Dieu, Cannes et Jaco

Attendu en compétition officielle au Festival de Cannes en 2009 avec Mr Nobody, Jaco Van Dormael aura dû patienter six ans pour revenir sur la Croisette dans la section qui lui a tellement porté chance : en 1991, il présentait son premier long métrage, Toto le Héros, à la Quinzaine des Réalisateurs, avec à la clef une Caméra d’or remise au meilleur premier film de la manifestation, toutes sections confondues.

Cinq années plus tard, c’est en sélection officielle que le réalisateur belge confirmait tout le bien que tous les cinéphiles pensaient de lui. Le Huitième Jour (déjà une référence biblique) permet à ses deux acteurs principaux, Pascal Duquenne et Daniel Auteuil de décrocher un prix d’interprétation conjoint.

 (Photo d’ouverture : © J.P.Malherbe/N.L.P)

 

 

Un premier trophée pour un comédien belge à Cannes, trois ans avant celui de sa quasi homonyme Émilie Dequenne dans Rosetta. Hé oui: Jaco fut un pionnier pour notre cinéma.
La suite on la connaît: son fabuleux Mr Nobody, ne convainc pas Cannes et se retrouve finalement à Venise avant d’atomiser la première édition des Magritte du cinéma. Le film a des partisans et des détracteurs. Pour nous, c’est un chef d’œuvre sans équivalent connu.

 

 

Alors que tout le monde pensait que Le Tout Nouveau Testament son nouveau film, coproduit par Olivier Rausin pour Climax, serait terminé cet été avec Venise en tête, les choses se sont précipitées dès le Festival de Berlin où un trailer de quelques minutes a fait l’événement au marché du film. Sur cette seule base, plus de quinze distributeurs achetaient le droit de proposer le film dans leur pays respectif.

Quelques semaines plus tard, une rumeur faisant état d’un fort intérêt cannois se répand dans les cénacles. Intérêt confirmé mi-avril lorsqu’on apprend que le film se retrouverait effectivement à la Quinzaine des réalisateurs. À charge pour le réalisateur de boucler la postproduction le plus vite possible. Pour le 6 mai, il fallait absolument que tout soit prêt.
Enfin presque… C’est en effet une copie de travail qui a été présentée au Festival de Cannes, Jaco se gardant la liberté de modifier le montage pour sa sortie en salles, espérée à l’automne. Ce n’est pas une première: de très nombreux réalisateurs tiennent compte des réactions cannoises pour adapter leur film, souvent le raccourcir, le dynamiser.

 

À l’annonce de la sélection, en direct pendant la conférence de presse organisée par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour féliciter les sélectionnés, on a vu un Jaco van Dormael assez euphorique. Son retour sur la Croisette le comblait à l’évidence… comme il sembla combler les cinéphiles en goguette sur la Croisette si on en croit les files invraisemblables devant la salle qui accueillait hier les deux projections. La première en fin de matinée, l’autre en fin d’après-midi.

 

 Séance de midi (photo L.M.)

 

Différence essentielle entre les deux séances: le casting réuni sur scène lors de la projection. En plus de Yolande Moreau et Jaco Van Dormael, présents déjà en matinée, on remarquait alors Catherine Deneuve, François Damiens, la jeune Pili Groyne, Laura Verlinden, Serge Larivière, le coscénariste Thomas Gunzig ou la compositrice de la bande originale, An Pierlé.

 

Séance de fin de journée  (photo L.M.)

 

Pour le reste, l’accueil des deux publics fut assez identique : enthousiaste, voire euphorique Encore un peu plus euphorique en soirée à vrai dire puisque la standing ovation réservée au film y a duré près de … 10 minutes.

Et faites l’essai chez vous: dix minutes à applaudir c’est long. Très long.

 

  (Photo : © J.P.Malherbe/N.L.P)

 

 (Photo : © J.P.Malherbe/N.L.P)

 (Photo : © J.P.Malherbe/N.L.P)

 

Les premiers échos de la presse sont d’ailleurs à l’unisson :

 

« Lancé à une allure folle, le film ne décélère jamais, c’est un tourbillon d’idées, d’inventions et de situations – avec un supplément pour les Bruxellois qui découvrent leur ville comme ils ne la regardent pas. Le cinéma est un art magique, on peut tout faire, c’est visiblement la conviction de Jaco. Ce qui menaçait parfois son cinéma, ce n’était pas son imagination, sa virtuosité, mais peut-être sa profonde humanité, peu prisée par le ciné. » (Fernand Denis – La Libre)

 

 (photo L.M.)

 

Gewoon met de gsm in de zaal om mee te maken hoe ‘Le tout nouveau testament’ terecht op een eindeloos lange staande ovatie werd onthaald. Heerlijke film en nu al de must-see van het jaar. Met een geweldige Benoît Poelvoorde, een formidabele Pili Groyne, een sublieme Yolande Moreau, maar ook met Laura Verlinden en Johan Heldenbergh, die minstens evenveel superlatieven verdienen. Alleen waren de superlatieven even op. We komen erop terug. Maar onthoudt het : geweldige film!!! (Kurt Vandermael – Cinevox NL)

 

Ou encore (mais oui)

 

« Le tout Nouveau Testament  » donne dans la fantaisie plus que dans la métaphysique, et c’est ce qui rend le film très jubilatoire. L’aspect hétéroclite du casting – avec Benoît Poelvoorde, François Damiens mais aussi Catherine Deneuve – renforce encore sa puissance ludique. Ces retrouvailles avec Jaco sont totalement réjouissantes. Le public cannois ne s’y est pas trompé, il lui a fait la fête (Hugues Dayez – RTBF)

 

Alléchés? Vous auriez tort de ne pas l’être, mais il faudra patienter quelques mois pour voir ce Tout Nouveau Testament dans nos salles (distribution Belga Films). Avec une Première belge dans un des festivals nationaux de l’automne? Namur ou Gand? Faites vos jeux.

 

  (Photo : © J.P.Malherbe/N.L.P)

 

Après cette folle journée, remplie d’émotions fortes et d’interviews, on pouvait légitimement s’attendre à ce que Jaco et sa team se replient dans leurs appartements, mais c’était sans compter avec la fête organisée sur la Plage Magnum pour célébrer Ce Tout Nouveau Testament que la Belgique propose au monde du cinéma.

 

  (Photo : © J.P.Malherbe/N.L.P)

 

Dans des registres différents, avec des ambitions et des moyens très différents, Jaco a toujours prouvé qu’on peut compter sur lui pour proposer des films uniques, sans équivalents connus.
La marque des (très) grands.

 

  (Photo : © J.P.Malherbe/N.L.P)

 

   (Photo : © J.P.Malherbe/N.L.P)

Check Also

Raphaël Balboni: « La Fête du court métrage »

Raphaël Balboni et Ann Sirot parrainent La 3e Fête du court métrage qui se tiendra …