Berlin avec Bouli, mais aussi avec Rachel, Astrid, Martha ou Matthieu !

On le savait depuis mi-décembre : le quatrième long métrage de Bouli Lanners, Les premiers les derniers fera partie de la prestigieuse section Panorama au 66e Festival International du Film de Berlin qui se déroulera du 11 au 21 février 2016. Cette sélection marque le retour du cinéaste belge à Berlin où il avait présenté son premier long métrage Ultranova en 2005.

Produit par Jacques-Henri et Olivier Bronckart de Versus Production, Les premiers les derniers met en scène un casting prestigieux composé de Bouli, mais aussi d’Albert Dupontel, Suzanne Clément, Michael Lonsdale ou de David Murgia.
Nous avons eu l’occasion de vous dire ICI tout le bien que nous pensions de ce film qui sortira en Belgique le 24 février.

Nous vous avions également déjà parlé de cette formidable sélection ICI. Avec réaction en vidéo de Bouli.

 

 

ASTRID SUR LA ROUTE DE BERLIN

 

 

On se serait presque contenté de cette excellente nouvelle, mais les informations euphorisantes sont tombées en rafale cette semaine. La toute dernière vient d’ailleurs de nous parvenir à l’instant : La route d’Istanbul, coproduit chez nous par Scope Pictures est également sélectionné dans la section Panorama.

Produit par Arte pour une diffusion télé en France et en Allemagne, le film devrait sortir en salles partout ailleurs. Chez nous aussi, donc.

 

Très ancré dans l’actualité, ce film est signé par Rachid Bouchareb et si nous en parlons avec autant d’enthousiasme, c’est surtout parce qu’il met en scène une éblouissante actrice belge : Astrid Whettnall hérite ici d’un premier rôle exceptionnel puisque toute l’intrigue tourne autour d’elle.
Astrid incarne une mère de famille confrontée à la disparition de sa fille… dont on retrouve la trace en Turquie, sur le point de passer en Syrie. La maman est incrédule: elle n’a pas vu venir la radicalisation de sa fille, désormais voilée et rebaptisée. Avec une amie, elle décide de partir à la lisière de l’Orient pour la ramener en Belgique.
Le pitch rappelle celui des Cowboys ? Certes… Mais Astrid nous assure qu’il est traité de manière très différente, plus intimiste, centrée sur la douleur d’une femme combative.

Si le film a été essentiellement tourné en Belgique (puis en Algérie) avec une équipe technique en grande partie belge, ce n’est pas un hasard : cette histoire est adaptée d’un fait divers qui s’est déroulé en Wallonie. Le réalisateur tenait à être au plus près de la vérité.

Astrid est d’ailleurs entourée de plusieurs comédiennes belges comme la Montoise Pauline Burlet, et Patricia Ide, par ailleurs directrice du théâtre « Le Public ».

 

 

BADEN BADEN IN BERLIN

 

 

Un peu plus tôt cette semaine, une autre fort bonne nouvelle nous provenait du 46e Forum organisé dans le cadre de la Berlinale.

44 films y seront présentés cette année : 34 en Première mondiale, 9 en Première internationale (ils seront déjà sortis dans leur pays au moment de la projection).

Parmi eux, Baden Baden, le premier long métrage de Rachel Lang.

 

Produit par Tarantula, Baden Baden conte un chapitre de l’histoire d’Ana, initiée avec deux courts métrages.

Dans Pour toi, je ferai bataille, le personnage d’Ana apparaît pour la première fois au sortir de l’adolescence, trouvant dans l’armée, dans la discipline et parfois même dans l’aliénation, une béquille pour être au monde. C’est clairement le film le plus autobiographique de sa réalisatrice.

Le film réalisé dans le cadre de ses études a récolté entre autres le Léopard d’Argent à Locarno, deux prix d’interprétation pour Salomé Richard et le grand prix du festival international d’Hambourg. Il a circulé dans plus de 50 festivals.

La seconde apparition d’Ana dans Les navets blancs empêchent de dormir marque un changement dans son personnage. Elle vit une rupture amoureuse et avance un peu plus encore vers l’âge adulte. Le film a également été sélectionné dans de nombreux festivals et a obtenu des prix à Uppsala, Belo Horizonte et Cabourg.

