Barbara Abel et Sophia Perié: « Explorer nos cauchemars »

Rencontre avec la romancière Barbara Abel et la scénariste Sophia Perié, qui nous parlent d’Attraction, la toute nouvelle série de la RTBF,  lauréate du prix de la Meilleure Série Francophone Etrangère au prestigieux Festival de La Rochelle, et dont les deux premiers épisodes seront diffusés ce dimanche sur La Une. 

Barbara Abel, experte ès thriller psychologique, célébrée pour ses romans policiers et thrillers psychologiques, est notamment l’autrice de Derrière la haine, Prix des lycéens de littérature belge en 2015, adapté avec succès au cinéma par Olivier Masset-Depasse avec Duelles. Sophia Perié a fait ses premières armes de scénaristes sur les séries belges Esprit de famille et Comme les autres, avant de multiplier les collaborations en France, récemment pour la série Melle Holmes.

L’histoire?

Agathe aime à se décrire comme une mère de famille « comme les autres ». Dans un pavillon de charme, avec un mari talentueux et des enfants en bonne santé, tout paraît à sa place. Pourtant au bout de 15 années d’union, le vernis de cette jolie carte postale commence à se craqueler… Le jour où un meurtre est commis dans l’hôtel où son mari logeait pour le travail, une suspicion insupportable s’installe…

Quelles sont les origines de la série?

Barbara Abel

Catherine Burniaux, la productrice, est venue me trouver il y a quelques années car elle avait une idée de départ… Son mari, qui voyageait beaucoup pour son travail, séjournait la plupart du temps dans des chaînes d’hôtel où les chambres étaient tellement semblables que quand ils se parlaient en vision, il aurait pu lui dire qu’il était à Cherbourg ou à Shangaï, c’était pareil. Pouvant être n’importe où, il pouvait aussi faire n’importe quoi. Elle m’a alors proposé d’imaginer un thriller psychologique sur cette base, et j’ai écrit un concept que l’on a partagé avec la RTBF, qui l’a accepté. A ce moment-là, je me suis retrouvée un peu en panique, parce que je suis romaniocère, je n’avais jamais écrit de scénario! Alors Catherine a appelé Sophia…

Sophia Perié

Catherine et moi travaillons ensemble depuis très longtemps, c’est elle qui m’a fait débuter. Quand elle m’a proposé d’écrire une série avec une romancière, je me suis dit que ça avait l’air compliqué, quelqu’un qui ne sait pas écrire de série, tout en croyant qu’il sait faire. Mais en rencontrant Barbara, ça a été un vrai coup de foudre professionnel, on avait la même vision des choses, et du récit. J’ai pris la direction d’écriture de la série, un poste assez technique, et c’était parti pour 3 ans et demi d’aventure et d’écriture.

Qu’est-ce qui vous semblait le plus séduisant dans ce concept?

Barbara Abel

Je dois dire qu’au premier appel de Catherine, j’y suis allée un peu à reculons. Je n’étais pas attirée par le milieu audiovisuel, ça me semblait hyper compliqué, et j’adore écrire des romans, je m’y sens bien. Je voulais bien participer à la première phase, après tout c’était une rémunération bienvenue, mais je n’étais pas certaine de vouloir embrayer. Mais finalement, j’ai beaucoup apprécié travailler avec Catherine, avec Sophia. J’ai appris plein de choses.

Sophia Perié

Pour commencer, il a fallu s’approprier le concept. Je pense que l’une des énormes forces de la série, c’est que c’est une idée de productrice, et très bien calibrée en plus pour la ligne éditoriale de la RTBF. Mais nous, en tant qu’autrices, pour consacrer trois ans de notre vie à l’écriture d’un projet, il faut y trouver un moteur. Ici, c’était l’envie de parler de l’angoisse universelle que l’on ressent dans l’engagement amoureux ou familial quand on se dit que peut-être que dans 15 ans, on va se réveiller à côté d’un monstre, ou même d’un inconnu. Est-ce qu’on ne se trompe pas, dans nos choix?

Barbara Abel

Pour s’approprier cette idée, la faire coïncider avec nos propres émotions, la première chose qu’on a faite avec Sophia lors des premières semaines de travail, c’est qu’on a beaucoup parlé de nous. On s’est racontées, ce qui nous avait touchées, dans nos vies, dans les livres, dans les films, les séries.

Sophia Perié

Il fallait créer un quotidien et un environnement réalistes pour cette femme qui vit une histoire extraordinaire.

Barbara Abel

Réaliste, et qui nous touche. Quand on a commencé à écrire, nos situations étaient très différentes, Sophia avait trente ans, célibataire, pas d’enfants, moi j’arrivais à la cinquantaine, je vivais en famille avec mes deux enfants adolescents. Pourtant, cette histoire nous parlait à, faisait écho à nos vies, et chacune pouvait y injecter quelque chose.

Sophia Perié

Je dirais même que cela faisait écho à nos cauchemars, parce que finalement c’est ça, le thriller, l’exploration de nos cauchemars.

Attraction

Qui est Agathe?

Sophia Perié

C’est une femme très tournée vers les autres, qui après avoir eu une enfance difficile, rêvait d’avoir une famille heureuse. Suite à une violente déconvenue professionnelle, elle rencontre un homme, très fort, qui lui permet de réaliser ce rêve. Elle obtient cette famille heureuse, mais au prix de son indépendance psychique et financière. Elle se réveille 15 ans plus tard dans une prison dorée, dont il s’avère difficile de sortir indemne.

