Bientôt à l’agenda… [édition 25/09/2015]

Ils sont finis (ou presque), mais pas encore datés. Ils sortiront sans doute tous entre le mois d’octobre et … fin 2016 😉
C’est un compliment idéal à notre agenda paru jeudi 10 septembre (à lire ICI).

 

 

 

En compétition officielle au Festival de Toronto, présenté en première mondiale presque secrète au récent festival d’Angoulême, actuellement au festival de San Sebastian, Les Chevaliers Blancs de Joachim Lafosse pourrait nous arriver au tout début 2016.

Avec ce nouveau long métrage, le réalisateur se focalise sur les limites et les complexités de l’intervention humanitaire en Afrique. Dans les rôles principaux, on retrouvera Vincent Lindon (Welcome) en directeur d’ONG charismatique et Valérie Donzelli (La Guerre est déclarée) en journaliste qui l’accompagne dans une mission périlleuse.

À leurs côtés, on verra Louise Bourgoin (Je suis un soldat) et Reda Kateb (Le Monde nous appartient), mais aussi Stéphane Bissot, Raphaëlle Bruneau, Jean-Henri Compère, Philippe Rebbot, Yannick Renier, Tatiana Rojo, Catherine Salée et Luc Van Grunderbeeck.

Le pitch évoque celui d’une fameuse affaire qui a défrayé la chronique il y a quelques années.

Jacques Arnault, président de l’ONG Sud Secours, prépare une opération coup de poing : extraire 300 orphelins victimes de la guerre civile du Tchad pour les ramener auprès de parents français candidats à l’adoption. Françoise Dubois, une journaliste les accompagne pour couvrir médiatiquement la mission. Totalement immergés dans la réalité brutale d’un pays en guerre, Jacques et son équipe perdent leurs certitudes et sont confrontés aux limites et aux complexités de l’intervention humanitaire.

 

Lire ICI

 

 

Avec Elle ne pleure pas, elle chante Philippe De Pierpont nous avait éblouis, révélant au passage sur grand écran une de nos plus emblématiques comédiennes actuelles, Erika Sainte.

Bien sûr Erika est une interprète épatante, mais Philippe de Pierpont est également un directeur d’acteurs hors pair. Ce sera à nouveau son atout n°1 pour Bee Lucky, tout entier axé autour d’un jeune duo fort prometteur composé d’Arthur Buyssens (Le fils du blanc, Premiers pas, Solo Rex, pour les amateurs de courts) et Martin Nissen (Les géants)

Bee lucky est un récit d’initiation. C’est l’histoire de deux amis d’enfance : Lucas (un lycéen de 16 ans) et Bert (un apprenti mécanicien de 18 ans) qui fuient le bocal familial, un éteignoir. Lucas, encore immature, va trouver en Bert un « grand frère », un guide… qui le mènera au bord de la catastrophe.

Leur fugue va les conduire dans des maisons abandonnées par leurs locataires partis en vacances. Mais très vite, l’ennui refait surface et le sens de leur voyage leur échappe. Rentrer au bercail ? Continuer ? La logique de leur dérive les pousse à aller toujours plus loin. C’est la fuite en avant…

Bonne nouvelle : le film est en course au FIFF (du 2 au 9 octobre) où on se fait déjà une joie de le découvrir.

 

Premières images ICI

 

 

Dans la lignée de ses documentaires, très engagés, Insoumise de Jawad Rhalib parle de Laila, une informaticienne marocaine sans emploi. Elle quitte son pays pour un travail de saisonnière en Belgique. La jeune femme atterrit dans la petite exploitation agricole familiale d’André, un cultivateur de pommes. Très vite, Laila déchante, lorsqu’elle comprend le système profondément injuste qui règle les contrats des saisonniers. Peu à peu, son sentiment de révolte contamine son entourage et l’exploitation d’André va en être bousculée.

