Bande-annonce: « Space Boy » d’Olivier Pairoux

C’est peu dire que 2020 nous aura sérieusement laissés sur notre faim en termes de sorties. Si le début d’année avait particulièrement bien commencé, les deux confinements ont mis du plomb dans l’aile à cette année cinéma.

Aussi c’est avec une joie toute particulière que l’on accueille les annonces de sorties pour l’année prochaine, et en particulier celle de Space Boy, premier long métrage d’Olivier Pairoux, joli OVNI cinématographique à bien des égards.

D’abord, les films familiaux en live action en Belgique francophone se comptent sur les doigts d’une main (on salue au passage le travail des frères Ringer, Yves et Olivier, avec Pom le poulain, A pas de loup ou Les Oiseaux de Passage). On se réjouit déjà d’accompagner les petits, les moyens et les grands pour cette sortie cinéma hors du commun.

Ensuite, parce que Space Boy proclame et assume avec malice des références culturelles nourries de pop culture 80s, convoquant avec une joyeuse nostalgie les fantômes des grands films familiaux américains des années 80, E.T., Les Goonies, Stand By Me.

Enfin, parce que Space Boy, comme son titre l’indique, nous emmène loin dans la stratosphère, à la suite de Jim, jeune garçon de 11 ans, à la fois rêveur et surdoué. Il vit avec son père, un astronaute qui doit prochainement se rendre dans l’espace. Lors d’un concours de jeunes scientifiques dans sa nouvelle école, il est amené à travailler en binôme avec Emma, une jeune fille sensible et touchante. Malgré la réticence d’Emma, Jim la convainc de construire en secret une montgolfière. Quand Jim apprend que son père lui a menti et a abandonné sa mission spatiale, il décide de lui prouver qu’il a eu tort de renoncer à ses rêves. Prêts à tout pour atteindre leur but, Jim et Emma relèvent ce défi aussi fou qu’excitant, qui va petit à petit les rapprocher.

Au générique du film, on retrouve le jeune et prometteur Basile Grunberger, bouleversant dans Nos batailles de Guillaume Senez, qui prend ici en main avec sa belle énergie ce récit d’aventure, aux côtés d’Albane Masson (vue dans Boule et Bill et Rémi sans famille), mais aussi de Yannick Renier, Bérénice Baoo, ou encore Jean-Benoît Ugeux.

Le film débarque dans les salles belges (avec toutes les précautions d’usage aujourd’hui) le 10 février prochain, et autant dire qu’on a hâte!

Check Also

« Sauve qui peut »: aux côtés des soignants

Avec Sauve qui peut, Alexe Poukine se penche sur les processus d’apprentissage auxquels participent les …