Cinevox, partenaire du FIFF

C’est une première et elle nous fait très plaisir: Cinevox sera, pour la première fois, un des principaux partenaires du FIFF. Concrètement, cela signifie que Cinevox est associé à la communication de l’évènement et qu’un spot reprenant quelques-uns des moments les plus marquants de nos Grands Écrans 2011/2012 sera diffusé dans toutes les salles namuroises, avant chaque projection officielle (découvrez-le ICI). Comme l’an dernier, nous assurerons aussi une couverture complète du festival à travers tous ses temps forts belges puisque telles sont notre nature et notre passion.

Et puis, surtout, un prix Cinevox consacrera le meilleur long métrage belge de la manifestation.

 

 

 

La 27e édition du FIFF se déroulera du 28 septembre au 5 octobre et, pour la première fois,  Cinevox y décernera un prix, le jeudi 4 octobre en soirée. Un film (majoritairement) belge sera élu par un jury de quatre cinéphiles non professionnels (nous vous l’avons présenté ICI). Ce jury, nous vous l’avions laissé entendre, sera présidé par une personnalité en vue de la presse belge. Nous pouvons aujourd’hui vous révéler son nom: ce sera Fabienne Bradfer, journaliste du Soir.

Cette compétition Cinevox est donc totalement indépendante… de Cinevox. Les jurés n’ont pas été sélectionnés par nos soins et nous ne participerons pas aux débats. La récompense est, elle, offerte par Brightfish, la régie publicitaire du cinéma qui chapeaute Cinevox. Le lauréat gagnera une semaine complète de diffusion non-stop de sa bande-annonce en salles, à la période de son choix. Un prix assez formidable qui pourrait booster la fréquentation en salles de l’œuvre primée.

 

Celle-ci sera désignée parmi huit œuvres, programmées dans les différentes sections du FIFF. Des œuvres qui ont toutes en commun d’avoir été majoritairement produites en Belgique et d’être mises en scène par des artistes de chez nous.

 

 

Sur la ligne de départ, Tango Libre de Frédéric Fonteyne. Le 4e long métrage du réalisateur d’Une Liaison Pornographique vient d’être couronné à Venise du prix spécial du jury dans section Orrizonti. Il sort en Belgique le 7 novembre et devrait créer l’évènement à Namur avec un casting quatre étoiles: François Damiens, Jan Hammenecker, Sergi Lopez, Zaccharie Chasseriaud et la seule dame de l’histoire qui est également la scénariste du film (et accessoirement l’épouse de Frédéric Fonteyne), Anne Paulicevitch. Au FIFF, Tango Libre est projeté dès le vendredi 28 septembre, en ouverture de la manifestation.

 

 

Aussi annoncé depuis belle lurette, Hors les Murs de David Lambert a remporté le rail d’or à la semaine de la critique lors du Festival de Cannes. Cette romance agitée entre un bassiste et un jeune homme trop rêveur est sortie au Québec, débarquera en France le 5 décembre et début 2013 en Belgique, mis sur le marché par une nouvelle société : Tarantula distribution. Hors les Murs sera présenté en compétition. Et c’est clairement un des candidats au Bayard d’Or 2012.

 

 

Et puis, c’était très attendu, mais, et c’est maintenant officiel: Dead man Talking de Patrick Ridremont que certains chanceux pourront découvrir dès demain à l’occasion de nos Cinevox Happenings sera bien sûr de la partie à Namur. Projeté en présence de l’équipe dans un créneau très favorable (le samedi soir, jour traditionnellement faste), il sortira en salles dans la foulée dès le mercredi suivant, le 3 octobre donc. L’occasion de rendre hommage à Christian Marin qui a pu voir son dernier film avant de mourir. Il l’a énormément apprécié. En plus, il y est formidable.

 

 

L’autre film-star des Cinevox Happenings sera également projeté à Namur : La Tête la Première de la… Namuroise Amélie Van Elmbt sortira dans les cinémas le même jour que le film de Patrick Ridremont. À Namur, on retrouvera la réalisatrice, mais aussi ses acteurs principaux, David Murgia compris qui sera revenu de Rome où il répète actuellement un prestigieux spectacle seul en scène.

 

 

Tous ces films ont déjà fait l’objet d’un grand écran Cinevox diffusé dans les salles de cinéma. Le cinquième film de la liste sera, sans doute, la vedette de notre capsule d’octobre. Le Sac de Farine est le premier long métrage de Kadija Leclere. Il raconte l’histoire de Sarah que son père qu’elle n’a jamais connu emmène vivre au Maroc. Un récit qui démarre comme la vie de la réalisatrice avant d’épouser une forme fictionnelle et qu’on annonce délicat et touchant.

 

 

La surprise du chef, offerte par le FIFF en matière de cinéma belge, est la sélection d’Au nom du Fils le nouveau long métrage (déjà!) de Vincent Lannoo. Une surprise, disions-nous, car Little Glory vient tout juste de sortir dans les salles belges. Il faut dire qu’il est resté longtemps dans les pipelines. Ce n’est pas le cas de cet uppercut au foie où il semble (nous ne n’avons pas encore vu) que Vincent renoue avec un style direct et un ton très personnel. Il y serait question de chasse au prêtre pédophile, mais le mystère reste entier.

 

 

Kinshasa Kids de Marc-Henry Wajnberg suit la trajectoire de huit enfants des rues à Kinshasa. Considérés comme sorciers, ils montent un groupe de rap pour déjouer leur sort. Sélectionné au Toronto International Film Festival et au Festival de Venise (Venice Days), ce film se nourrit du vécu de ses acteurs, tous amateurs, recrutés dans la cité sur base de longs castings. Plus d’une centaine de prétendants ont été invités à défendre leur chance. Le réalisateur a non seulement parié sur ces huit-là, mais aussi sur leur alchimie. Les jurés du prix Cinevox nous diront s’il a mené à bien cette difficile mission.

 

 

L’ultime film de la compétition belge est Twa Timoun de Jonas D’Adesky, présenté lui aussi à Toronto. Il y est également question de jeunes enfants, Vitaleme, Pierre et Mikenson, trois copains de 12 ans qui, vivent dans un internat à Port-au-Prince. Hanté par ses souvenirs d’enfant en domesticité, Vitaleme est obsédé par l’idée de liberté et essaie de convaincre ses deux amis de quitter l’internat pour vivre enfin l’existence dont ils rêvent. Comme vous le voyez, les thématiques de ces deux derniers films semblent assez proches. Ce sera d’autant plus passionnant de les confronter au FIFF

 

D’autres coproductions, minoritaires, celle-là et donc non éligibles au prix Cinevox seront également projetées à Namur: on y verra par exemple Sous le Figuier ou Le Magasin des Suicides. Mais de tout cela nous reparlerons dès l’ouverture du festival, le 28 septembre.

 

 

 

 

Check Also

#PODCAST: Les Rituels de Claude Schmitz

« Intrinsèquement, tout ça n’a surement aucun sens, mais c’est beau d’en inventer un. » Inventer un …