Sofiia Manousha (7 rue de la Folie), Hande Kodja (Rosenn), Benjamin Ramon (être) et Benoit Van Dorslaer sont quatre des principaux comédiens de ce film militant qui pourrait surprendre.

 

Premières images ICI

 

 

Produit par Tarantula, Baden Baden conte un chapitre de l’histoire d’Ana, initiée avec deux courts métrages. Dans Pour toi, je ferai bataille, le personnage d’Ana apparaît pour la première fois au sortir de l’adolescence, trouvant dans l’armée, dans la discipline et parfois même dans l’aliénation, une béquille pour être au monde. C’est clairement le film le plus autobiographique de sa réalisatrice.

Le film réalisé dans le cadre de ses études a récolté entre autres le Léopard d’Argent à Locarno, deux prix d’interprétation pour Salomé Richard et le grand prix du festival international d’Hambourg. Il a circulé dans plus de 50 festivals.
La seconde apparition d’Ana dans Les navets blancs empêchent de dormir marque un changement dans son personnage. Elle vit une rupture amoureuse et avance un peu plus encore vers l’âge adulte. Le film a également été sélectionné dans de nombreux festivals et a obtenu des prix à Uppsala, Belo Horizonte et Cabourg.

Elle est aujourd’hui arrivée à un point névralgique de son évolution : Ana cherche à devenir une adulte. Elle a 24 ans et quitte un tournage de film sur lequel elle ne trouvait pas sa place pour revenir à Strasbourg, la ville de son adolescence.

Elle se donne pour mission de changer la baignoire de sa grand-mère pour une douche de plain-pied, configuration plus adaptée à son âge avancé. Le temps d’un été, une ancienne passion amoureuse ressurgit, sa mamy est hospitalisée et Ana tente de se débrouiller avec la vie.

Pour la troisième fois Rachel Lang retrouve donc Salomé Richard, son Jean-Pierre Léaud à elle. Même si la réalisatrice nous a confirmé que rien ne la reliait particulièrement à l’univers de Truffaut.

 

 

Dans Le chant des hommes, une poignée d’individus venus du monde entier, des migrants sans-papiers décident d’utiliser l’arme du dernier recours : une grève de la faim. Jour après jour, maîtrisant la violence qu’ils s’infligent à eux-mêmes, ils découvrent la grandeur de leur véritable cause.

La situation renvoie évidemment à des situations vécues récemment chez nous.

Bénédicte Liénard  a étudié la réalisation cinéma à l’Institut des Arts de Diffusion et été assistante à la réalisation sur des films de Jaco Van Dormael, Manu Bonmariage et des frères Dardenne. Elle a aussi réalisé des documentaires très largement programmés en festivals comme en télévision.
Une part du ciel son premier long-métrage a été présenté en sélection officielle au Festival de Cannes en… 2001. Alors pourquoi pas un retour?

D’autant qu’elle s’est ici associée à Mary Jiménez, d’origine péruvienne, qui a enseigné la réalisation cinéma en Belgique, à Cuba et en Suisse. Plusieurs de ses longs métrages et de ses documentaires ont été sélectionnés dans de nombreux festivals. Lors du New York Film Festival, Le British Film Institue et le Museum of Modern Art ont organisé une rétrospective de ses films.

Les deux femmes se connaissent d’autant mieux qu’elles ont déjà réalisé ensemble Sobre las brasas qui raconte la lutte de trois générations d’une même famille pour survivre grâce à la fabrication ancestrale du charbon de bois.

 

 

Deuxième long métrage de Géraldine Doignon, Un homme à la mer a été produit par Helicotronc.

Mathieu y est un biologiste marin. À 35 ans, il passe son temps sur son microscope, à découper de minuscules cadavres d’organismes marins. Il n’est pas heureux. Sa passion, c’était être en mer et il vit entre quatre murs.

