Deux courts métrages belges au Festival de Cannes

C’est officiel : Mont Blanc, le court-métrage de Gilles Coulier, a été sélectionné en Compétition Officielle de Cannes Court Métrage (15 – 26 mai).  En attendant le Dégel de Sarah Hirtt sera, pour sa part, projeté à la Ciné Fondation.

 

C’est déjà la seconde fois que Gilles Coulier a l’occasion de boucler ses valises pour Cannes. En 2010, le jeune réalisateur avait vu son court-métrage Iceland sélectionné à la Cinéfondation, compétition du Festival de Cannes réservée aux films d’étudiants en cinéma.

Cette fois-ci, son dernier court-métrage Mont Blanc a été sélectionné en Compétition officielle de Cannes Court Métrage. Le film fait donc partie des 9 courts-métrages choisis parmi quelque 3.500 soumissions pour concourir à la Palme d’Or du Meilleur Court Métrage.

Le jury de la Compétition des Courts, composé de cinq figures éminentes du monde du cinéma, est présidé cette année par Jane Campion (The Piano, In The Cut, Bright Star).

 

‘La nouvelle est arrivée très tard cette année’, déclare un Gilles Coulier enthousiaste. ‘On m’a téléphoné aujourd’hui, alors que les sélections sont en général annoncées aux réalisateurs plus tôt dans l’année. C’était donc une énorme surprise et j’en suis donc aussi extrêmement content.’

 

Mont Blanc raconte l’histoire d’un père et son fils qui entreprennent ensemble un dernier voyage en montagne quand le père de 80 ans se voit annoncer une maladie en phase terminale. La relation troublée entre deux hommes qui ne se comprennent pas est rapidement mise à nu. Avec la perspective de la fin de vie de l’aîné, les différences entre père et fils deviennent d’autant plus douloureuses.

 

Le scénario a été écrit par Gilles Coulier et Angelo Tijssens; les rôles principaux sont tenus par Jean-Pierre Lauwers et Wim Willaert, avec qui Coulier a déjà collaboré à plusieurs reprises. Willaert joue également le rôle principal du court-métrage Iceland, travail de fin d’année de Coulier à l’école de cinéma bruxelloise Sint-Lukas.

 

Dirk Impens, de la société de production Gantoise Menuet (The Broken Circle Breakdown, Dura Lex) a produit le film et a pu à cet effet faire appel à la Wildcard du VAF que Coulier a gagnée en 2009 avec Iceland, fournissant un budget de départ de € 60.000.

Il a également pu compter sur le coaching du réalisateur Felix van Groeningen (The Broken Circle Breakdown, La merditude des choses). Via le système des Wildcards, le Fonds Audiovisuel de Flandre (VAF) et la ministre flamande de la Culture Joke Schauvliege offrent aux jeunes talents la possibilité de réaliser un premier projet de film extrascolaire.

 

 

Un autre court métrage belge est sélectionné pour la Ciné Fondation. Il s’agit de En attendant le Dégel de Sarah Hirtt, l’histoire d’une fratrie désunie qui se retrouve lors d’un déménagement. L’ambiance est électrique. Valéry, Victor et Vincianne prennent la route sans se douter que des embûches vont parsemer leur voyage…  il s’agit du troisième court de la réalisatrice réalisé à l’INSAS avec François Neycken, Jean-Jacques Rausin et Claire Beugnies

 

Check Also

La-Nuit-Se-Traine

Bande-annonce: « La Nuit se traine » de Michiel Blanchart

Découvrez la bande-annonce de La Nuit se traine, premier long métrage du cinéaste belge Michiel …