Cinevox DC : les coulisses du kaos

Tout cet été, nous avons décidé de vous présenter, deux fois par semaine, des director’s cut inédits annonçant les longs métrages belges qui sortiront en automne.

De quoi s’agit-il? Quand les filmons-nous?  Suivez-nous dans les coulisses de Cinevox, vous êtes nos invités.

 

En général, lorsqu’elle se déplace sur un plateau de tournage, l’équipe de Cinevox débarque en force. Pas question d’un seul journaliste éventuellement bardé d’un appareil photo. Autour de notre habituel Tintin reporter, on trouve dans ces moments-là un trio d’artistes qui travaillent pour Kaos Films. Créée en 1997, Kaos est une société de production qui excelle dans le documentaire, le portrait, les réalisations corporate, les capsules pour la télé, un peu d’anim,… Depuis le démarrage de Cinevox, c’est Kaos qui s’occupe avec brio de toutes ses images animées. L’immense (2m05 sous la toise) Philippe Rigot a conçu le générique de notre grand écran, imaginé son look and feel et son rythme.  Dans ce canevas, le projet vidéo s’est développé au point de devenir aujourd’hui immédiatement identifiable. Au premier coup d’œil.

 

[Photo Marianne Grimont]


Sous l’impulsion de Manuela, notre directrice de production, Kaos envoie sur le plateau une équipe de tournage constituée de trois personnes: un réalisateur, un cadreur et un preneur de son. L’envie maîtresse a toujours été de produire une image « cinéma ». Pas question de caméra à l’épaule ou de micro main flanqué d’un affreux logo « Cinevox ». On trouve suffisamment de vidéos moches, tremblantes et floues sur le Net pour ne pas tenter de rendre justice au travail des artistes à qui nous rendons visite.

 

[Photo Marianne Grimont]


L’idée pour le Grand Écran projeté dans les salles est d’offrir une image au standard du film qui va suivre, léchée donc, composée avec un soin maniaque.  Dans les semaines qui suivent, parfois plusieurs mois plus tard, les capsules sont montées, sonorisées, étalonnées et préparées pour une diffusion en salles.

 

Sur un plateau, l’équipe réalise donc des plans de making of et aussi des interviews. De ces rencontres, nous retenons environ trente secondes pour nos grands écrans. La substantifique moelle chère à Rabelais et à l’os. Mais pas question de jeter le reste dans la corbeille virtuelle.

 

[Photo Marianne Grimont]

 

Non ! Tous les entretiens sont alors écoutés, disséqués et découpés en modules facilement consultables sur le Net. En général, ces clips ne dépassent pas une minute trente. Parfois ils sont plus courts. L’idée est de les faire voyager sur les réseaux sociaux de sorte que les internautes s’en emparent et accroissent par là même la notoriété du film, de l’acteur ou du réalisateur.

Ces petits clips sont montés avec le même soin maniaque que les Grands Écrans à partir des images produites par les deux caméras qui ont servi à l’interview. Chacun épouse un thème précis qui a trait au film ou à la personne que nous avons rencontrée.

 

[Photo Marianne Grimont]


Toutes les interventions que nous avons déjà publiées sont visibles ici. Mais nous en avons encore beaucoup sur nos disques durs. Durant cet été, nous en diffusons trois chaque mardi et jeudi. Soit 54 en tout. Histoire de vous plonger doucement dans le bain moussant de la rentrée qui verra déferler dans nos salles pas mal de productions que nous avons visitées: Mobile Home, Dead Man Talking, Tango Libre, Hors Les Murs, La Tête la Première, Le Monde nous appartient… sortiront entre le 22 août et le 21 novembre.

 

 

Au-delà, nous avons également réalisé des interviews sur les plateaux de La Sieste sous le Figuier, Une Chanson pour ma mère, My friend Vijay,  Je suis supporter du Standard, Post Partum, Puppy Love ou La Tendresse qui sont plutôt attendus en 2013.

Pas question donc de vous inonder déjà avec ces images. Mais nous teaserons à l’occasion.

 

 

Tous ces longs métrages ont fait ou feront évidemment l’objet de Grands Écrans diffusés dans les salles de cinéma. Grâce à ces capsules de 2′, le public entendra pour la première fois parler de ces films, ce sera le début d’une notoriété naissante qui amènera, nous l’espérons, plus de spectateurs à leur rencontre.

C’est notre but et notre mission. Notre plaisir. Et le vôtre aussi, peut-être.

 

 

Lire aussi : Cinevox, un an après

Check Also

Disparition de Johan Leysen

Le comédien flamand Johan Leysen, dont la carrière rayonnait en Belgique comme à l’étranger vient …