Mais un événement inattendu va brusquement changer sa vie : Christine, sa belle-mère, fugue. C’est une surprise pour tous. Attiré par cet élan et curieux de la comprendre, Mathieu part à sa recherche. Il va la retrouver dans une maison au bord de la mer et découvrir enfin cette femme qu’il côtoyait sans la connaître vraiment. Grâce à elle, il va sentir grandir en lui le même désir de reprendre sa vie en main.

Après De leur vivant, émouvant huis clos familial, Géraldine ouvre l’espace et propose un casting basé sur des gens qu’elle admire particulièrement: Yoann Blanc, Jo Deseure, Christian Crahay, et Bérangère Bodin forment le quatuor central de ce drame optimiste.

 

Premières images ICI

 

 

 

S’ils ne sont pas encore clairement programmés, une série de films prêts à sortir en salles devraient nous arriver entre octobre (soit, juste après le FIFF) et juin 2016

C’est le cas, par exemple de Belgica. Longtemps annoncé pour l’automne, le film voit finalement sa sortie repoussée en 2016, sans doute au printemps. Officiellement on parle d’une postproduction plus longue qu’attendu. On peut aussi penser que le festival de Berlin pourrait être pour quelque chose dans cette décision qui serait alors stratégique. On verra…
Pour Felix van Groeningen, Belgica sera l’important successeur de The Broken Circle Breakdown. Il raconte l’histoire d’un bar à succès ouvert à Gand par deux frères aussi dissemblables physiquement que moralement. Un endroit très fréquenté où se mélangent les communautés sur fond de racisme, de drogue, d’alcoolisme également.

Les deux protagonistes, proches, mais animés par une tenace rivalité, sont interprétés par Tom Vermeir et Stef Aerts (Adem). On retrouve aussi au générique Charlotte Vandermeersch , Boris Van Severen , Dominique Van Malder , Sam Louwyck ou encore Jean-Michel Balthazar.
Le scénario original est cosigné par le réalisateur et Arne Sierens qui ont déjà travaillé ensemble sur Dagen zonder lief.

 

 Belgica sera sans doute le dernier film belge de Felix Van Groeningen pour quelques années puisqu’on a officiellement annoncé que le réalisateur belge avait signé avec la société de Brad Pitt aux Etats-Unis pour tourner son premier long américain (lire ICI)

 

 

 EN POST PROD

 

Ils sortiront normalement après les films présentés dans la première partie de l’article, mais sait-on jamais… Pour l’instant, ils sont encore en post-production.
Point commun? Ils sont tous fort alléchants.

 

 

 

Tourné en février et mars, Les Premiers, les derniers est le nouveau long métrage de Bouli Lanners. Après Ultranova, Eldorado et les Géants, Bouli continue de tracer son sillon très personnel avec un projet original qui fait vraiment envie.

Comme le cinéaste nous l’avait expliqué quand nous l’avions rencontré sur les tournages de Tous les chats sont gris (ici ) et Je suis mort, mais j’ai des amis (ici), il s’agira d’un film sombre, dans un univers décalé aux allures post-apocalyptiques.

On y suivra Esther et Willy, un jeune couple en marge du monde qui semblent fuir un grand danger, Cochise et Gilou, deux inséparables et bienveillants chasseurs de prime qui doivent retrouver un smartphone au contenu embarrassant égaré par son influent propriétaire.

Leurs chemins vont se croiser dans une petite ville où le temps semble suspendu. Et où rien ne va se passer comme prévu.

Le réalisateur tiendra un des deux rôles principaux avec son copain Albert Dupontel. Le reste du casting est fort alléchant puisqu’on retrouvera David Murgia, Suzanne Clément, Michael Lonsdale, Philippe Rebbot, Serge Riaboukine (avec qui il vient de jouer dans Je suis mort, mais j’ai des amis), Lionel Abelanski, Virgile Bramly et Max von Sydow.

La production est signée Jacques-Henri & Olivier Bronckart, de Versus Production en Belgique, et Catherine Bozorgan d’ABDC en France. La distribution France et les ventes Internationales seront assurées par Wild Bunch. En Belgique, O’Brother pourrait sortir le film en février sans attendre le festival de cannes. Cequi confirmerait les déclarations de Bouli affirmant qu’il en avait fini avec les grandes messes people.

