Bruxelles-Brussel, une traversée urbaine

Bruxelles, Brussel, Brussels, ville en chantier, ville d’art, ville solidaire, ville sèche, ville européenne, ville cosmopolite, ville mobile, ville organique, ville historique, ville à taille humaine. Ce sont autant de villes que Luc Jabon explore dans son documentaire, Bruxelles-Brussel, une traversée urbaine, qui sera projeté ce soir à Bozar dans le cadre des 30 ans de la fête de l’Iris, fête de la Région bruxelloise, et tout au long du printemps à Bruxelles et en Wallonie. 

Le film raconte Bruxelles au fil d’une traversée de quelques rues, boulevards, places, ruelles, espaces urbains… En faisant de ces rues une héroïne, découvrir celles et ceux qui les foulent, y travaillent, passent, flânent, ou l’investissent pour fêter, manifester. En s’immergeant dans certains quartiers de Bruxelles, avec la complicité d’interlocuteur·trices averti·es, retrouver l’origine et le passé de ces rues, interroger ses mutations, destructions, transformations présentes, imaginer son futur.

Une rue n’est pas qu’une voie publique où l’on roule et se déplace.  Elle déploie des enjeux politiques, économiques, urbanistiques, sociétaux, culturels, poétiques… et drôles. Questionner ces enjeux, c’est montrer à quel prix Bruxelles se métamorphose et comment aujourd’hui les citoyens parviennent à se réapproprier leurs espaces urbains.

Remontant aux sources de la cité, le film multiplie les témoignages, et revient sur les origines marchandes de la ville, sa situation privilégiée sur la route entre Bruges et Cologne lui valant une vocation commerciale dont témoignent les noms des différents quais sur le parcours de la Senne recouverte. Le documentaire revient également sur les raisons de cette disparition de la Senne, la gentrification de la ville à la fin du XIXe siècle.

Les travaux du piétonnier offrent une illustration presque trop facile de l’une des grands caractéristiques de Bruxelles: la ville-chantier. On connait tous les échafaudages du Palais de justice, symboles de cet état de travaux permanent, mais le film nous rappelle que la jonction Nord-Sud qui vient éventrer le centre de la ville pour relier ses deux principales gares a été mise en chantier en 1902 pour ne s’achever qu’en… 1952!

Bruxelles, ville en travaux, au risque d’égarer ses habitants. Comment alors redonner un projet urbain à la ville après l’avoir abimée? Le film montre aussi comment ses habitants, via les comités de quartier, mais aussi par leur occupation de l’espace, redonnent à Bruxelles l’allure qu’ils lui souhaitent.

Bruxelles-Brussel, une traversée urbaine est une véritable immersion dans les rues, boulevards et ruelles de la capitale européenne, à la rencontre de ses habitants et de son histoire.

Prochaines projections:

  • 9 mai 2019 – Ciné-débat dans le cadre des 50 ans de l’ARAU @ Bruxelles – Tour de Plomb @ 15h45
  • 11 mai 2019 – Ciné-débat @ Bruxelles – Kinograph @ 17h
  • 13 mai 2019 – Ciné-débat @ Bruxelles – Cinéma Vendôme @ 19h30
    En présence du réalisateur
  • 15 mai 2019 – Sortie du film au Cinéma Vendôme
  • 22 juin 2019 – Festival Brussels in Love / En compétition officielle @ Bruxelles – la Vénerie @ 19h

Check Also

« Sauve qui peut »: aux côtés des soignants

Avec Sauve qui peut, Alexe Poukine se penche sur les processus d’apprentissage auxquels participent les …