Coups de zoom sur 2012 [1]
Grands écrans sur grand écran

En 2012 sur les écrans ? On attend Batman,  Millenium le remake US et Brave, le Pixar annuel. Et on peut penser que le grand triomphateur du box-office de l’année 2012 sera probablement parmi ce trio. À moins que The Hunger Game ne vienne bouleverser la donne avec son ado appeal.

Mais ces grands films que nous avons aussi très envie de découvrir en salles dans des copies digitales épastrouillantes, nous les laissons volontiers aux myriades de sites et de magazines qui vont se jeter dessus avec une avidité compréhensible.

Car si les médias grand public vont tous faire leurs choux gras des mêmes effets d’annonce (excitants, on l’avoue), Cinevox, c’est son essence et sa raison d’être, a décidé de clôturer cette année et de débuter la suivante sur un grand tour d’horizon des futures sorties belges.

 

De quoi remplir dix lignes? Pensez-vous… Sept articles complets (plus deux publiés plus tard en janvier) ne seront pas de trop pour dresser un topo le plus exhaustif possible ! Oui, soyons prudents, car nous oublions sûrement des titres et nous en excusons par avance.

C’est évidemment un boulot de fourmis, alors que nous sommes plutôt cigales; mais nous voulions vous informer le plus complètement possible et, pourquoi pas, inspirer d’autres sites à condenser cette info dans des articles prospectifs.

Collègues, si ça vous tente, n’hésitez pas à piocher ici et là : nous sommes aussi là pour ça.

 

 

Dense et forcément excitante, l’année 2012 sera  l’occasion de découvrir en salles les films que Cinevox vous a proposés en zakouski goûtus dans les Grands Écrans 3, 4, 5, 6 et 7. Depuis le 11 mai 2011, date à laquelle notre première capsule vidéo a été mise en orbite dans toutes les salles numériques de Belgique francophone (la même chose a été faite en Flandre), sept films ont été mis à l’honneur. Deux d’entre eux, sélectionnés à la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes, sont sortis dans le circuit commercial à la rentrée 2011 : La Fée et Les Géants. Tous les autres sont toujours inédits et certains le resteront encore quelques mois.

 

[Photo Marianne Grimont]

 

Dans la majorité des cas, ces focus sont consacrés à des productions belges majoritaires, celles qui ont en général le plus de mal à se frayer un chemin jusqu’au grand public. Question de moyens. Dès le mois de juillet, nous braquions pourtant nos appareils (la capsule est réalisée avec des Canons 5 et 7D) sur le plateau d’Il Était une fois une fois. Un film français? Oui ! Produit par Dominique Faruggia en collaboration avec les Belges de Scope Picture. Mais un film qui, paradoxalement, ne parle que de Belgique. Nous y reviendrons un peu plus longuement dès demain, car Cinevox a une formidable proposition pour vous. Restez attentifs et soyez créatifs. On ne vous en dit pas plus.

Ce qui nous a emballés d’entrée ? Le thème, la folie ambiante. Et le casting. À côté de François-Xavier Demaison, on trouve ici Charlie Dupont et Jean-Luc Couchard qui décrochent d’authentiques premiers rôles dans une comédie destroy qui pourrait faire date. Derrière les manettes, on note la présence de l’excellent Christian Merret-Palmair, responsable avec Benoit Poelvoorde et Pascal le Brun des désopilants Carnets de M.Manatane et des Portes de la Gloire.

 

Même s’ils jurent ne pas s’inspirer du triomphe de Rien à Déclarer en 2010, les distributeurs sortiront cette bombe hilarante dès le 15 février 2012. En France, la Gaumont y croit tellement qu’elle table sur 200 copies. En Belgique, c’est Belga qui va distribuer. Les exploitants de salles semblent enthousiastes. Il y aura sans doute plus de vingt copies, rien que pour le Sud du pays.

 

À côté de cette facétie explosive, les autres films au programme peuvent apparaître sérieux, voire graves. Mais la plupart ne sont pourtant pas dénués de cet humour qui est parfois la politesse du désespoir.

 

[Virginie Saint-Martin, la chef opératrice de Quartier Libre et Zacharie Chasseriaud]

 

Dans notre Grand Écran du mois d’août, vous avez ainsi découvert en ultra-avant-première le quatrième long métrage du bien trop rare Frédéric Fonteyne, Quartier libre. Un hymne à l’amour et au Tango. Une histoire de sentiments alambiquée entre… quatre personnages.

 

Lorsqu’une inconnue vient s’inscrire à son cours de danse, JC tombe sous son charme. Elle a l’air triste, il est seul. Mais le lendemain, il la retrouve dans la prison où il travaille comme gardien. Elle vient rendre visite à son mari… et à son amant. JC est sous le choc. Revendiqué comme une comédie dramatique, Quartier Libre est actuellement en post production. Son grand atout : un casting (d)étonnant: François Damiens, Sergi Lopez, Jan Hammenecker, et Anne Paulicevich, madame Fonteyne qui a aussi écrit le scénario (peaufiné avec Philippe Blasband). Plus, naturellement, le savoir-faire de Frédéric, et aussi une bande-son partagée entre le tango et Agnès Obel. Et oui, on a vu une copie de travail. Et non, on n’en dira pas plus actuellement.

 

Comme Quartier Libre, La Sieste sous le figuier de la réalisatrice Anne-Marie Étienne s’appuie aussi sur quatre têtes d’affiche: Gisèle Casadesus, Anne Consigny et les deux Belges Marie Krémer et Jonathan Zaccaï.

La Sieste conte l’histoire d’un papa débordé, d’une cuisinière qui en a ras le bol des expérimentations postmodernistes et d’une mère de famille lassée par le train-train. Le trio va se réunir autour d’une sympathique vieille dame malade et l’accompagner pendant son dernier été. On peut déjà vous annoncer que le film sera la vedette du Grand Écran n° 3 de notre saison 2 à paraître en avril. D’ici là, on vous aura présenté Torpedo en janvier et fait revivre, en février, la deuxième édition des Magritte du cinéma belge grâce à une capsule pétillante avec toutes les stars d’ici. Et même d’ailleurs…

 

Les trois autres Grands Ecrans Cinevox parus en 2011 furent consacrés à trois premiers films: Dead Man Talking, Mobil Home et Hors Les Murs. Trois arrivées fort attendues… au sein d’une vague qui va déferler sur nos écrans au fil des mois. Et sur laquelle on s’attardera dès lundi…

 

 

 

 

Check Also

Bouli Président… des Magritte 2024!

A tout seigneur, tout honneur, c’est donc Bouli Lanners qui présidera la 13e édition des …