 

 

 

 

À bord d’un petit rafiot, Homer et Joé, la cinquantaine, remontent un fleuve quelque part en Croatie

Jusqu’au décès, récent, de leur père, chacun ignorait tout de l’existence de l’autre.

Pourtant, ils sont demi-frères. S’ils sont ici, c’est pour essayer de comprendre qui était vraiment leur géniteur. Homer l’a connu, il a même vécu avec lui. Joé, lui, a été élevé par sa mère et ignore tout de cet homme qu’il a tendance à idéaliser.
En route, le duo va rencontrer Sean, un baroudeur irlandais qui a travaillé avec leur père. Travaillé?  Mais de quelle activité parle-t-on ici? La vérité se trouve-t-elle… en amont du fleuve?

Coproduction inédite entre la Belgique, les Pays-Bas et la Croatie, En amont du fleuve, nouveau long métrage de Marion Hänsel réunira trois de ses acteurs préférés : Olivier Gourmet, Sergi Lopez et John Lynch (rôle principal dans The Quarry (La Faille) : « La direction de comédiens me passionne. Les tenir et en même temps les laisser libres. Les stimuler, leur faire comprendre vers où je tente d’aller. Les aimer surtout. L’idée d’être maître d’œuvre, un peu comme un chef d’orchestre et d’avoir face à moi trois hommes dans la force de l’âge, dominant parfaitement techniquement et émotionnellement leur art ne me fait pas peur. Au contraire, c’est extrêmement stimulant. Olivier, Sergi et John sont des Stradivarius. Ils sont capables de donner toutes les subtilités, les couleurs, les ambiguïtés, les émotions pour faire vivre magnifiquement à l’écran les rôles qu’ils interprètent.  »

 

 (photo de tournage – Kaos Films)

 

Une bibliothécaire canadienne qui habite le Grand Nord reçoit un jour une lettre de sa tante qui a 88 ans. C’est un appel au secours: la vieille dame va être placée dans une maison de retraite et ne veut pas y aller. Fiona, la Canadienne, saute alors dans le premier avion. Direction : Paris.

Mais rien ne se déroulera comme prévu: la tante n’est pas là, elle tombe dans la Seine, perd tout ce qu’elle a… Tout s’enchaîne, de mal en pis.
N’écoutant que son bon cœur opiniâtre, Fiona va néanmoins se mettre à la recherche de sa parente, épaulée par un SDF qui lui pourrit la vie.

Paris, pieds nus est donc l’histoire de trois personnes perdues à Paris comme le souligne assez explicitement le titre anglais du film: Lost in Paris. Mais définir ce film par son pitch est une approche à la fois classique… et forcément très incomplète.
Préciser qu’il est le quatrième long métrage d’Abel et Gordon, les clowns trublions, hilarants et poétiques, est une indication beaucoup plus intéressante, car de l’Iceberg, à la Fée en passant par Rumba, ces deux-là ont créé un univers qui ne ressemble à rien de connu dans le petit monde du 7e art. Leur approche surréaliste, basée sur le travail des corps avant de s’appuyer sur les mots ou les rebondissements scénaristiques est formidablement originale… et terriblement rafraîchissante.

Chouchous du Festival de Cannes qui les a accueillis à la semaine de la critique (Rumba), puis à la Quinzaine des Réalisateurs (La Fée), Abel et Gordon terminent sereinement le tournage de ce nouveau long qui devrait en toute logique les conduire à nouveau sur la Croisette en mai prochain. Même si rien n’est jamais acquis dans la vie. Mais ça, le duo le sait et s’en accommode pleinement. Leur plus précieuse richesse reste leur liberté.

