Clap de début pour « TKT » de Solange Cicurel

Solange Cicurel vient d’entamer le tournage de son troisième long métrage, TKT, avec notamment Emilie Dequenne et Stéphane De Groodt au générique.

Après Faut pas lui dire, comédie girly assumée Magritte du Meilleur premier film, et Adorables, comédie familiale sur la crise d’adolescence conjointe d’une jeune fille… et de sa mère, Solange Cicurel revient avec un troisième film à nouveau centré sur l’adolescence, mais dans un registre différent, puisque TKT se penchera sur la question du harcèlement.

L’histoire? Emma, 16 ans, est bien dans sa peau, et populaire dans son lycée. Quand le film débute pourtant, elle est dans le coma. Pourquoi ? Que lui est-il arrivé ? Pour le comprendre, elle a la chance de devenir un « fantôme » pour quelques jours. Invisible, elle peut alors tout voir, tout entendre et retourner dans ses souvenirs pour reconstituer son histoire.

Dans le rôle d’Emma, une nouvelle venue, la jeune Lanna de Palmaert. Pour l’épauler, Solange Cicurel s’est entourée de deux comédiens belges chevronnés avec lesquels elle travaille pour la première fois. Emilie Dequenne, très présente dans le cinéma français (elle a d’ailleurs reçu il a peu le César de la Meilleure actrice dans un second rôle pour Les choses qu’on dit les choses qu’on fait), enrichit ainsi sa filmographie belge. On sait avec quel succès elle a par le passé travaillé avec des cinéastes belges (on retiendra récemment Close de Lukas Dhont bien sûr, mais aussi A perdre la raison de Joachim Lafosse, ou encore ses deux films avec Lucas Belvaux, Chez nous et Pas son genre). Stéphane De Groodt, que l’on a beaucoup vu récemment dans des comédies chorales françaises (Tout nous sourit, Chacun chez soi, Champagne!) change de registre, et interprètera le rôle du père d’Emma. Dans les seconds rôles, on retrouvera de jeunes visages du cinéma belge déjà croisés au cinéma ou à la télévision, comme Lily Dupont (Adorables), N’Landu Lubansu (Le Paradis, Fils de) ou Kassim Meesters (Coyote, Deep Fear).

Le film est produit par Diana Elbaum (qui accompagne la réalisatrice depuis son premier court métrage Einstein était un réfugié) et David Ragonig pour la société belge Beluga Tree, qui a récemment coproduit Les Meutes de Kamal Lazraq, Rebel d’Adil El Arbi et Bilall Fallah ou Lingui, les liens sacrés de Mahamat Saleh Haroun, autant de films présentés à Cannes. TKT a également reçu le soutien du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la RTBF, de screen.brussels, Be TV, Proximus, et le Tax Shelter via Casa Kafka. Les ventes internationales seront assurées par Other Angle Productions.

On en reparle très vite!

 

Check Also

Le BRIFF ouvre avec « Le Procès du chien »… et François Damiens!

Le Brussels International Film Festival vient d’annoncer son film d’ouverture, le premier film de la …