiques.

Cette 11e édition du Brussels Film Festival, permettra de découvrir 70 courts et longs métrages sélectionnés parmi plus de 870 films, pour « leur intérêt artistique, leur exigence, leur volonté de questionner la complexité du monde et d’inventer un territoire commun de dialogue et d’émotion », précise Ivan Corbisier, le directeur de la manifestation

 

 

 

Créé en 1974, le Brussels Film Festival  a évolué. Il a plusieurs fois déménagé aussi. Changé d’allure, de peau, d’objectif. S’est interrompu quelques fois. Mais a toujours repris vigueur. En 2003, l’évènement s’offrait un nouveau départ, résolument européen, dans un espace de prestige, Flagey.  Cette 11e édition s’inscrit dans cette exacte lignée. Enrichie, diversifiée, rationalisée.

 

Six ans plus tard, l’arrivée d’un nouveau directeur lui donne en effet son identité actuelle: Ivan Corbisier succède au producteur Dominique Janne. Au fil des ans, il a collaboré aux festivals de Bruxelles et de Namur et a été membre de la Commission de Sélection du Film. En 2005 et 2006, il assure la coordination du Brussels Film Festival, puis lance dès 2007 une tournée de projections en plein air (Une toile sous les étoiles) chaque été, suivie des Brussels Movie Days. Ivan Corbisier est par ailleurs responsable de la programmation cinéma de Wolubilis.

 

Une des premières décisions du nouveau directeur est d’ouvrir la manifestation à l’ensemble du cinéma européen. Fini donc le Festival des premières et deuxièmes œuvres, objectivement trop restrictif. Ce concept plus large permet au Brussels Film Festival d’accompagner au plus près la carrière des cinéastes découverts. Il l’autorise aussi à accueillir des invités de prestige, ce qui est nécessaire pour offrir à cette semaine bruxelloise une véritable dimension sur la scène médiatique.

 

 

 

Les jeunes talents sont toujours mis en lumière, mais ils côtoient désormais des cinéastes renommés.  Avec sa section Avant-Premières, le Brussels Film Festival ouvre ses frontières au cinéma mondial et aux rencontres destinées aux professionnels débutants et confirmés grâce à de nombreuses Master Classes, dont celles de Bertrand Tavernier (président des Magritte du Cinéma en 2012 – voir photo ci-contre avec Marie Gillain) et Bruno Dumont, et différents workshops.

 

Outre ces deux grands messieurs du cinéma français de nombreux autres invités viendront illuminer de leur présence un évènement qui prend chaque année un peu plus d’ampleur. On y croisera donc Charlotte Rampling, Diane Kurys, Valeria Golino, Søren Malling, Francois Damiens, Daan… Entre autres.
Depuis 2011, à l’instar du Festival du film de Gand, la manifestation bruxelloise s’est également ouverte à la musique grâce à la projection de documentaires musicaux, le développement de concerts (Tindersticks en 2011, Chromatics en 2012) suivis de soirées DJ sets. Cette année, le festival fera même partie intégrante de la Fête de la Musique avec une programmation thématique le vendredi 21 juin.  En plus, une jeune section compétitive Music Docs fera la part belle aux œuvres mariant musique et cinéma.

 

 

 

La compétition officielle opposera 12 longs métrages européens. Un jury international attribuera plus de 50.000€ de prix qui serviront à encourager la création et la promotion cinématographique en Europe.  Aucun film belge ne concourt cette année, mais trois de nos talents font partie du jury. Aux côtés du réalisateur, acteur et écrivain français Samuel Benchetrit et de la comédienne allemande Julia Dietze, Joachim Lafosse (À Perdre la raison – photo ci-dessus) échangera ses impressions avec Astrid Whettnall (Au nom du Fils) et Sam Louwyck (Une Chanson pour ma Mère, La Cinquième Saison).

 

 

Une série d’avant-premières invitent le grand public à découvrir le cinéma d’auteur européen. C’est là que se nichent deux perles qui intéressent plus particulièrement Cinevox: Tip Top, coproduction belge grâce à Artemis et Iris permettra de retrouver François Damiens dans un rôle incongru auquel il avouait à Cannes… « n’avoir pas compris grand-chose » (le 24 à 21h25). L’autre fleuron de la section est le très attendu Post Partum de Delphine Noëls (production Frakas – photo de tournage ci-dessous)) avec Mélanie Doutey, Jalil Lespert et Françoise Fabian. Ce film sera l’attraction de la Soirée de Fédération Wallonie Bruxelles, proposée le vendredi 21 à 19h et à 21h au studio 1. On en reparle bien sûr…

 

 

La compétition de courts métrages qui se déroulera le 25 juin mettra aussi l’accent sur le talent belge d’aujourd’hui… et de demain. Quatre prix seront remis dans cette catégorie : le Studio L’Equipe Award  qui récompensera le meilleur court de la compétition (1.500€), l’ARFF Award (700€), le Cinelab Award  pour la meilleure image (1.500€) et UPCB/UBFP Award octroyé par les journalistes de cinéma (750 €).

 

Le cinéma belge sera tout particulièrement à la fête dans les séances en plein air avec sept longs métrages bleu-blanc-belges et une copro de luxe à savoir Le Cochon de Gaza (19 juin). Ces projections seront donc l’occasion de (re)voir Au nom du Fils (20/06), Tango Libre (21/06), The Broken Circle Breakdown (22/06, Torpedo (23/06), Mobile Home (24/06), Offline (25/06)  et A Perdre la Raison (26/06).  Soit tous les films (minus un) qui ont fait le buzz ces douze derniers mois.

Sacré programme ! D’autant que ces séances sont gratuites et accessibles à tous. Elles se dérouleront dès la tombée de la nuit à 22h30 sur la Place Sainte-Croix, devant l’église et l’entrée du festival. Comme chaque année, les organisateurs implorer le climat de rester clément…

 

 

 

Check Also

La-Nuit-Se-Traine

Bande-annonce: « La Nuit se traine » de Michiel Blanchart

Découvrez la bande-annonce de La Nuit se traine, premier long métrage du cinéaste belge Michiel …