 

Photo de tournage

 

À la mort de son frère, Lucie se sent soudain étrangère à sa propre vie jusque-là « si parfaite ». Elle s’enfuit au Japon et se réfugie dans un petit village au pied des falaises. Nathan disait avoir trouvé la paix là-bas, auprès d’un certain Daïsuké. En suivant la trace de ce frère disparu, Lucie a l’espoir de se rapprocher de lui une dernière fois. Mais dans ce lieu étrange, à la fois hostile et accueillant, c’est sa propre histoire qu’elle va redécouvrir.

Ce pitch est celui du Cœur Régulier,  adaptation d’un roman d’Olivier Adam et deuxième long métrage de Vanja d’Alcantara qui a réuni un duo d’acteurs franco-belges épatants : Isabelle Carré et Fabrizio Rongione. Face à eux, trois comédiens japonais : Jun Kunimara, Mugi Kadowaki et Ando Masanob.

Pour la troisième fois, Vanja d’Alcantara retrouve ici Ruben Impens, son chef op fétiche à qui on doit aussi la photographie de La Merditude des Choses, Adem, Brasserie Romantiek, Offline ou du mythique The broken circle breakdown de Felix Van Groeningen avec lequel il a aussi travaillé sur  Belgica.

 

 

Alors que ses Chevaliers Blancs débutent une carrière en festivals, Joachim Lafosse a déjà enchaîné cet été avec le tournage de L’économie du Couple qui met face à face Cédric Khan et Bérénice Béjo.

Ces deux-là ont vécu une belle histoire d’amour, mais ils sont sur le point de se séparer. Hélas, s’ils semblent assez d’accord sur le principe, ils le sont moins sur les dispositions financières qui doivent présider au divorce.

Coécrit avec Fanny Burdino, Thomas Van Zuylen et surtout Mazarine Pingeot à qui l’héroïne emprunte de nombreuses caractéristiques, cette confrontation ultra-réaliste, très typique de notre époque, a été essentiellement filmée en studio, à Bruxelles. Le montage, le son et le travail sur l’image en post prod seront effectués par des sociétés wallonnes.

Versus est naturellement aux commandes de la production. Avec les films du Worso.

Vous la sentez d’ici l’odeur de Cannes?

 

 

Après 18 ans de détention, Nicolas Roulet, ex-militant révolutionnaire, sort enfin de prison.  Il pense avoir rompu avec ce passé, cherche un travail, veut fonder une famille, devenir un homme ordinaire.

Mais ce n’est pas simple : la Sûreté de l’État le surveille, peu convaincue qu’il a vraiment changé.

 

Est-ce d’ailleurs le cas? C’est inscrit dans ses gènes: Nicolas ne peut pas rester insensible face aux inégalités.

Alors certes, le monde à l’extérieur a évolué, mais les injustices persistent : comment Nicolas pourrait-il ne pas entendre les interrogations du groupe de jeunes révoltés qu’il rencontre…

 

Et puis il y a la belle Nadia, qui croise sa route et le bouleverse de fond en comble

Révolte violente qui a mal tourné, résistance à l’oppression globale, idéaux brisés, passé et présent qui s’entrechoquent; rédemption? Amour… Le pitch des Survivants est alléchant.

Pour son premier long métrage de fiction, Luc Jabon a réuni un fort joli casting: Fabrizio Rongione incarne Nicolas tandis que Nadia est campée par une Erika Sainte, décidément omniprésente depuis quelques mois. Personne ici ne s’en plaindra. Aux côtés de ce couple très tendance, on retrouved’autres excellents comédiens, surtout connus des spectateurs de théâtre: Christian Crahay, Kris Cuppens, Stéphanie Van Vijve ou Benoît Verhaert, mais aussi Sophie Maréchal, Laure Voglaire, Thomas Mustin, Arthur Marbaix, Antoine Plaisant… Du solide !

 

 

 

 

 

Check Also

« La Peine », immersion en prison

Cédric Gerbehaye propose avec La Peine, son premier long métrage documentaire, une immersion aussi rare …