Courts mais bons

Depuis vingt ans, le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris consacre une semaine au court métrage produit et coproduit en Wallonie et à Bruxelles. La 21e édition du Festival le Court qui en dit long se déroulera à Paris du 3 au 8 juin.

 

 

[photo d’ouverture : Louis Héliot, Conseiller cinéma et Coordinateur des programmes chez Centre Wallonie-Bruxelles à Paris et organisateur de l’évènement. Il est entouré de quelques figures du court métrage belge: Jean-Jacques Rausin (acteur), Catherine Salée (actrice), Julie Naas (monteuse) et Xavier Seron (réalisateur) – [Photo Cinevox/Maryline Laurin 2013]

 

Le court métrage est un format qui permet tous les apprentissages, toutes les audaces et toutes les libertés. Films d’écoles et d’ateliers (INSAS, IAD, La Cambre, Haute Ecole Albert Jacquard, Zorobabel), films indépendants ou soutenus par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, tous les genres se mêlent : fiction, animation et expérimental.

 

Ce festival est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux visages d’actrices et d’acteurs comme de nouveaux auteurs. Parce que le Festival Le Court en dit long dévoile souvent des films qui développent ensuite de belles carrières, tel Le Cri du homard de Nicolas Guiot l’an dernier, qui a reçu maintes récompenses dont le Magritte 2013 et le César 2013 du meilleur court métrage.

 

Pour cette 21e édition, le Festival propose un programme riche et varié :

– Une compétition de 38 films inédits, répartis en 6 programmes

– Une rétrospective des films primés depuis dix ans

– Une soirée spéciale et musicale le 7 juin : projection de CLIP AND ROLL suivie d’un concert de PAON, groupe de rock bruxellois

– Une rencontre professionnelle, en partenariat avec la Maison du Film Court, à destination des comédiens (samedi 8 juin à 15h)

– Chaque soir à 19h45, le forum avec les équipes de films

– Un espace « Marché du film » ouvert aux professionnels

– Une avant-première, après la Remise des Prix : Chez nous c’est trois ! de Claude Duty

 

Universcine.be, site de vidéo à la demande, présente l’ensemble des films sélectionnés en compétition du 3 juin au 3 juillet 2013.

 

 

Le jury du festival sera composé de

 

Bénédicte Couvreur (productrice pou Hold-up films). Elle a produit notamment La Naissance des pieuvres de Céline Sciamma, La Part animale de Sébastien Jaudeau, La dérive des continents de Vincent Martorana, Tomboy de Céline Sciamma et vient de coproduire Baby Balloon de Stéfan Liberski.

 

 

Blandine Lenoir (actrice et réalisatrice – photo). Comme actrice, elle a joué sous la direction de Solveig Anspach, Fabienne Godet, Michaël Haneke (Caché), Pierre Schoeller (Versailles) et Bruno Podalydès (Bancs publics). Elle a aussi réalisé des courts métrages, dont Avec Marinette (Grand Prix Pantin), Dans tes rêves (primé à Aix-en-Provence), Rosa (primé à Clermont-Ferrand) et Monsieur L’Abbé (nommé aux César 2011).

 

Thomas Bidegain (scénariste). Il débute sa carrière en distribuant et produisant des films indépendants américains : Ice Storm d’Ang Lee et Insomnies de Michael Walker. Depuis dix ans, il se consacre à l’écriture de scénario avec différents réalisateurs (Jean-Paul Civeyrac, Sophie Fillières, Sam Karmann et Alain Beigel). En 2010, il remporte le César du meilleur scénario original avec Nicolas Peufaillit et Abdel Raouf Dafri, pour Un prophète de Jacques Audiard. Il a coécrit a perdre la raison de Joachim Lafosse. Il a reçu le César de la meilleure adaptation 2013 pour De rouille et d’os de Jacques Audiard.

 

David Reyes (compositeur) . Après ses études en réalisation à l’IAD, il est diplômé de l’École normale de musique Alfred Cortot à Paris en composition de musique de film. Il a signé la musique d’une quarantaine de courts métrages et documentaires. Au cinéma, il a composé la musique des films Le Renard et l’enfant de Luc Jaquet, Min Ye de Souleymane Cissé, Derrière les murs de Julien Lacombe et Pascal Sid et Une chanson pour ma mère de Joël Franka.

 

Nicolas Robin (acteur). Il a joué dans Le Roi de l’évasion d’Alain Guiraudie (2008), L’Armée du crime de Robert Guédiguian (2008), Noir Océan de Marion Hänsel (2009), Poupoupidou de Gérald Hustache-Mathieu (2010), Ma bonne étoile d’Anne Fassio (2011). Il sera prochainement à l’affiche de Hôtel Normandy de Charles Nemes et dans la série d’ARTE Odysseus.

 

 

Le Garçon impatient de Bernard Garant sera proposé en compétition.

 

Le jury attribuera cinq prix :

– Le Grand Prix, doté de 2000 euros par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, et de deux semaines de montage offertes par le Studio l’Equipe France.

– Le Prix du Scénario, doté de 1000 euros par la SACD Belgique

 

Nouveautés 2013 :

– Le Prix de la Mise en Scène, doté de 1000 euros par la SABAM

– Les prix d’interprétation masculine et féminine, dotés de 750 euros chacun par le Parlement francophone bruxellois.

– Par leurs votes, les spectateurs désigneront le Prix du Public, doté de 1000 euros par le Centre Wallonie Bruxelles à Paris. CINE + décernera un Prix Cinécourts.

 

BE TV et la RTBF ainsi que Critikat.com, site de jeunes critiques et cinéphiles, remettront leurs Prix Coup de Cœur.

 

En attendant Le dégel, 2e prix de la Cinefondation au Festival de Cannes sera naturellement parmi les favoris de cette manifestation.

 

Infos Pratiques

 

Où ? Centre Wallonie-Bruxelles – Salle de cinéma – 46, rue Quincampoix 75004 Paris – M° Rambuteau

La programmation détaillée du festival, les infos pratiques, la réservation et l’achat de vos places en ligne : ICI

Les événements à ne pas manquer au jour le jour et, dès le 5 juin 2013, les interviews des invités et des images du festival : ICI

 

Check Also

« Sauve qui peut »: aux côtés des soignants

Avec Sauve qui peut, Alexe Poukine se penche sur les processus d’apprentissage auxquels participent les …