Bouli boucle la (Grande) Boucle au Kinépolis

François est un passionné du Tour de France. Licencié par son patron et quitté par sa femme, il part faire la Grande Boucle avec un jour d’avance sur les pros. D’abord seul, il est vite rejoint par d’autres, inspirés par son défi. Les obstacles sont nombreux, mais la rumeur de son exploit se répand. Les médias s’enflamment, les passants l’acclament, le Maillot Jaune du Tour enrage. François doit être stoppé !

 

 

 

 

Inconnu têtu en passe de devenir une star, François est incarné par Clovis Cornillac , la star incontestable de ce nouveau long métrage de Laurent Tuel. Mais dans un solide second rôle, on retrouve avec beaucoup de plaisir le très souriant Bouli Lanners décidément de plus en plus courtisé par le cinéma français : il vient d’enchaîner De Rouille et d’Os, 11.6 et cette comédie vélocipédique qui pourrait nous évoquer Le Vélo de Ghislain Lambert. Dopé au pot belge?

 

[Clovis Cornillac… entre Bernard Hinault et Laurent Jalabert]

 

Les bons films sur les épreuves cyclistes sont rares. À part la comédie amère qui mettait en vedette Benoît Poelvoorde, on se souvient des Cracks avec Bourvil (1967) et de Le Prix de l’exploit (American flyers) de John Badham (1985). C’est tout? Oui, presque…

 

 

« La Grande Boucle est construite un peu à la façon d’une fable de La Fontaine avec, dans le rôle de la Tortue, François Nouel, un ancien coureur cycliste reconverti dans la vente de vélos (Clovis Cornillac, en cycliste quadra à la gestuelle impeccable), et dans le rôle du Lièvre, le coureur italien Toni Agnello (Ary Abittan, formidable en campionissimo narcissique et dragueur) » note le Monde dans une critique assez enthousiaste qui résume : « On passe un agréable moment devant ce road-movie à pédales, haletant et bien ciselé, n’hésitant pas à dénoncer quelques-uns des vils travers du peloton (l’omniprésence du sponsoring, la pratique du dopage) ».

 

 [(c) Christophe Ketels / COMPAGNIE GAGARINE]

Bouli était de sortie hier au Kinépolis Bruxelles pour présenter ce long métrage distribué par Disney. A ses côtés le réalisateur Laurent Tuel à qui on doit notamment le thriller fantastique (Un jeu d’enfants et l’étonnante uchronie Jean-Philippe. Deux films intrigants, assez réussis. Son passage à la comédie populaire sur fond d’actualité devrait en tous cas titiller l’intérêt des vélocipèdes cinéphiles.

 

La Grande Boucle sort sur  les écrans belges le 12 juin.

 

  [(c) Christophe Ketels / COMPAGNIE GAGARINE]

 [Bouli avec Nicolas Buytaers, monsieur cinéma sur RTL-TVI –  (c) Christophe Ketels / COMPAGNIE GAGARINE]

 

  [(c) Christophe Ketels / COMPAGNIE GAGARINE]

 

  [(c) Christophe Ketels / COMPAGNIE GAGARINE]

 

 

 

Check Also

Ce-qui-nous-lie

« Ce qui nous lie », interroger la parentalité

Avec Ce qui nous lie, son premier long métrage documentaire, Sonam Larcin se penche sur …