Barbara Abel

C’est un personnage très riche et très intense, passionnant à construire, avec comme difficulté majeure le fait qu’on parlait d’un personnage sous emprise, qui avait tout ou presque sacrifié pour sa famille, mais avec lequel il fallait s’identifier. Il fallait en faire un personnage intelligent néanmoins, et très actif.

Sophia Perié

Faire en sorte qu’on puisse l’aimer, et qu’on puisse avoir envie de la suivre. Il a vraiment fallu qu’on arrête de la juger et de se dire: comment est-ce que ça pourrait m’arriver? Comment est-ce qu’on peut vivre avec quelqu’un et ne pas le connaître à ce point? On a fait des recherches, rencontré des psychiatres, qui nous ont confirmé que c’était très banal, de passer à côté d’un secret, ce sont des personnalités qui dissimulent beaucoup.

Il y a un discours féministe très fort qui ressort de la situation d’Agathe, comment le couple l’a extraite de son destin personnel?

Sophia Perié

Oui, et quelle est sa responsabilité dans cela? Qu’est-ce que cela dit d’elle, qu’elle se soit laisser enfermer?

Barbara Abel

On est deux dans un couple, c’est elle qui a choisi cet homme-là, pourquoi?

Sophia Perié

C’était important qu’Agathe fasse preuve d’une certaine lucidité, qu’elle ait un peu de recul sur elle-même, ses choix, malgré la honte, malgré le fait qu’elle se croyait différente. C’est un processus de libération, dans lequel elle laisse des plumes. Mais c’est aussi la reconquête de son estime d’elle-même.

Comment avez-vous imaginé son environnement? Il y a un côté monde parfait, un peu Desesperate Housewives?

Sophia Perié

Ca fait partie des codes du thriller psychologique et domestique. Les armes vont être dans la maison, ça va être des objets de la vie quotidienne.

Barbara Abel

L’un des enjeux majeurs du thriller psychologique, c’est l’identification du spectateur au personnage principal, donc forcément on doit le faire évoluer dans un quotidien qui parle à tout le monde. C’est ça qui va créer la compassion et l’empathie. Que ce soit en roman ou en série, il faut qu’il ait envie de connaître la suite, de tourner les pages, ou de voir l’épisode suivant. Cette identification demande une mise en contexte ordinaire. Et là, on peut enchaîner les rebondissements ou retournements de situation.

Qu’avez-vous appris l’une et l’autre de la confrontation avec ces univers (la série pour l’une, les romans pour l’autre) que vous découvriez?

Barbara Abel

C’était assez riche déjà parce qu’on n’est pas de la même génération, ce qui a créé un ping-pong créatif très efficace. Et puis l’écriture scénaristique est très codifiée, très structurée, Sophia m’a beaucoup guidée.

Sophia Perié

Nos processus d’écriture sont très différents, Barbara a une vraie solitude mais aussi une vraie liberté dans son écriture, alors que nous scénaristes sommes tout le temps confrontés aux avis extérieurs. On doit répondre à un cahier des charges très précis. Le risque sur le plan créatif, c’est d’être formaté, de trop anticiper les critiques, et de ne pas oser. Une romancière va proposer des choses hors budget, par exemple, mais qui vont nous empêcher de scléroser l’écriture, ça apporte une fraîcheur et une liberté bienvenues.

Barbara Abel

Sophia à des idées beaucoup plus visuelles que les miennes. Et puis elle balance sans arrêt des idées, elle est en ébullition. Alors que moi ça fait 20 ans que je suis seule devant mon ordi et que je me tais! Chez moi une idée met du temps à se frayer un chemin, à arriver. Mais j’ai appris à ne pas avoir peur de lancer des idées un peu connes! Bon, là je commence à acquérir une certaine habitude de l’exercice. Mais au début, c’était sportif. A la fin des journées de travail, j’étais épuisée.

Sophia Perié

Le travail de scénariste est très oral, contrairement à celui de romancière.

Attraction

Quelles étaient vos influences en termes de séries?

Sophia Perié

On a beaucoup regarder The Cry, une série australienne très intéressante sur une femme qui perd son enfant.

Barbara Abel

Big Little Lies aussi, extrêmement bien réalisée. Et puis Doctor Foster aussi, la saison 1. La série gère super bien les retournements de situation.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans la série aujourd’hui, en tant que spectatrice?

Sophia Perié

La performance des acteurs. Le travail de Laura est incroyable, elle est tout le temps juste. On était très inquiètes pour le personnage de Fred, et Lannick est excellent.

Barbara Abel

Tout à fait, même moi dans le premier épisode, quand il avoue en pleurs, j’ai été impressionnée.

Sophia Perié

Indra a créé un excellent stylisme aussi pour la série, cette ironie avec ces vieilles chansons françaises un peu yéyé, qui sont comme un commentaire.

Barbara Abel

Et puis c’est une série belge avec une esthétique pop, ni sociale, ni dans les Ardennes.

Vous travaillez sur la saison 2, que pouvez-vous en dire?

Sophia Perié

C’est une série d’anthologie, donc la saison 2 propose une autre histoire, avec les codes du concept, c’est-à-dire un thriller qui se passe dans une maison, dans une famille, où le danger vient de l’intérieur. Et on y parle de maternité toxique…

Check Also

INTERVIEW: Olivier Gourmet nous parle des « Tortues » de David Lambert

Rencontre avec Olivier Gourmet, acteur généreux mais rare dans les médias, qui nous parle du …