David Murgia : Le premier, le dernier

Dans de nombreux pays, beaucoup acteurs qui brillent sur le grand écran viennent du petit. Souvent, ils ont fait leurs preuves dans des séries et, forts de cette popularité, sont invités à confirmer leur talent au cinéma.

En Belgique, en attendant les effets du fonds mis en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles et la RTBF pour développer des fictions télévisuelles belges francophones de niveau international (la Trêve et Ennemi Public arrivent), c’est du théâtre que sont souvent issus nos nouveaux comédiens. Quelques exemples frappants ? Erika Sainte, Lucie Debay, Yoann Blanc et, bien sûr, David Murgia.

 

Le jeune Liégeois qui officie au sein du Raoul Collectif s’est fait un nom en solo en portant sur scène Discours à la nation, spectacle à une voix et une guitare écrit par le dramaturge italien Ascanio Celestini.

Au cinéma, il commença sur des chapeaux de roues avec une composition étonnante de jeune psychopathe dans Rundskop et confirma très vite avec La Tête la Première, un film réalisé à l’arrache par Amélie Van Elmbt qui lui valut un Magritte du meilleur espoir largement mérité. Depuis lors, on l’a vu ici et là sans qu’il renoue avec un rôle fort et porteur.
On avait presque fini par croire qu’il était finalement plus destiné à briller sur les planches que sur les grands écrans.
Heureusement Bouli Lanners qui a l’œil à tout lui a offert un magnifique rôle dans son quatrième long métrage, Les Premiers, Les Derniers, qui sortira le 24 février. Un cadeau que David n’a pas galvaudé, livrant une interprétation faramineuse qui ne laissera plus aucun doute à personne sur son potentiel.

 

Alors qu’il reprenait Discours à la Nation sur les scènes wallonnes, nous avons rencontré le jeune acteur qui nous parle de ces différents métiers, et d’abord de ce spectacle qui a déclenché l’enthousiasme du public, lui a valu les honneurs des critiques belges et françaises… et même une nomination aux Molières.

 

 

 

 

En décembre, David Murgia a retrouvé ses amis du Raoul Collectif pour créer un deuxième spectacle commun au National : Rumeurs et Petits jours est une nouvelle pièce totalement inclassable, jouissive, drôle, caustique. En perpétuel développement.

 

 

 

 

À l’aise sur les planches et devant une caméra, David reconnait pourtant que ces deux métiers sont très différents. Il nous explique pourquoi et comment il entrevoit chacun de ces modes d’expression.

 

 

 

 

Des envies de cinéma, David Murgia en a, beaucoup, et sitôt l’interview terminée, il s’en voulait déjà d’avoir oublié un de ses réalisateurs favoris, celui avec lequel il aimerait plus que tout tourner : Nani Moretti. Mais il a aussi d’autres rêves…

 

 

 

 

Acteur d’exception habitant à Seraing, militant combatif de la cause populaire, David Murgia devrait en toute logique croiser un jour la route des frères Dardenne. Mais le jeune comédien discret et modeste ne tient pas à forcer le destin. Il estime que les choses se font si elles doivent se faire, s’il y a une envie. Sinon, eh bien, elles ne se font pas…

 

 

 

 

Prêt à embarquer sur le prochain tournage d’un réalisateur belge brillant (des infos plus précises très bientôt), David Murgia sera sur les grands écrans belges dès le 24 février avec les premiers les derniers. Sa prestation éblouissante n’est bien sûr pas la seule raison de voir ce film original et captivant, mais elle justifie largement votre attention.

Check Also

Ruth-Becquart-Cinevox

Ruth Becquart à propos de « L’Âge Mûr » de Jean-Benoit Ugeux

Rencontre avec Ruth Becquart sur le tournage de L’Âge Mûr de Jean-Benoit Ugeux. A VOIR …