 

Ana est aujourd’hui arrivée à un point névralgique de son évolution : elle cherche à devenir une adulte. A 24 ans, elle quitte le tournage d’un film sur lequel elle ne trouvait pas sa place pour revenir à Strasbourg, la ville de son adolescence. Là, elle se donne pour mission de changer la baignoire de sa grand-mère pour une douche de plain-pied, configuration plus adaptée à son âge avancé. Le temps d’un été, une ancienne passion amoureuse ressurgit, sa mamy est hospitalisée et Ana tente de se débrouiller avec la vie.

 

Pour la troisième fois Rachel Lang retrouve donc aussi Salomé Richard, son Jean-Pierre Léaud à elle. Même si la réalisatrice nous a confirmé que rien ne la reliait particulièrement à l’univers de Truffaut.

 

 

MARTHA EST UNE SHOOTING STAR

 

 

Pendant le Festival International du Film de Berlin, L’European Shooting Stars offre une vitrine à des talents émergents de l’interprétation. Cette année, 10 acteurs et actrices européens, parmi les plus prometteurs, participeront à la manifestation. Parmi eux, une Belge : Martha Canga Antonio, interprète principale du film belge Black.

Kacey Mottet-Klein, le jeune acteur suisse, tête d’affiche de Keeper sera aussi de la partie.

 

Le programme European Shooting Stars est une rampe de lancement pour les jeunes comédiens européens. Il a vu défiler des talents aujourd’hui reconnus tels que Daniel Craig, Carey Muligan, Alicia Vikander, Daniël Brühl ou Mélanie Laurent.

 

“Nous avons visionné des films de toute l’Europe, pleins de visages frais et de nouvelles voix qui représentent la vitalité et la diversité du cinéma européen”, commente le jury dans son rapport. « La prestation de Martha en Juliette moderne dans Black est un premier rôle marquant. Elle y fait immédiatement preuve d’un timing parfait, de courage, de détermination et d’un talent d’actrice naturel « .

 

L’initiative Shooting Stars a vu le jour en 1998. Cette année-là, Michaël Pas représentait la Belgique. Par la suite, le programme a vu défiler Filip Peeters (2001), Jérémie Renier (2002), Matthias Schoenaerts (2003), Cécile de France (2003) Marie Vinck (2005), et Kevin Janssens (2007). Plus aucun Belge n’y était apparu depuis lors.

 

MATTHIEU ET CINQ AUTRES TALENTS BELGES, AUSSI A LA BERLINALE

 

 Photo : Émilie Montagner

A Berlin, la section « Talents » réunit 300 jeunes personnalités du cinéma mondial sélectionnés parmi 3000 candidatures. Ce sont aussi bien des réalisateurs que des scénaristes, producteurs, des chefs opérateurs, des compositeurs et même des critiques. Le but est de créer des rencontres, des collaborations.
La sélection ne s’établit pas sur projets, mais sur la filmographie (les scénaristes devaient par exemple justifier dans leur filmo un long métrage en sélection dans un festival catégorie A) et la personnalité (chaque candidat devait remplir un très long questionnaire sur notre vision du cinéma).
En gros, c’est un pari sur les talents de demain qui auront l’occasion d’assister à Berlin à des Master Classes données par des pointures internationales présentes au festival et à des ateliers de networking.

Six Belges participeront cette année à l’événement parmi lesquels le scénariste Matthieu Reynaert, coauteur du scénario d’A Perdre la Raison de Joachim Lafosse qui nous fit l’amitié de tenir un blog cannois sur Cinevox, l’année de la projection de ce film sur la Croisette (lire ICI).  Depuis lors il a collaboré à des scénarios tel que Les Survivants de Luc Jabon ou coécrit le court métrage Renaître avec son ami Jean-François Ravagnan (photo).

 

Les autres Belges qui font partie de cette aventure sont Isabelle Schapira (réalisatrice de Avec Lou), Griet Teck (réalisatrice), Bekke Fromthevallej (agent), Frederik Nicolai (producteur) et Ruben Demasure (journaliste)

 

 

 

 

 

 

 

Check Also

La-Nuit-Se-Traine

Bande-annonce: « La Nuit se traine » de Michiel Blanchart

Découvrez la bande-annonce de La Nuit se traine, premier long métrage du cinéaste belge Michiel …